Le Pape prie pour les "victimes de la guerre" à Mossoul

Le pape François s'est rendu dans la ville du nord de l'Irak dans le cadre du dernier épisode de son remarquable séjour dans ce pays du Moyen-Orient
Le pape François priant dans l'église de l'Immaculée Conception dans la ville de Qaraqosh.

AFP/VATICAN MEDIA  -   Le pape François priant dans l'église de l'Immaculée Conception dans la ville de Qaraqosh.

Le pape François s'est rendu à Mossoul dans le cadre de la dernière étape du voyage historique du pontife en Irak. Dans cette grande ville du nord du territoire irakien, le groupe djihadiste Daesh a instauré la terreur par des attaques et la répression entre 2014 et 2017.

Le pape François a tenu une prière ce dimanche pour les "victimes de la guerre" devant une église centenaire de la ville de Mossoul, dans le nord du pays, qui a subi de graves dommages à son patrimoine par l'action de Daesh, et a assuré publiquement que le départ forcé des chrétiens du Moyen-Orient en raison de l'action terrible du groupe djihadiste est un "dommage incalculable, non seulement pour les individus et les communautés touchés, mais pour la même société qu'ils laissent derrière eux".

François est devenu le premier pape à visiter l'Irak ; étant donné la nature exceptionnelle du voyage, il a été escorté par cinq hélicoptères irakiens et a été transféré dans un véhicule blindé sur les ruines de l'ancienne église au centre de Mossoul, où la prière susmentionnée a eu lieu. 

El papa Francisco reza en la iglesia de la Inmaculada en Qaraqosh, Irak
VATICAN MEDIA/HANDOUT VÍA REUTERS - Le pape François prie à l'église de l'Immaculée Conception à Qaraqosh, en Irak.

Dimanche, il a récité à Mossoul une "prière pour les victimes de la guerre", ces milliers de Yazidis, chrétiens et musulmans tués par les djihadistes ou tués au combat pour les expulser d'Irak. Le souverain pontife, opposé aux "armes", au "terrorisme qui abuse de la religion" et à l'"intolérance", a voulu témoigner en personne des ruines laissées par les djihadistes, qui ont été vaincus en 2017. "Nous espérons tous que cette visite sera de bon augure pour le peuple irakien. Nous espérons que cela apportera des jours meilleurs", a déclaré à l'agence de presse AFP Adnan Yusef, un chrétien du nord de l'Irak. "Cette importante visite va nous remonter le moral après des années de difficultés, de problèmes et de guerres", a déclaré le père George Jahula, dans un pays où la communauté chrétienne diminue chaque année en raison des exils.

Dans ce pays de 40 millions d'habitants, presque tous musulmans, il y a 400 000 chrétiens, contre 1,5 million avant l'invasion américaine de 2003 dans le cadre de l'opération contre le régime de Saddam Hussein.

A Mossoul, dont la vieille ville a été réduite à un tas de décombres, le pape a inscrit à son agenda une réunion avec toutes les communautés chrétiennes, après avoir fait part de ses revendications aux autorités de Bagdad.

El papa Francisco en Mosul
AP PHOTO/ANDREW MEDICHINI - Le pape François à Mossoul

Sur la place Hosh al-Bieaa, où quatre églises chrétiennes se trouvaient autrefois avant que les terroristes de Daesh ne rasent la ville, François a commencé sa prière d'une manière émouvante : "Si Dieu est le Dieu de la vie, et il l'est, il ne nous est pas permis de tuer nos frères et sœurs en son nom.

Et, au milieu des décombres et des murs effondrés, le pontife a poursuivi : "Si Dieu est le Dieu de la paix, et il l'est, il ne nous est pas permis de faire la guerre en son nom. Si Dieu est le Dieu de l'amour, et il l'est, il n'est pas licite pour nous de haïr nos frères.

Face à la destruction brutale causée pendant les années où Daesh a fait de Mossoul la capitale irakienne de son "califat" autoproclamé, François a conclu en implorant le pardon de Dieu pour tout ce qui s'est passé, tout en lui confiant "les nombreuses victimes de la haine de l'homme contre l'homme".

El papa Francisco en Mosul
AP PHOTO/ANDREW MEDICHINI - Le pape François à Mossoul, en Irak

La cathédrale de l'Immaculée Conception à Qaraqosh, dans le nord de l'Irak, qui est devenue un symbole d'espoir et de renaissance pour la communauté chrétienne décimée du pays, est un point fort de l'itinéraire. La plus grande église syro-catholique de la région, brûlée, détruite, profanée par les djihadistes de Daesh, a accueilli le pape. 

Des personnes excitées ont regardé le pape François traverser la nef centrale de l'église, entourée par les 20 imposantes colonnes de marbre gris jusqu'à récemment noircies par la fumée de l'incendie causé par les djihadistes.

"Nous sommes très heureux. C'est un jour spécial pour nous", a déclaré Andy Abd, un jeune homme né à Qaraqosh, à l'agence de presse Efe, qui raconte qu'en 2014, il a dû fuir la ville après l'arrivée de Daesh. 

El papa Francisco accede a la iglesia de la Inmaculada Concepción en Mosul
AFP/ZAID AL-OBEIDI - Le pape François entre dans l'église de l'Immaculée Conception à Mossoul

Cinquante pour cent des habitants ne sont pas revenus après l'exode forcé, surtout les jeunes, mais ceux qui sont revenus peuvent maintenant compter sur l'église d'Al-Tahira (de l'Immaculée) de Qaraqosh ou Bajdida comme ils préfèrent l'appeler dans leur langue, l'araméen. Les djihadistes ont détruit cette église, fait sauter son clocher et l'ont brûlée. Devenant ainsi un symbole de la terreur en son temps. 

C'est le troisième et dernier jour de la visite historique du Pape en Irak. Le pontife argentin de 84 ans est arrivé à l'aéroport d'Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, où il a été accueilli par des chefs locaux et des enfants en costume traditionnel kurde.

Puis il s'est rendu à Mossoul, une visite très symbolique, et aussi l'étape la plus dangereuse de son voyage ; une journée où les gardes du corps et les forces de sécurité ont dû être plus vigilants. Les quelques kilomètres que le pape a parcourus par la route l'ont été dans des voitures blindées. La plupart des 1 445 kilomètres de l'itinéraire total entrepris depuis vendredi ont été parcourus en avion ou en hélicoptère pour survoler les zones et éviter celles où se cachent encore des cellules djihadistes clandestines. 

El papa Francisco llegando a Qaraqosh, Irak
AP PHOTO/ANDREW MEDICHINI - Le pape François arrivant à Qaraqosh, en Irak.

Le premier jour, le pape a été reçu à son arrivée à Bagdad par le Premier ministre irakien, Mustafa al-Kazemi, et par le président de la République, Barham Saleh. Plus tard samedi, il a eu une réunion historique dans la ville sainte de Nadjaf avec le leader chiite Ali al-Sistani, avec lequel il s'est mis d'accord sur le message de fraternité religieuse et le rejet de toutes sortes de radicalisme et d'extrémisme fanatique. 

Il y a exactement sept ans, alors que les djihadistes gagnaient du terrain dans le pays du Golfe, le pape se disait déjà prêt à se rendre sur place pour réconforter les personnes déplacées et les autres victimes de la guerre. Une visite qui a déjà eu lieu en mars 2021 pour donner de l'espoir aux chrétiens présents sur le territoire irakien et pour continuer à renforcer les liens entre les différentes religions, en l'occurrence entre le christianisme et l'islam.