Le président algérien entame une série de contacts avec l'opposition en vue d'une éventuelle élection anticipée

Certains médias laissent même entendre que le gouvernement envisage un changement de cabinet
Le président algérien Abdelmadjid Tebboune

PHOTO/AFP  -   Le président algérien Abdelmadjid Tebboune

Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, qui était en Allemagne en raison de problèmes de santé, est rentré au pays et a repris son programme ce week-end avec une série de consultations avec les partis politiques, y compris l'opposition, en vue de la tenue d'élections législatives anticipées, selon les représentants de certains partis.  

Selon le président du Front nationaliste El Moustakbel, Abdelaziz Belaïd, le chef de l'Etat "prévoit de dissoudre le parlement et d'organiser des élections législatives anticipées (...) La dissolution du parlement pourrait avoir lieu dans les prochains jours, peut-être jeudi", a-t-il déclaré dimanche à la chaîne de télévision privée Echorouk.  

Sofiane Djilali, le leader de l'opposition Jil Jadid, dans une interview pour la chaîne 24hdz, a déclaré que les élections prévues pour 2022 auront lieu "au plus tard en juin 2021".  

Deux des principales forces politiques d'opposition reçues par Tebboune étaient le Mouvement de la société pour la paix (MSP), principal parti d'opposition et islamiste, et le Front des forces socialistes (FFS), l'un des plus anciens partis d'opposition.  

Manifestantes portan pancartas y banderas durante una protesta en la que se exige la destitución de la élite gobernante y el enjuiciamiento de antiguos funcionarios vinculados al expresidente Abdelaziz Bouteflika, en Argel (Argelia), el 14 de junio de 2019
REUTERS/RAMZI BOUDINA - Des manifestants portent des banderoles et des drapeaux lors d'une manifestation exigeant l'éviction de l'élite dirigeante et la poursuite des anciens fonctionnaires liés à l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, à Alger, Algérie, le 14 juin 2019.

Dans une déclaration, le FFS a exhorté le président du pays à "prendre des mesures fortes pour restaurer la confiance des Algériens et refléter une réelle volonté politique de parvenir au changement souhaité". La formation socialiste exige également la libération des prisonniers d'opinion, l'ouverture du champ politique et médiatique, et la levée des restrictions à l'exercice des libertés fondamentales, individuelles et collectives". Une autre revendication est de mettre fin au harcèlement des militants politiques, des associations et des syndicalistes.

Tebboune, 75 ans, est rentré à Alger vendredi après avoir été hospitalisé pendant un mois en Allemagne, où il a été opéré du pied droit en raison de complications générées par le COVID-19. À son arrivée, il a été reçu à l'aéroport de Bufarik, à l'ouest de la capitale, par le président en exercice du Conseil de la Nation, Sallah Gudjil.  

Les rencontres se sont déroulées entre samedi et dimanche sur fond de tension sociale à l'approche du deuxième anniversaire de Hirak, le mouvement de protestation populaire qui est descendu dans la rue le 22 février 2019 pour exiger des réformes démocratiques et qui s'est terminé par la démission d'Abdelaziz Bouteflika, qui a dirigé l'Algérie pendant 20 ans.  

Pendant ses dernières années à la tête de l'Etat, l'ancien président vieillissant était en mauvaise santé après avoir subi une attaque cérébrale en 2013 qui l'a empêché de servir en tant que président. Malgré cela, il a tenté de se présenter pour un cinquième mandat, mais le tollé de la rue l'a forcé à abandonner.  

Huit mois plus tard, Tebboune est élu. Outre le dialogue qu'il propose désormais aux différents partis politiques, il est favorable, après son élection, à une réforme de la Constitution, qui est cependant rejetée par la plupart des manifestants, qui voient en Tebboune une continuation du régime de Bouteflika et des principaux maux qui affligent le pays du Maghreb, comme la corruption. 

Abdelaziz Bouteflika
PHOTO/AP - Abdelaziz Bouteflika

Fin janvier, deux anciens premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ont été condamnés respectivement à 15 et 12 ans pour une affaire de corruption liée à une entreprise automobile et au financement illégal de la dernière campagne électorale de Bouteflika.  

Un grand nombre d'hommes d'affaires et de personnes de l'entourage de Bouteflika ont été arrêtés depuis son départ du pouvoir. Le pouvoir judiciaire prétend travailler de manière indépendante et sans prendre d'ordres, mais les manifestants ne sont pas satisfaits de ses performances.  

Malgré les promesses de démocratisation du pays, il y a toujours une répression contre les militants politiques pour leur participation aux manifestations et leurs commentaires sur les réseaux sociaux. C'est le cas de Walid Kechida, qui a été arrêté pour avoir publié des caricatures critiques à l'égard du président du pays et a été condamné à trois ans de prison. Cependant, le fondateur du groupe Facebook "Hirak Memes" a finalement vu sa peine réduite à un an de prison, avec six mois de sursis, et il a donc été libéré après déduction du temps passé en détention.