Le président chinois va ouvrir le premier Forum virtuel de Davos

Selon le créateur du Forum de Davos, 2021 sera une année décisive pour regagner la confiance perdue en raison des conséquences de la pandémie
Atalayar_ Xi Jinping

 -   Le président chinois Xi Jinping

Le président chinois, Xi Jinping, ouvrira le premier forum économique virtuel de Davos, qui se tiendra la semaine prochaine, aux mêmes dates que l'édition habituelle de ce sommet des dirigeants, et dont la version en face à face a été déplacée à Singapour en mai. 

Le fondateur et directeur exécutif du Forum économique mondial, organisateur de la célèbre réunion annuelle de Davos, Klaus Schwab, a annoncé aujourd'hui qu'en plus de Xi, le président de la Corée du Sud et les premiers ministres de l'Inde et du Japon participeront aux débats télématiques, prévus entre le 25 et le 29. 

Elle représentera les principales puissances d'Asie, le continent où la pandémie a débuté mais qui en a le moins souffert, tant sur le plan humain qu'économique. 

Ce continent représente la moitié de la population mondiale et la moitié du produit mondial brut, comparable dans ce dernier cas à ce que la Chine et les États-Unis représenteraient ensemble. 

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, sera également l'un des principaux orateurs de l'"Agenda de Davos", un événement avec lequel le Forum économique mondial maintient sa réputation d'organiser chaque année le premier grand sommet informel réunissant les dirigeants économiques et politiques du monde entier depuis un demi-siècle. 

Ces dernières années, des leaders sociaux, des défenseurs de l'environnement et des représentants de la culture les ont rejoints au Forum de Davos, trouvant ainsi un nouvel espace pour faire entendre leurs messages sur cette plateforme. 

Lors d'une conférence de presse, également virtuelle, M. Schwab a déclaré aujourd'hui qu'avec le monde toujours en proie à la pandémie de covid-19, il est urgent de "repenser les priorités, de rétablir la confiance et d'améliorer la coopération mondiale."

"Cette réunion unique sera l'occasion pour les dirigeants d'exposer leurs visions et d'aborder les questions les plus importantes de notre temps, telles que la nécessité d'accélérer la création d'emplois et de protéger l'environnement", a-t-il déclaré. 

Selon le créateur du Forum de Davos, 2021 sera une année décisive pour regagner la confiance perdue en raison des conséquences de la pandémie, en particulier dans les régions les plus touchées de la planète. 

L'un d'entre eux est l'Europe, qui sera représentée sur l'"Agenda de Davos" par la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. 

Une fois de plus, les présidents de la Colombie, Iván Duque, et du Costa Rica, Carlos Alvarado, participeront à l'Amérique latine depuis leur capitale, tandis que l'Argentin Alberto Fernández s'exprimera pour la première fois lors de cet événement. 

Ils seront rejoints par dix ministres de l'économie, des finances et des affaires étrangères, ainsi que par les gouverneurs des banques centrales, ont déclaré les organisateurs. 

L'un des directeurs généraux du Forum, Saadia Zahidi, a déclaré que ses analyses montrent que les futures possibilités d'emploi se situeront dans les secteurs de la technologie, de l'économie verte, de l'éducation et des soins. 

Pour que cela se produise, "nous devons voir d'où vient la croissance économique à l'avenir et comment nous pouvons la façonner, que les gens aient l'éducation et les compétences nécessaires pour occuper ces emplois et que ces emplois soient équitables et abordables", a-t-elle déclaré. 

La nouvelle administration américaine sera représentée par l'envoyé spécial du président Joe Biden pour le changement climatique, l'ancien secrétaire d'État John Kerry, en signe de l'attention qu'il entend accorder à ce phénomène. 

Après les discussions virtuelles de la semaine prochaine, le Forum économique mondial continuera à préparer sa grande réunion annuelle qui se tiendra fin mai à Singapour. 

Les organisateurs ont refusé d'organiser l'événement en Suisse en raison de la propagation du coronavirus dans ce pays et dans le reste de l'Europe, et parce qu'il est impossible d'anticiper la situation dans les prochains mois.