Le pape débarque en Irak pour une visite historique

Pendant les 1 450 kilomètres de son voyage, le pape François survolera des zones où se cachent encore des cellules djihadistes de Daech
Las fuerzas de seguridad iraquíes hacen guardia junto a un mural que representa al Papa Francisco fuera de la Iglesia de Nuestra Señora de la Salvación en Bagdad, Irak, el viernes 5 de marzo de 2021 AP/KHALID MOHAMMED

AP/KHALID MOHAMMED  -   Les forces de sécurité irakiennes montent la garde à côté d'une peinture murale représentant le pape François devant l'église Notre-Dame du Salut à Bagdad, Irak, vendredi 5 mars 2021

Le pape François a atterri à Bagdad vendredi à 11 heures (heure de Greenwich) et à 14 heures (heure locale), marquant ainsi le début de la première visite d'un souverain pontife en Irak et de son premier voyage à l'étranger depuis le début de la pandémie COVID-19. Cette visite, qui combinera soutien aux chrétiens et dialogue avec l'Islam, devrait se terminer le 8 mars. 

"Je suis heureux de reprendre le voyage" après 15 mois sans voyage, a déclaré le pape argentin dans l'avion. "Et ce voyage emblématique est un devoir envers une terre martyrisée depuis tant d'années", a-t-il ajouté lors de la première de sa visite de trois jours en Irak.

Le pontife de 84 ans, qui a déclaré arriver en tant que "pèlerin de la paix", tendra une nouvelle fois la main à l'Islam dans ce pays, l'un des berceaux du christianisme saigné par les guerres et encore marqué par l'irruption du groupe djihadiste Daech ; rencontre avec la plus haute autorité religieuse d'une partie du monde chiite, l'ayatollah Ali Sistani à Najaf, au sud de Bagdad. 

Personas con banderas iraquíes y del Vaticano en la carretera del aeropuerto de Bagdad, en Bagdad, Irak 5 de marzo de 2021 PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-Des personnes portant les drapeaux irakien et du Vatican sur la route à l'aéroport de Bagdad, à Bagdad, en Irak, le 5 mars 2021.

Le Pape a déclaré aujourd'hui que pour lui "c'était un devoir" de se rendre en Irak, "terre martyre", malgré la controverse générée par cette visite en raison des risques liés à la pandémie et aux dernières attaques de missiles contre les bases de la coalition internationale. 

François a fait cette déclaration sur le vol qui l'emmène en Irak pour un voyage de trois jours, l'un des plus difficiles et des plus risqués de son pontificat, avec la ferme intention d'être proche de la communauté chrétienne du pays, brutalement persécutée par les terroristes de Daech.

Le pape, portant un masque, a salué les 75 journalistes qui l'accompagnaient lors de sa visite en Irak et s'est dit "heureux de reprendre les voyages internationaux" après plus d'un an sans pouvoir se rendre à l'étranger en raison des limitations imposées par le COVID-19. 

Comme d'habitude, bien que portant un masque et sans se serrer la main, le Pape a salué un à un les représentants des médias qui l'accompagnent dans ce voyage. Le pape, qui a été vacciné, arrive dans un pays où les infections à coronavirus sont les plus élevées, avec plus de 5 000 cas enregistrés chaque jour.

Una mujer sostiene una foto del Papa Francisco, en la carretera del aeropuerto de Bagdad, en Bagdad, Irak 5 de marzo de 2021 PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-Une femme tient une photo du pape François, sur la route à l'aéroport de Bagdad, à Bagdad, en Irak, le 5 mars 2021.

Le pontife argentin a reçu en cadeau une réplique de la liste de prix établie par Daech pour les jeunes filles chrétiennes et yazidis qui ont été kidnappées par les djihadistes et mises en vente comme esclaves sexuelles.

Cette persécution brutale des chrétiens et des minorités a conduit le pape à faire un voyage qui avait été reporté à d'autres occasions en raison de l'instabilité du pays et que Jean-Paul II voulait tant faire.

Il a également reçu en cadeau un exemplaire du livre "I will be the last", de la lauréate du prix Nobel Yazidi Nadia Murad, qui raconte sa captivité lorsqu'elle était utilisée comme esclave sexuelle par Daech, qui avait auparavant massacré sa famille. La jeune femme est devenue leur voix et a été récompensée pour ses efforts visant à éradiquer la violence sexuelle en tant qu'arme dans les guerres et les conflits armés.

À son arrivée à l'aéroport de Bagdad, le pape a été accueilli au pied des escaliers par le Premier ministre irakien Mustafa al-Kazemi, et deux enfants en costume traditionnel lui offriront des fleurs.

Dans la délégation du Vatican qui accompagne le Pape, on trouve entre autres le secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, le préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, le cardinal argentin Leonardo Sandri et le cardinal espagnol Miguel Angel Ayuso, chef du Conseil pontifical pour le dialogue des religions.

Après une cérémonie d'accueil discrète, le pape et le Chef du gouvernement se rencontreront en privé dans l'un des halls de l'aéroport de la capitale.

El primer ministro iraquí, Mustafa Al-Kadhimi, da la bienvenida al papa Francisco a su llegada al aeropuerto internacional de Bagdad para iniciar su histórica gira en Bagdad, Irak, el 5 de marzo de 2021 PHOTO/REUTERS TV
PHOTO/REUTERS TV-Le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kadhimi accueille le pape François à son arrivée à l'aéroport international de Bagdad pour commencer sa tournée historique à Bagdad, en Irak, le 5 mars 2021.

Son premier acte officiel sera la rencontre avec le président du pays, le Kurde Barham Saleh, et le discours qu'il prononcera au palais présidentiel devant les autorités et les membres du corps diplomatique.

Dans trois jours seulement, le pontife se rendra au sud, à Ur des Chaldéens, et au nord, dans la plaine de Ninive et dans les villes de Mossoul et de Qaraqosh, détruites par Daech et où se concentrait la population chrétienne, qui a été réduite de moitié, ainsi qu'à Erbil, la capitale du Kurdistan, qui a donné refuge aux personnes fuyant les djihadistes.

Malgré le pic de la pandémie et les multiples menaces pour la sécurité, les autorités de Bagdad se félicitent de cette première visite d'un pape. "Un voyage historique pour sa forte charge symbolique", a déclaré un diplomate irakien, qui a salué le "courage" du pontife pour avoir défié les dangers en s'aventurant pendant trois jours sur les traces d'Abraham.

Las fuerzas de seguridad iraquíes hacen guardia junto a un mural que representa al Papa Francisco fuera de la Iglesia de Nuestra Señora de la Salvación en Bagdad, Irak, el viernes 5 de marzo de 2021 AP/KHALID MOHAMMED
AP/KHALID MOHAMMED -Les forces de sécurité irakiennes montent la garde à côté d'une peinture murale représentant le pape François devant l'église Notre-Dame du Salut à Bagdad, Irak, vendredi 5 mars 2021

Pendant les 1 450 kilomètres de son voyage, dans tous les trajets que le pape effectuera au cours de ce voyage de trois jours, il utilisera un véhicule fermé pour des raisons de sécurité et pour éviter les foules sur son passage par la curiosité de vouloir le voir, une mesure prise notamment par la pandémie. De la même manière, le pontife survolera les zones dans lesquelles les cellules de Daech se cachent encore. La plaine de Ninive avait été occupée par les djihadistes de Daech entre 2014 et 2017. La communauté chrétienne dans cette région du nord de l'Irak a considérablement diminué en nombre, car les tensions entre les groupes armés restent élevées et les infrastructures publiques sont encore gravement détruites. Aucun fonctionnaire étranger n'a visité Mossoul depuis plus de cinq ans.

Jusqu'en 2003, l'Irak, pays à majorité chiite, comptait une population de 1,5 million de chrétiens. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 300 000 à 400 000, selon l'ONG Hammurabi, qui se bat pour les droits de la minorité chrétienne en Irak. Avant la pandémie de coronavirus, le pape François avait clairement exprimé son désir de visiter ce pays, dont il mentionne régulièrement la population comme "martyrisée" par la guerre.