PUBLICIDAD

Marruecos

Le président biélorusse détourne un vol pour détenir un journaliste critique du régime

Le vol a été détourné sur ordre du président Alexandre Loukachenko après la simulation d'une alerte à la bombe dans le but d'arrêter le journaliste Roman Protasevich
Atalayar_vuelo bielorrusia

PHOTO/AFP  -   Une photo prise à Minsk le 25 mars 2012 montre l'ancien rédacteur en chef de la chaîne Telegram de l'opposition biélorusse @nexta_tv, Roman Protassevitch, lors de la manifestation de la "Journée de la liberté".

Les autorités biélorusses ont arrêté le journaliste Roman Protasevich, 26 ans, après avoir détourné un vol commercial Ryanair d'Athènes à Vilnius vers l'aéroport de Minsk. Le personnel navigant a été averti d'une "menace potentielle pour la sécurité à bord et a reçu l'ordre de détourner l'avion vers l'aéroport le plus proche". Selon le ministre des transports du Belarus, Artem Sikorsi, cette menace serait liée à une alerte à la bombe lancée par le Hamas. En outre, les autorités ont donné l'ordre à un avion de chasse de surveiller le vol et les passagers.

Cependant, une fois l'avion atterri à Minsk, aucun engin explosif n'a été trouvé dans l'avion. Après avoir obligé les passagers à se soumettre à un nouveau contrôle de sécurité, le journaliste et militant de l'opposition biélorusse Roman Protasevich a été arrêté, a confirmé le ministère de l'Intérieur biélorusse. 

Protasevich a fondé l'une des chaînes Nexta et Nexta Live de Telegram, basée en Pologne, qui compte 1,2 million d'adeptes. Ce média a été l'un des principaux diffuseurs d'informations sur les manifestations gouvernementales organisées dans les premières semaines d'août 2020 à la suite des élections présidentielles, accusées d'être "frauduleuses". Après avoir relaté ces événements, Protasevich s'est exilé en Lituanie et a été recherché par le Bélarus.

Atalayar_vuelo bielorrusia
PHOTO/SPUTNIK/ALEXANDER ASTAFYEV - Le président biélorusse Alexandre Loukachenko

Les élections du 9 août 2020 ont donné la victoire à Loukachenko, qui était au pouvoir depuis 1994. Lors de ces nouvelles élections, M. Loukachenko aurait obtenu 80,01 % des voix contre 10,1 % pour l'opposition, Mme Tikhanovskaya, selon le décompte final. Après avoir exigé la tenue de nouvelles élections, le président élu a opposé un refus total et a nié les accusations selon lesquelles les élections étaient frauduleuses. Cependant, des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Ukraine n'ont jamais reconnu la tenue de ces élections.  

Selon Nexta, les manifestations de masse contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko ont été organisées après sa réélection en août de l'année dernière. La chaîne a été qualifiée d'"extrémiste" par les autorités biélorusses et a été accusée d'"inciter à la haine sociale". L'agence de sécurité biélorusse accuse également le journaliste d'être un "terroriste", ce qui lui vaudrait une peine de 15 ans de prison ou la peine de mort.
 

Atalayar_vuelo bielorrusia
AFP/ PETRAS MALUKAS - Une photo prise le 23 mai 2021 montre un avion de ligne Ryanair en provenance d'Athènes, en Grèce, qui a été détourné vers Minsk le même jour par les autorités biélorusses

La dirigeante de l'opposition en exil Svetlana Tikhanovskaya, qui se trouvait dans le même avion que Roman et sa petite amie Sofia Sapega, également arrêtée, a déclaré que "le régime a forcé un avion à atterrir pour arrêter Roman Protasevich" et qu'il risquait "la peine de mort au Belarus". En outre, selon l'opposition et l'ancien ministre de la culture Pavel Latushko, deux Bélarussiens et quatre Russes n'ont pas poursuivi le voyage, destiné à atterrir à Vilnius. 

L'arrestation de Protasevich a suscité l'indignation internationale. L'OTAN et plusieurs capitales européennes, ainsi que l'opposition, ont exigé une réponse ferme des partenaires européens. Le Président de la Lituanie, Gitanas Nauseda, s'est exprimé en ce sens, exigeant sa libération immédiate. Parallèlement, le président du Conseil européen, Charles Michel, a annoncé qu'il s'agit d'un événement "sans précédent" et qu'il sera discuté lors du sommet européen extraordinaire car "il ne restera pas sans conséquences". 
 

Atalayar_vuelo bielorrusia
PHOTO/ FLIGHTRADAR24.COM via REUTERS - Un graphique montre la trajectoire du vol Ryanair 4978, qui reliait Athènes à Vilnius et transportait le militant de l'opposition et blogueur bélarussien Roman Protasevich

La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyden, a également pris position, tweetant que "toute violation des règles du transport aérien international doit avoir des conséquences" et soulignant que l'incident est "absolument inacceptable". Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a exigé " la libération immédiate " du journaliste et a condamné " fermement " le détournement forcé de la compagnie aérienne.

À cet égard, l'Union européenne a convoqué l'ambassadeur du Belarus. Selon M. Borrell, cette demande a été faite pour "condamner la mesure inacceptable prise par les autorités biélorusses". Avant cette convocation, le ministre tchèque des affaires étrangères avait convoqué l'ambassadeur pour lui faire part de "sa vive protestation" face à cette arrestation.  

Cette atteinte à la liberté d'expression au Belarus s'ajoute aux multiples attaques perpétrées dans le pays contre des journalistes locaux et internationaux. Selon Amnesty International, "les journalistes sont pris pour cible pour avoir dénoncé les crimes commis par les autorités biélorusses contre leur propre population, ce qui constitue une violation flagrante du droit à la liberté d'expression. Le gouvernement a même fermé l'internet pour empêcher les gens de partager des informations".

La directrice d'Amnesty International pour l'Europe de l'Est et l'Asie centrale, Marie Struthers, a souligné qu'"il est effrayant de voir jusqu'où le gouvernement est prêt à aller pour supprimer ces informations : attaquer les journalistes à coups de matraque et de balles en caoutchouc, détruire leur matériel et emprisonner des dizaines de journalistes. Dans cet ordre d'idées, l'Association biélorusse des journalistes a signalé l'arrestation d'au moins 55 journalistes, en plus de la détention de milliers de manifestants.
 

Atalayar_vuelo bielorrusia
AFP/ JOE KLAMAR -Svetlana Tikhanovskaya, chef de l'opposition bélarussienne

Selon le baromètre 2021 publié par Reporters sans frontières, 322 journalistes ont déjà été emprisonnés dans le monde et 101 internautes ont été emprisonnés ainsi que 13 collègues. En outre, les récents assassinats des journalistes David Beriain et Roberto Fraile ont augmenté de huit le nombre d'assassinats de journalistes dans le monde en 2021.