PUBLICIDAD

Iberdrola

Le pétrole libyen : un butin supplémentaire dans la bataille pour le contrôle de Tripoli

Les exportations de pétrole de la Libye, membre de l'OPEP, risquent de subir de nouvelles perturbations ou des réductions drastiques si les factions en guerre ne parviennent pas à un accord après une flambée de violence à Tripoli
atalayar-petroleum-libya

PHOTO/AFP  -   Raffinerie de pétrole dans la ville de Ras Lanuf, dans le nord de la Libye

Pour la troisième fois cette année, la violence est revenue dans les rues de la capitale libyenne, Tripoli. La résurgence des tensions entre les deux têtes d'un gouvernement bicéphale - le gouvernement d'union nationale (GNU), basé à Tripoli même, dirigé par Abdul Hamid Dbeibé, et le gouvernement de Misrata, dirigé par le Premier ministre parallèle Fathi Bashaga - a de nouveau fait des armes l'option privilégiée pour sortir d'une impasse institutionnelle qui dure depuis plus d'un an.  

Mais dans ce scénario, où il semble que la saisie du capital soit désormais une exigence obligatoire, une autre question revêt une importance stratégique et un intérêt politique particuliers pour les deux parties. La production de pétrole.

atalayar-petroleo-libia-enfrentamientos-violencia-tripoli-gobiernos
AP/YOUSEF MURAD - Les forces libyennes se déploient à Tripoli, Libye, samedi 27 août 2022. Des affrontements ont éclaté tôt samedi entre des milices rivales dans la capitale libyenne

Le pays d'Afrique du Nord fait partie - avec l'Arabie saoudite, l'Algérie, le Qatar, l'Équateur, les Émirats arabes unis, le Koweït, l'Indonésie, l'Irak, l'Iran, le Nigeria et le Venezuela, entre autres - de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui, compte tenu de la prolongation du conflit russo-ukrainien, doit actuellement faire face à des pressions internationales pour augmenter la production et les exportations quotidiennes de pétrole brut. 

Cependant, l'approvisionnement en pétrole de la Libye semble ne tenir qu'à un fil. Bien que le pays ait produit en moyenne environ 1,3 million de barils par jour (bpj) de pétrole ces dernières années - la principale source de revenus d'exportation de la Libye - les factions politiques en conflit ne semblent pas hésiter à utiliser la production pétrolière comme une arme contre leurs rivaux. 

atalayar-primer-ministro-libia-tripoli-abdul-hamid-dbeibé-dbeibah-dbeiba
AFP/GREGORIO BORGIA - Le Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibé

Depuis 2011 - date du renversement du gouvernement de Mouammar Kadhafi - les installations pétrolières sont la cible d'attaques, le théâtre d'affrontements et une monnaie d'échange pour le chantage politique entre des exécutifs rivaux qui n'aspirent qu'à franchir une nouvelle étape sur l'échiquier politique d'une guerre sans fin. Surtout du côté du maréchal Khalifa Haftar, dont l'influence couvre la plupart des territoires où se trouvent les champs pétroliers et les ports de sortie. En ce sens, 2020 a été le témoin de l'un des blocages les plus importants de l'histoire du pays : pendant des mois, les forces militaires alignées sur le camp de Haftar ont paralysé plusieurs champs et installations pétroliers.

Une situation similaire s'est produite en avril dernier, lorsque le ministre libyen du pétrole et du gaz, Mohamed Aoun, a signalé que les fermetures de puits et les blocages portuaires entraînaient des pertes pouvant atteindre 50 millions de dollars par jour. La production de pétrole est passée d'environ 1,2 million de barils par jour à 500 000 barils par jour. Plus de la moitié du total. Depuis lors, les niveaux d'extraction et d'exportation ont connu un lent processus de récupération, comme le suggère l'annonce faite par la National Oil Corporation (NOC), société publique, en juillet, lorsqu'elle a expliqué que la production quotidienne s'élevait à 860 000 millions de bpj.

atalayar-mapa-campos-petroleo-energia-libia-regiones-extraccion-crudo-afp
AFP/AFP - Carte de la Libye montrant les ports, les champs de pétrole et de gaz, les pipelines et les raffineries de pétrole

Aujourd'hui, ces chiffres sont estimés à 1,2 million de barils de pétrole par jour (depuis que la nomination d'un nouveau directeur de la NOC, favorable à Haftar, par le premier ministre de Tripoli, Dbeibé, a entraîné la fin du blocus pétrolier), mais la reprise du conflit dans la capitale met à nouveau en péril la stabilité du principal produit d'exportation. Plusieurs observateurs et analystes sont d'avis que tant qu'une des deux factions ne parviendra pas à prendre le contrôle total du pays et de tous les portefeuilles que cela implique - y compris le pétrole - les combats ne cesseront pas.

Cela est dû en grande partie au fait que les bénéfices obtenus grâce aux exportations de pétrole sont automatiquement versés à la Banque centrale de Libye en vertu d'accords internationaux établis, de sorte que pour faire pression sur le gouvernement de Tripoli - dirigé par Dbeibé - la stratégie de ses détracteurs consiste à interrompre directement la production. Et ces revenus font eux-mêmes partie du "butin" contrôlé par la faction qui sortira victorieuse de ce conflit civil, politique et militaire qui dure depuis 11 ans. 

atalayar-petroleo-libia-africa-energia-tanque-almacenamiento-crudo
AFP/ABDULLAH DOMA - Réservoir au port pétrolier d'Al-Sidra, à quelque 25 kilomètres à l'est de la ville de Ras Lanuf, dans le nord du pays
Un pays à l'arrêt 

Depuis que le pays a déclaré un cessez-le-feu à l'offensive lancée par le maréchal Haftar en 2019, la Libye est embourbée dans une tentative de processus de transition démocratique parrainé par l'ONU qui ne semble jamais se terminer. La feuille de route initialement prévue pour 2020 prévoyait la nomination d'un premier ministre par intérim (qui s'est avéré être Abdul Hamid Dbeibé) pour superviser les préparatifs des élections nationales qui mèneraient au premier exécutif démocratiquement élu. 

Toutefois, la situation n'a pas beaucoup changé depuis lors. Les élections, initialement prévues pour janvier, puis reportées à juin, n'ont jamais eu lieu. Et, selon les factions de l'est de la Libye, le mandat de Dbeibé ayant expiré, Fathi Bashaga a été nommé parallèlement à la tête de l'exécutif, basé dans la ville de Misrata, près de ce que l'on appelle le Croissant pétrolier. 

atalayar-mariscal-jalifa-khalifa-haftar-libia-gobierno-ejecutivo-enfrentamiento
PHOTO/REUTERS - Le maréchal libyen Khalifa Haftar

Aujourd'hui, en pleine négociation entre les deux parties et sous la pression - de Haftar et du résident du parlement de Tobrouk, Aguila Saleh - de nommer un nouveau gouvernement de transition, certains politiciens libyens évoquent déjà la possibilité d'élaborer un nouvel exécutif que toutes les parties peuvent accepter. Ils pensent que cela pourrait ne pas être bien accueilli par Dbeibé.

Dans ce jeu à somme nulle, on craint à nouveau que la recrudescence de la violence à Tripoli ne se transforme en une bataille nationale qui pourrait entraîner des perturbations dans l'extraction et l'exportation du pétrole.