Le parti d'AMLO et ses partenaires conservent la majorité simple à la Chambre des Députés 

Ce dimanche 6 juin, le Mexique a vécu son plus grand processus électoral de ces derniers temps, afin d'élire les représentants de la chambre basse et des autorités gouvernementales régionales
REUTERS/EDGARD GARRIDO  -   El Presidente de México, Andrés Manuel López Obrador

REUTERS/EDGARD GARRIDO  -   Le président du Mexique, Andres Manuel Lopez Obrador

Le phénomène électoral de Morena surgit avec l'arrivée d'Andrés Manuel López Obrador à la Présidence du Mexique et le contrôle au Parlement national, trois ans plus tard ils revalident la majorité simple à la Chambre des Députés, mais avec une importante perte de sièges. Pendant la campagne électorale, le président López Obrador n'a pas été très actif, et le parti a été affecté par cette décision et celle du président. 

Morena remporte les élections à la chambre basse du pouvoir législatif, après avoir pris connaissance des résultats des élections de ce dimanche dans tout le Mexique. A 11 heures du soir, l'INE (Institut National Electoral), a publié les résultats, le parti du gouvernement "Morena", a obtenu 197 sièges, 20% de moins que lors des dernières élections ; il devra rester au sein d'une coalition électorale avec le Parti Vert et le Parti des Travailleurs, afin d'ajouter 279 sièges, (10% de moins que la représentation actuelle) et ainsi s'additionner pour atteindre la majorité simple. L'objectif principal et la proposition de la campagne électorale ne pourront pas être réalisés, il s'agit d'une réforme constitutionnelle, pour cela ils auraient besoin d'une majorité qualifiée qu'ils n'ont pas réussi à obtenir, puisqu'ils étaient à 65 sièges d'atteindre cet objectif. 

PHOTO/REUTERS  -   Ricardo Anaya del Partido Acción Nacional (PAN), Andrés Manuel López Obrador del Movimiento de Regeneración Nacional (MORENA), José Antonio Meade del Partido Revolucionario Institucional (PRI) y el candidato independiente Jaime Rodríguez Calderón
PHOTO/REUTERS  -  Ricardo Anaya du Parti d'action nationale (PAN), Andrés Manuel López Obrador du Mouvement de régénération nationale (MORENA), José Antonio Meade du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) et le candidat indépendant Jaime Rodríguez Calderón.

D'autre part, le bloc d'opposition, qui a concouru dans une coalition historique entre les trois partis traditionnels, le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), le Parti d'action nationale (PAN) et le Parti de la révolution démocratique (PRD), a réussi à augmenter le nombre de sièges et à enlever au gouvernement la possibilité d'avoir une majorité qualifiée dans le pouvoir législatif, en augmentant sa présence dans 40% de la Chambre. La participation des citoyens a été de 52%, l'un des taux de participation les plus élevés pour une élection qui n'élit pas le chef de l'État. Sans aucun doute, ce sera le Congrès le plus divisé et le plus fragmenté de l'histoire de la démocratie mexicaine. Le PAN a obtenu environ 111 députés, le PRI était à 69 et le PRD n'a obtenu que 17 sièges pour un total de 197 sièges en tant que bloc d'opposition au gouvernement d'AMLO.

REUTERS/JORGE LUIS PLATA - Una mujer indígena zapoteca, seleccionada como funcionaria de casilla por el Instituto Nacional Electoral (INE)
REUTERS/JORGE LUIS PLATA - Une femme indigène zapotèque sélectionnée comme responsable de bureau de vote par l'Institut national électoral (INE).

Les leaders des différents partis se sont exprimés, reconnaissant le travail de l'INE (Institut National Electoral), pour réaliser les élections au milieu d'une crise sanitaire, "ma reconnaissance totale à l'INE pour avoir réalisé des élections à la hauteur que le Mexique exige ; en même temps, je félicite les Mexicains pour leur participation active à ces élections, ils ont démontré leur énorme engagement envers notre pays", a déclaré le président du PRI, Alejandro Moreno. "L'INE confirme les progrès de l'action nationale. Nous réitérons notre gratitude et notre engagement envers le Mexique pour un meilleur pays. Félicitations car ensemble, la coalition #VaPorMéxico, nous avons enlevé au Morena et à ses partis alliés la majorité qualifiée à la Chambre des députés", a déclaré Marko Cortés qui est le président du PAN. Enfin, le président de Morena, Mario Delgado, a pris la défense du parti au pouvoir : "Merci d'avoir voté, d'avoir cru, d'avoir exercé votre droit, de vous être débarrassé de la mafia de la corruption ; aujourd'hui, le peuple mexicain a dit oui à la transformation et non à la corruption". 

Dans le cadre de ces élections, 15 postes de gouverneurs ont également été contestés dans tout le pays. Les résultats officiels ne sont pas encore connus dans tous les États, mais certaines tendances sont assez irréversibles. Le PRI gouverne actuellement dans 8 de ces 15 gouvernorats contestés, il pourrait donc s'avérer être le grand perdant de ce dimanche soir. Pour l'instant, il semble que Morena ait gagné à Acapulco, Ecatepec, Ciudad Juarez, Mexicali et Chilpancingo. Le PAN gagnerait à Morelia, Puebla et Hermosillo. 

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.