PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Parlement équatorien rejette la destitution de Guillermo Lasso comme président du pays

Le gouvernement équatorien a suspendu le dialogue avec le mouvement indigène après que des manifestants ont attaqué un convoi militaire, tandis que les protestations se poursuivent en raison de la baisse insuffisante du prix du carburant
Guillermo Lasso

PHOTO/ARCHIVO  -   Guillermo Lasso, presidente de Ecuador

L'Équateur vit l'un des moments les plus instables de son histoire récente, après une motion de censure en cours et deux semaines de manifestations de masse qui ont paralysé le pays. Guillermo Lasso a été sauvé de la destitution, mais il doit continuer à faire face à des manifestations indigènes massives qui ne semblent pas vouloir s'arrêter.

Mardi, l'Assemblée de l'Équateur a refusé de mettre en accusation le président Guillermo Lasso en raison du manque de votes nécessaires à l'initiative promue par l'opposition fidèle à l'ancien président Rafael Correa. Le parti de l'Union pour l'espoir (UNES) n'a obtenu que 80 voix sur les 92 requises pour faire passer la motion de censure, de sorte que Lasso restera en fonction grâce aux voix du Parti social-chrétien et de la Gauche démocratique de l'opposition, ainsi qu'à neuf abstentions. 

La proposition de destitution du chef de l'État équatorien, qui occupe le palais de Carondelet depuis à peine un an, a été présentée le 25 juin par le banc de l'UNES, affirmant qu'elle représentait "la demande généralisée de la population", qui réclamait la convocation d'élections. La motion de censure a également reçu le soutien des organisations autochtones qui ont soutenu les manifestations des deux dernières semaines. 

Le président Lasso y a fait référence dans un message et un communiqué publiés sur son compte Twitter : "Nous avons défendu la démocratie et nous devons maintenant retrouver la paix. Il est clair qui travaille pour les mafias politiques. En attendant, nous continuons à travailler pour l'Équateur", a déclaré la publication sur ce réseau social.

La destitution du président est close, mais la crise sociale que connaît l'Équateur après le déclenchement des manifestations promues par la Confédération des nationalités indigènes (CONAIE) n'est pas encore résolue. La violence des manifestations, en particulier dans la capitale, Quito, a paralysé l'activité productive et les communications dans tout le pays, ce qui fait que les denrées alimentaires et autres marchandises ne parviennent pas à la région andine. 

Les protestations ont éclaté le 13 juin avec le début d'une grève nationale permanente promue par plusieurs organisations indigènes. La principale raison en est l'inflation et l'augmentation du coût de la vie dans le pays, notamment l'augmentation du prix du carburant.

Ces protestations se poursuivent loin de trouver une solution entre le gouvernement et les manifestants. Le jour même où le président a dû faire face au vote sur la motion de censure, une deuxième réunion a été convoquée avec le dirigeant de la CONAIE, Leónidas Iza. Cependant, l'attaque d'un convoi militaire a été la justification utilisée par le gouvernement pour déclarer la rupture du dialogue avec les indigènes. 

protestas en quito

L'annonce faite lundi par le président Lasso d'une réduction de 10 cents du prix du carburant en réponse à la grève nationale n'a pas suffi aux mouvements indigènes. La CONAIE a qualifié cette mesure d'"insuffisante et insensible car elle ne tient pas compte de la situation de pauvreté à laquelle sont confrontées des millions de familles".

Le groupe qui dirige les manifestations depuis 15 jours a manifesté son initiative de poursuivre les protestations, malgré "la persécution, la criminalisation et la réponse répressive de l'État". Selon Leónidas Iza, ils continueront jusqu'à ce que "nous puissions d'une manière ou d'une autre avoir une politique qui puisse bénéficier davantage aux pauvres".

Quelque 14 000 indigènes ont rejoint ces manifestations en Équateur avec une seule demande : réduire les prix du carburant, qui ont renchéri le coût des régions agricoles et entraîné des mauvaises récoltes.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra