Le Parlement tunisien donne son feu vert au gouvernement de Hichem Mechichi

L'exécutif dirigé par Mechichi a obtenu 134 voix sur 217 à la Chambre
Le Premier ministre tunisien désigné Hichem Mechichi s'adresse au Parlement avant un vote de confiance en Tunisie le mardi 1er septembre 2020

AP/RIADH DRIDI  -   Le Premier ministre tunisien désigné Hichem Mechichi s'adresse au Parlement avant un vote de confiance en Tunisie le mardi 1er septembre 2020

Ce mercredi, le Parlement tunisien a approuvé le troisième gouvernement en dix mois seulement. En 2011, des milliers de personnes sont descendues dans les rues du monde arabe pour demander la fin de l'oppression, lors de révoltes appelées « Printemps arabe » ou « Révolution du jasmin » dans le cas de la Tunisie. Neuf ans plus tard, la nation nord-africaine poursuit son chemin vers la démocratisation, un voyage marqué par les différents écarts politiques et la difficulté du gouvernement à faire face à la crise économique actuelle.  Après une longue journée, le Parlement tunisien a donné le feu vert à l'équipe gouvernementale présentée par le candidat au poste de Premier ministre, Hichem Mechichi, avec un total de 134 voix en faveur et seulement 67 contre.

L'exécutif dirigé par Mechichi - considéré comme un technocrate et composé entre autres de juges et d'universitaires - a obtenu 134 voix en faveur des 217 qui composent la Chambre. « Je suis fier de ce soutien », a remercié le candidat tunisien après avoir appris le résultat du vote. « Le gouvernement pourra progresser sur les questions économiques, tant qu'il ne sera pas pris dans une quelconque tension politique », a-t-il déclaré à l'agence France-Presse (AFP). 

Mechichi, 46 ans, est le troisième chef de gouvernement nommé depuis les élections d'octobre dernier, qui ont entraîné une paralysie totale du Parlement, avec une vingtaine de partis représentés et de nombreux indépendants, rendant difficile l'élection du gouvernement précédent, ce qui a conduit le pays dans un processus de stagnation politique.

El primer ministro designado de Túnez, Hichem Mechichi, en primera fila a la derecha, se sienta con los miembros de su gabinete en el Parlamento antes de una votación de confianza en Túnez, el martes 1 de septiembre de 2020
AP/RIADH DRIDI - Le Premier ministre désigné tunisien Hichem Mechichi, premier rang à droite, assis avec les membres de son cabinet au Parlement avant un vote de confiance en Tunisie, le mardi 1er septembre 2020

Le chef du parti conservateur islamiste Ennahda, la première force de la Chambre, Rached Ghannouchi, a déclaré que « l'Assemblée a montré qu'elle est le cœur du pouvoir dans ce pays ». « Ce gouvernement peut résoudre les problèmes économiques, de santé et de sécurité. Je suis convaincu de son succès », a-t-il déclaré dans des déclarations au journal Le Monde. 

Ennahda - qui avait initialement de grandes réserves sur le nouveau cabinet - a souligné la semaine dernière la nécessité d'apporter un certain soutien au gouvernement pour éviter que le pays ne doive à nouveau organiser des élections anticipées. Les priorités de l'exécutif Mechichi sont - comme il l'a expliqué avant le vote - d'arrêter « l'hémorragie » des finances publiques, notamment en relançant la production de pétrole et de phosphate, qui a été affectée par les manifestations de ces derniers mois. En outre, le dirigeant tunisien a assuré que son gouvernement vise également à réformer l'administration tunisienne et à protéger les plus défavorisés.

Mechichi est devenu le troisième chef de gouvernement au cours des dix derniers mois. Son gouvernement sera chargé de reprendre les pourparlers avec le Fonds monétaire international, dont le programme de quatre ans a expiré au printemps dernier.  La Tunisie traverse une grave crise sociale et politique depuis qu'une série d'attentats terroristes a tué au moins 72 personnes, dont 60 touristes étrangers, en 2015. 

 

Abir Moussi, líder del Partido Desturiano Libre (PDL), durante el discurso de Hichem Mechichi, primer ministro designado, durante una sesión parlamentaria en la capital tunecina, Túnez, el 1 de septiembre de 2020
AFP/FETHI BELAID - Abir Moussi, leader du Parti de la libre destination (PDL), lors du discours de Hichem Mechichi, Premier ministre désigné, lors d'une session parlementaire dans la capitale tunisienne, Tunisie, le 1er septembre 2020

Le renforcement de la sécurité a contribué ces dernières années à mettre le secteur touristique tunisien sur la voie de la reprise. Cependant, la crise résultant de la pandémie de coronavirus a stoppé ces progrès.  L'impact des attentats de 2015 a porté un coup sans précédent au tourisme, un des piliers de l'économie tunisienne.

Suite à cette annonce, l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) a souligné mercredi que les grandes priorités définies par le gouvernement de Hichem Mechichi constituent une base de dialogue pour la mise en place d'un programme de « sauvetage consensuel »; un programme qui, ont-ils expliqué, rassemble toutes les forces nationales, exprimant leur volonté de collaborer avec ce nouveau gouvernement, selon le quotidien tunisien La Presse. La session de vote américaine s'est tenue après que le président Kaïs Saïed ait réuni les dirigeants des différents partis pour tenter d'obtenir un soutien pour le cabinet de Mechichi, ce qui s'est finalement produit.