Le pape voyage en tant que "pèlerin de la paix" après tant de guerres en Irak

En "quête de fraternité" avec les autres religions
Atalayar_Irak papa

AFP/AHMAD AL-RUBAYE  -   Une peinture murale du pape François est visible sur un mur d'église lors de sa prochaine visite en Irak à Bagdad

François se rendra en Irak en tant que "pèlerin de la paix" pour demander "le pardon et la réconciliation après des années de guerre et de terrorisme" et en "quête de fraternité" avec les autres religions lors de sa visite historique, au cours de laquelle il visitera des lieux emblématiques du "berceau de la civilisation".

"Je viens en pèlerin repenti pour implorer le Seigneur le pardon et la réconciliation après des années de guerre et de terrorisme, pour demander à Dieu la consolation des cœurs et la guérison des blessures", a déclaré le pontife dans un message vidéo adressé au peuple irakien à la veille du début de la visite.

Le pape explique qu'il arrivera dans "le berceau de la civilisation" comme "un pèlerin de la paix en quête de fraternité, animé du désir de prier et de marcher ensemble, même avec des frères et sœurs d'autres traditions religieuses, dans le signe de son père Abraham, qui rassemble musulmans, juifs et chrétiens dans une même famille".

Atalayar_Pancarta Papa Irak
AFP/AHMAD AL-RUBAYE - Une banderole de bienvenue au pape François est accrochée sur le mur de l'église catholique chaldéenne Saint-Joseph, dans la capitale Bagdad

Parmi les lieux que le pape visitera figure Ur, où est né Abraham, prophète des trois grandes religions monothéistes, et où François tiendra une rencontre interreligieuse.

En outre, le pontife rencontrera le grand ayatollah Ali al-Sistani, l'un des principaux dirigeants des chiites du monde entier, lors d'une rencontre de grande importance pour le dialogue entre les religions.

Le pape François a voulu rappeler la souffrance des chrétiens et des autres minorités persécutées, en particulier par les terroristes de Daech : "Vous avez encore dans les yeux les images de maisons détruites et d'églises profanées, et dans le cœur les blessures d'affection laissées derrière vous et les maisons abandonnées".

"Je voudrais vous apporter la caresse affectueuse de toute l'Eglise, qui est proche de vous et du Moyen-Orient tourmenté et qui vous encourage à continuer", ajoute-t-il, tout en les exhortant à ne pas baisser les bras : "Ne laissons pas les terribles souffrances que vous avez vécues et qui me font tant souffrir prendre le dessus. N'abandonnons pas face à la propagation du mal".

Atalayar_Ciudad Irak papa
AFP/ZAID AL-OBEIDI - Les fidèles chrétiens assistent samedi à un service de prière à l'église catholique syriaque de l'Immaculée Conception (al-Tahira-al-Kubra) dans la ville irakienne à majorité chrétienne de Qaraqosh, dans la province de Ninive

Le Pape salue tous ceux qui "ont tant souffert, mais ne se sont pas laissés détruire" et mentionne les chrétiens et les musulmans, ainsi que le peuple Yazidi, "qui ont tant souffert, tous frères et sœurs", avant de les exhorter à se laisser "contaminer par l'espoir qui les encourage à reconstruire et à repartir à zéro".

"Et en ces temps difficiles de pandémie, aidons à renforcer la fraternité, à construire ensemble un avenir de paix", conclut-il.