Le Parlement approuve l'état d'urgence à Beyrouth et le gouvernement le prolonge d'un mois

Hassan, comme le reste de l'exécutif, y compris le Premier ministre Hasan Diab, est en fonction après avoir démissionné en bloc lundi dernier
Le président libanais Michel Aoun (C) s'entretient avec le Premier ministre intérimaire libanais Hassan Diab (2ème L) et le ministre de la santé Hamad Hassan (2ème R) lors de leur rencontre du 13 août 2020

PHOTO/DALATI&NOHRA  -   Le président libanais Michel Aoun (C) s'entretient avec le Premier ministre intérimaire libanais Hassan Diab (2ème L) et le ministre de la santé Hamad Hassan (2ème R) lors de leur rencontre du 13 août 2020

Le Parlement libanais a approuvé aujourd'hui l'état d'urgence à Beyrouth déclaré par le gouvernement la semaine dernière suite à l'explosion dévastatrice qui a frappé la ville, et l'exécutif intérimaire a annoncé sa prolongation pour un mois supplémentaire en raison d'une recrudescence de COVID-19.

Le Parlement a donné son approbation à la déclaration lors de sa première session plénière suite à l'explosion d'environ 3 000 tonnes de nitrate d'ammonium dans le port de Beyrouth le 4 août, et aux huit jours pendant lesquels le gouvernement peut prendre cette mesure sans le soutien du Parlement.

Presque au même moment, le ministre exécutif intérimaire de la santé, Hamad Hassan, a annoncé que l'état d'urgence serait prolongé d'un mois au-delà du 18 août prochain, date à laquelle la déclaration actuelle expirera.

Manifestantes libaneses antigubernamentales atacan un vehículo perteneciente a un miembro del parlamento a su llegada a la sesión parlamentaria en el Palacio de la UNESCO en Beirut, el 13 de agosto de 2020
AFP/ ANWAR AMRO - Des manifestants antigouvernementaux libanais attaquent un véhicule appartenant à un membre du Parlement à son arrivée à la session parlementaire au Palais de l'UNESCO à Beyrouth, 13 août 2020

Hassan a justifié cette décision par le fait qu'il s'attendait à "une augmentation des infections à coronavirus en raison de l'encombrement des hôpitaux après l'explosion et du manque de masques et d'implication dans les mesures de prévention à ce moment-là".

En plus de l'extension, "nous commençons à isoler certains quartiers, en étant stricts sur la quarantaine des maisons", a déclaré Hassam.

Hassan, comme le reste de l'exécutif, y compris le Premier ministre Hasan Diab, est en fonction après avoir démissionné en bloc lundi, suite à plusieurs jours de manifestations de milliers de Libanais qui ont été outrés par les actions de leurs dirigeants.

Le Liban avait déjà déclaré l'état d'urgence le 15 mars dernier en raison de la pandémie COVID-19 mais avait assoupli les mesures en raison de la faible incidence de la maladie dans le pays.

Cependant, depuis deux semaines, les cas ont commencé à rebondir et cette semaine a vu plusieurs records avec un pic de plus de 300 infections mardi dernier.

En outre, selon un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un peu plus de la moitié des centres de santé et au moins trois des plus grands hôpitaux de Beyrouth ont été fermés par l'explosion, qui a fait plus de 170 morts et 6 000 blessés.