PUBLICIDAD

Iberdrola

Le plan de réussite de la Russie au Moyen-Orient

Moscou a profité de l'héritage soviétique en matière de relations amicales et de coopération militaire avec les pays arabes
atalayar_rusia-siria

AFP/DELIL SOULEIMAN  -   Des soldats russes sur la route principale M4 dans la province d'Al-Hasaka au nord-est de la Syrie, le 20 janvier 2020.

Comme une tradition dans le monde moderne, le Moyen-Orient reste instable. Les turbulences politiques permanentes dans la région font disparaître tous les anciens dirigeants et en désignent de nouveaux, qui, avec la bénédiction de la Fortune, ont su utiliser leurs opportunités de manière efficace. Au cours des deux dernières décennies, nous avons été témoins d'un certain nombre de coups d'État, de révolutions, de contre-révolutions et d'interventions internationales, chacun avec des degrés de réussite différents. L'équilibre du pouvoir régional a connu des changements constants, mais l'un des acteurs a réussi non seulement à rester au sommet, mais aussi à dépasser ses homologues. Cette puissance est devenue la Russie, dont l'influence a le plus augmenté par rapport aux autres parties du Moyen-Orient.

Certes, les autorités russes n'ont pas eu à partir de zéro. Moscou a profité de l'héritage soviétique en matière de relations amicales et de coopération militaire avec les pays arabes. Toutefois, la stratégie moderne de la Russie est bien plus sophistiquée. Dans le cadre du développement de sa présence dans la région, les Russes combinent prouesses politiques, puissance militaire et soft power. Tous ces éléments font partie du concept de guerre hybride, qui n'est pas une exclusivité russe, mais dans lequel le Kremlin excelle. En outre, la Russie a un avantage certain sur les autres superpuissances mondiales : la cohérence.

atalayar_putin-bachar al asad
AFP PHOTO/HO/SYRIAN PRESIDENCY TELEGRAM PAGE - Le président syrien Bachar al-Assad serre la main de son homologue russe Vladimir Poutine au quartier général des forces russes à Damas.

Un excellent exemple de ces principes est l'engagement russe dans le conflit syrien. La première étape du grand plan était une opération militaire qui a permis de stabiliser l'emprise de Bachar Assad sur le pouvoir, de limiter l'influence de l'opposition armée et de réduire les capacités d'ISIS. Les caractéristiques distinctives de l'opération étaient l'utilisation active de l'aviation et de l'armement de précision, ainsi que l'utilisation des nouveaux types d'armes et de tactiques avancées. Le succès obtenu par les moyens militaires a été renforcé par des initiatives politiques russes, notamment lors des réunions du format sans précédent d'Astana, qui a réuni autour d'une table de négociation la Russie, la Turquie et l'Iran. En conséquence, ce format est devenu un substitut au processus sans issue de l'ONU à Genève. Parallèlement, pour protéger ses intérêts, Moscou a capitalisé avec succès sur les relations bilatérales. Les accords conclus entre la Russie et la Turquie sont devenus un facteur principal de réconciliation de la situation dans la province d'Idlib. En outre, la Russie fait office de médiateur entre l'Iran et Israël dans les régions du sud de la Syrie.

atalayar_rusia-libia
PHOTO/ Service de presse du ministère des affaires étrangères de la Russie vía AP - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avec le président du parlement libyen, Aguila Saleh, lors de leurs entretiens à Moscou, en Russie, mardi 24 novembre 2020.

Alors qu'en Libye, la Russie n'a pas jugé nécessaire de mener une opération militaire de grande envergure, les principes sont restés les mêmes. La partie russe, qui soutient depuis le début l'Armée nationale libyenne d'Halifa Haftar, reçoit régulièrement des représentants des deux parties au conflit et le ministère russe de la défense joue notamment un rôle actif dans le processus de négociation. Grâce aux efforts de l'armée russe, l'ANL a gagné des alliés importants comme l'Égypte et les Émirats arabes unis.

La Turquie est devenue l'un des principaux adversaires de la Russie tant en Syrie qu'en Libye. Moscou et Ankara ont réussi à assurer leur coopération malgré des périodes d'escalade des tensions entre les deux pays, par exemple après qu'un avion russe ait été abattu par des militants soutenus par la Turquie. La décision des dirigeants turcs d'acheter le complexe de missiles S-400, malgré la pression des États-Unis, a été un succès incontesté. En outre, la Turquie a choisi la Russie comme partenaire pour construire une centrale nucléaire à Akkuyu. Même le président Erdogan ne se permet pas de critiquer ouvertement son homologue russe, alors que le dirigeant turc se plaint amèrement du "mauvais départ" de ses relations avec le chef de la Maison Blanche.

atalayar_erdogan-putin
SPUTNIK/ALEXEY NIKOLSKY - Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine se serrent la main lors de leur rencontre à Berlin le 19 janvier 2020.

Parallèlement à son ingérence active dans les domaines susmentionnés, la Russie parvient à maintenir ses relations avec les pays du golfe Persique. Cela concerne non seulement l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, mais aussi la coopération technique militaire, y compris la participation des pays arabes aux "Jeux de l'armée" organisés par l'armée russe. Le vaste réseau de contacts permet à la Russie de jouer sur les contradictions entre l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar et la Turquie.

Les Russes se sont solidement implantés au Moyen-Orient en jouant sur leurs capacités diplomatiques et militaires. Grâce à un positionnement astucieux, la Russie peut désormais atteindre ses objectifs en attendant simplement que ses adversaires commettent une erreur. C'est ce qui s'est passé en Afghanistan où le vide politique laissé après le retrait américain a donné à la Russie l'occasion de se déclarer prête à faciliter le processus de règlement. Les contacts avec les talibans établis au préalable et les solides relations de la Russie avec la Chine et le Qatar sont devenus un avantage supplémentaire.

atalayar_putin-arabia-saudi
PHOTO/Agence de presse saoudienne - Le roi saoudien Salman bin Abdulaziz Al Saud rencontre le président russe Vladimir Poutine au palais royal d'Al Yamamah, le 14 octobre 2019.

En définitive, la cohérence et la succession de la politique moyen-orientale russe, à la tête de laquelle se trouvent généralement les Forces armées de la Fédération de Russie, ont fourni à Moscou de nombreuses occasions solides de promouvoir ses intérêts dans la région. Face à ses rivaux, la Russie est parvenue à consolider sa position, ce qui constitue un argument incontestable en faveur de l'efficacité de la stratégie du Kremlin.