Le président tunisien face à la conspiration islamiste

La détermination de Kais Saied à limoger le premier ministre, à prendre en charge les fonctions gouvernementales et à geler le parlement est une tentative de sauver la nation du complot islamiste
Kais Saied, Président de la Tunisie

PHOTO/KHALED NASRAOUI  -   Kais Saied, Président de la Tunisie

Le président tunisien Kais Saied dément les accusations de coup d'État et affirme que son initiative de limoger le premier ministre, de prendre les fonctions de l'exécutif, Le président tunisien dément les accusations d'avoir perpétré un coup d'État et assure que son initiative de limoger le premier ministre, de reprendre les fonctions de l'exécutif, du bureau du procureur général et de geler temporairement le parlement pendant 30 jours est due à la nécessité de "sauver le pays" de la grave crise qu'il subit en raison des conspirations des groupes islamistes dirigés par le parti Ennahda, soutenu par les Frères musulmans, qui ont une influence totale sur le premier ministre limogé par l'intermédiaire du président du parlement, le leader d'Ennahda, Rached Ghannouchi.

L'étincelle de la décision du président Saied a été le licenciement du ministre de la Santé, Fawzi Mahdi, du parti du président, qui a subi des pressions pour lancer une campagne de vaccination sans la préparation et les moyens nécessaires, ce qui a conduit à son licenciement. Cependant, l'agitation publique a pris la forme d'une grande manifestation dimanche matin devant le bâtiment du parlement, siège du parti islamiste Ennahda dans quatre provinces. La protestation populaire contre la grave crise économique et sociale que les Tunisiens subissent depuis des années, aggravée par la pandémie de coronavirus, a été canalisée contre le gouvernement, appelant à la révocation du Premier ministre Hichem Mechichi, à la dissolution du Parlement et à un changement du système politique. Les manifestations se sont étendues aux provinces de Tozeur, Kairouan, Sidi Bouzid, Sfax Nabeul, Gafsa, Sousse, Mahdia et el Kef en scandant des slogans contre le président du Parlement et leader d'Ennahda et des Frères musulmans en Tunisie, Rached Ghannouchi. 

El presidente del Parlamento, Rached Ghannouchi, sale del edificio del Parlamento en Túnez, Túnez, el 26 de julio de 2021
PHOTO/REUTERS - Le président du Parlement, Rached Ghannouchi, quitte le bâtiment du Parlement à Tunis, en Tunisie, le 26 juillet 2021.
Manifestations populaires contre les islamistes

Le président Saied est également descendu dans la rue pour rencontrer ses partisans en liesse dans la même rue qui a été témoin des plus grandes manifestations lors de la révolution de 2011 sous l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, après avoir tenu une réunion d'urgence avec les dirigeants des forces armées et de sécurité au Palais de Carthage où des décisions pour renverser le cours de la crise politique tunisienne ont été prises et saluées par la majorité de la population. L'appel de Ghannouchi à ses partisans à descendre dans la rue a suscité une certaine inquiétude au palais présidentiel quant au risque d'incidents et de heurts violents. 

Le soutien populaire a été décisif dans la volonté du président Saied de mettre fin à la confrontation politique prolongée qu'il subit depuis son élection en 2019 et qui pèse en permanence sur ses initiatives de lutte contre la corruption, de relance de l'économie et de l'emploi et d'adoption des mesures nécessaires pour faire face à la pandémie de coronavirus qui fait tant de dégâts dans le pays méditerranéen. Les divergences au sein du parlement, entre les différents partis, et la défiance manifeste du président du parlement Ghannouchi à l'égard du président Saied ont conduit à l'inefficacité et à la paralysie du gouvernement. Les Tunisiens réclament un nouveau gouvernement capable de gérer la crise sanitaire. La Tunisie souffre d'une pénurie angoissante d'oxygène et a enregistré 18 000 décès dans un pays de 12 millions d'habitants, soit l'un des pires taux de mortalité au monde.

El ex primer ministro tunecino, Hichem Mechichi
PHOTO/REUTERS - L'ancien Premier ministre tunisien Hichem Mechichi
Article 80 de la Constitution

Le fondement de l'action du président est l'article 80 de la Constitution, qui autorise le président de la République à prendre des mesures exceptionnelles en cas de danger imminent. Saied a déclaré que le pays traverse une période très dangereuse et que personne ne devrait être autorisé à manipuler l'État, les lois et les ressources économiques comme s'il s'agissait de sa propriété privée. Le déploiement de l'armée dans les rues principales des villes et pour la protection des institutions de l'État telles que le parlement, l'aéroport et la télévision d'État a, pour le moment, empêché les troubles. Les commandants militaires ont empêché son président, le dirigeant islamiste Ghannouchi, d'entrer au parlement, conformément à la décision du président de geler ses fonctions et de lever l'immunité des membres du parlement. 

Dans sa déclaration sur les mesures d'urgence, Saied a clairement indiqué sa détermination à ne permettre aucune forme de confrontation avec les partisans islamistes : "Je mets en garde ceux qui pensent à recourir aux armes. Celui qui tire une balle, les forces armées le rencontreront avec des balles" et a déclaré que "nous ne voulions pas recourir à des mesures malgré la réalisation des conditions constitutionnelles, mais, d'autre part, beaucoup de gens ont été trompés par l'hypocrisie, la trahison et le vol des droits du peuple".

Un agente de Policía tunecino se enfrenta a los manifestantes durante una manifestación en Túnez, Túnez, el domingo 25 de julio de 2021
AP/HASSENE DRIDI - Un policier tunisien se heurte à des manifestants lors d'une manifestation à Tunis, en Tunisie, dimanche 25 juillet 2021.
Élection du président Saied

Le président Saied a été élu en octobre 2019 avec 70 % des voix. Candidat indépendant, professeur de droit constitutionnel à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. La même année, des élections législatives ont été organisées sans qu'un vainqueur clair ne se dégage, avec beaucoup de divisions entre les partis et de nombreuses difficultés à former un gouvernement. 

Après la Révolution de Jasmin en 2011, considérée comme la première étincelle des protestations qui se sont répandues dans de nombreux pays arabes contre les dictatures habituelles avec des résultats épars et désastreux dans des cas comme la Syrie, la Libye, l'Égypte ou le Yémen, la Tunisie était apparue comme un cas exemplaire pour avoir su surmonter les différences entre les différents secteurs politiques et sociaux et avoir atteint une Constitution consensuelle qui reflète les intérêts de la majorité des Tunisiens. Cependant, en 2015, les attaques terroristes contre le musée du Bardo, qui ont fait 22 morts, l'attaque d'un centre touristique sur la côte de Sousse, qui a fait 38 morts, et l'attentat suicide qui a tué 12 soldats ont détruit le secteur du tourisme, qui est essentiel à l'économie de la Tunisie. 

Miembros de las fuerzas de seguridad tunecinas se enfrentan a manifestantes antigubernamentales durante una concentración frente al Parlamento en la capital, Túnez, el 25 de julio de 2021
AFP/FETHI BELAID - Des membres des forces de sécurité tunisiennes s'affrontent à des manifestants anti-gouvernementaux lors d'un rassemblement devant le parlement dans la capitale Tunis, le 25 juillet 2021.

Depuis lors, le pays maghrébin a eu besoin du soutien international pour son redressement économique, mais l'aide n'a pas été fournie dans le volume nécessaire pour maintenir un niveau de vie décent, éviter les complots des islamistes Ennahda et des Frères musulmans, et faire face au malheur ultime de la pandémie de coronavirus.

La situation en Tunisie présente de nombreuses similitudes avec ce qui s'est passé en Égypte, après le renversement de Hosni Moubarak, la présidence désastreuse de Mohamed Morsi et les manifestations populaires demandant à l'armée de destituer le leader islamiste, ce qui a conduit à la prise du pouvoir par le général Al-Sisi, l'actuel président après être passé par les urnes et avoir remporté les élections. Dans le cas de la Tunisie, le président est un professeur d'université qui s'appuie sur la Constitution et les forces armées et de sécurité pour "sauver le pays".

Article précédemment publié sur ABC.es