PUBLICIDAD

Marruecos

Le premier forum "Du dialogue islamo-chrétien à la famille abrahamique" prône la coexistence et le pluralisme

Les participants soulignent les points communs aux trois religions, comme la figure du prophète Abraham, vénéré par les musulmans, les juifs et les chrétiens
ficrt

 -  

Le premier forum "Du dialogue islamo-chrétien à la famille abrahamique"organisé par la Fondation pour la Culture Islamique et la Tolérance Religieuse (FICRT), a tenu sa troisième session à la Casa Árabe de Cordoue, en suivant une ligne basée sur la compréhension et la tolérance entre les religions.

Ont participé à cette table ronde d'experts Susana Brauner, professeur et chercheur à l'université de Tres de Febrero (Argentine) ; Tijani Boulaouali, spécialiste des études arabes et islamiques et du dialogue interreligieux et interculturel et professeur à l'université catholique de Louvain (Belgique) ; et Muhammad Najib, docteur en sciences politiques et ambassadeur de la République d'Indonésie en Espagne. La session était présidée par Pilar Garrido Clemente, professeur d'études arabes et islamiques à l'Université de Murcie.

ficrt

Susana Brauner, seule intervenante d'Amérique latine au forum et spécialiste des migrations juives en provenance du monde arabe, a mis en avant le dialogue interreligieux en Argentine. Le pays américain est un cas particulier, car il abrite la plus grande communauté juive de la région. D'autre part, l'Argentine compte également un grand nombre de musulmans. L'ancien président Carlos Menem, qui est d'origine syrienne, se distingue à cet égard.

Bien que l'Argentine soit un modèle de coexistence, elle a aussi connu des moments difficiles, comme les attaques contre la communauté juive en 1992 et 1994. Néanmoins, ces attaques ont encouragé le dialogue interreligieux.
 

ficrt

Comme l'a expliqué M. Brauner, à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, une migration en provenance du sud de l'Europe a commencé, principalement des catholiques, mais aussi des musulmans du Moyen-Orient et du Maroc. La situation n'était pas telle qu'elle est aujourd'hui. L'héritage catholique était une composante majeure de l'identité nationale, tandis que la population non catholique était victime de discrimination.

Toutefois, la situation a changé dans les années 1960. Le catholicisme perd des adeptes et ne fait plus partie de l'identité argentine. C'est encore le cas aujourd'hui puisque, selon une enquête de 2014, le pays comptait 69 % de catholiques cette année-là, un chiffre bien inférieur à celui des décennies précédentes.

ficrt

Au sein de la population non catholique, Brauner note que la communauté juive a commencé à arriver en Argentine à la fin du 19e siècle et dans les années 1950. Les migrants venaient principalement d'Europe de l'Est et du monde arabe. La population musulmane, quant à elle, est également arrivée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Cette communauté a eu moins de visibilité publique que la communauté juive, bien que cette dernière ait augmenté dans les années 1980 et 1990.

Il y a un besoin de compréhension entre toutes les religions. Pour cette raison, un dialogue entre chrétiens et juifs a été encouragé. Ce processus a été mené à bien par les secteurs les plus progressistes des deux courants. En outre, dans les années 1990, Carlos Menem est devenu président et a maintenu de bonnes relations avec la communauté juive. Cependant, après les attaques contre la population juive, les critiques liées à son origine syrienne et les préjugés au sein de la société argentine ont augmenté.

ficrt

Dans le cadre de ce dialogue, M. Brauner met en avant l'Institut pour le dialogue interreligieux (IDI), créé en 2002 par le cardinal Bergoglio, l'actuel pape. Son travail de promotion de la tolérance se poursuit aujourd'hui, ce qui a créé un modèle de coexistence dans le pays. Nous avons un "trésor argentin", a déclaré M. Brauner.

"Il n'y a rien qui nous relie plus qu'Abraham"

Plus tard, Tijani Boulaouali a exalté la figure du prophète Abraham et le pluralisme culturel. "Nous, les tolérants, sommes confrontés à l'extrémisme religieux et à l'extrémisme populiste. Nous sommes pris entre deux feux. Le chemin du dialogue est ardu", a commencé par reconnaître l'expert.ficrt

Cependant, il insiste sur le symbolisme d'Abraham. "Il n'y a rien qui nous relie davantage", a-t-il déclaré. Le prophète est le dénominateur commun des trois religions monothéistes d'un point de vue généalogique, mais il a également été un point de rencontre, que ce soit dans des situations de guerre ou de paix. "Abraham est toujours parmi nous". Dans ce sens, il a également souligné la figure de Marie, un personnage également présent dans les trois religions.

Un autre point mis en avant par Boulaouali est la coexistence des musulmans, des juifs et des chrétiens dans le passé, quand "ils étaient ensemble comme nous le sommes aujourd'hui". Ces rencontres ont donné naissance à un patrimoine scientifique qui perdure aujourd'hui. Dans ce sens, le professeur a mentionné des figures importantes de l'époque comme Averroès et Avempace.

ficrt

Et, revenant au présent, Boulaouali a fait allusion au conflit actuel à Jérusalem, soulignant que, malgré la guerre, "les minarets et les clochers s'embrassent". "L'appel à la prière se mêle aux cloches des églises", a-t-il dit, notant qu'au sein de cette guerre "nous voyons ces lueurs de tolérance, la possibilité de coexistence". Quelque chose qui se passe aussi en Europe, "malgré l'extrême droite et le populisme". Ce fléau représente un grand défi pour la compréhension, car il répand la peur et la haine. 

Dans cette ligne, Boulaouali a fait l'éloge du pluralisme, assurant qu'il ne nous nuit pas, comme certains le disent, mais qu'il enrichit plutôt les sociétés contemporaines. Toutefois, ce pluralisme n'est pas seulement présent sur le continent européen, mais se ressent également dans des pays comme le Maroc, où musulmans, chrétiens et juifs cohabitent depuis longtemps, ou l'Égypte, où musulmans et coptes fréquentent les mêmes écoles et universités.

ficrt

D'autre part, le professeur a souligné l'évolution rapide des pays du Golfe, qui sont passés d'États monoculturels à des États multiculturels, rappelant que même aux Émirats arabes unis, il existe un ministère de la tolérance, ce qui n'est pas le cas dans d'autres nations européennes.

La troisième session a été clôturée par Muhammad Najib, ambassadeur d'Indonésie en Espagne, qui a expliqué les aspects de son pays, de la politique à la religion, en passant par la nature. Najib a souligné que la diversité est "l'essence de l'identité" de la nation, qu'il considère comme un "melting pot" culturel.

ficrt

Sur les 200 millions d'habitants que compte l'Indonésie, la majorité est musulmane, mais il y a aussi des chrétiens, des bouddhistes et des personnes d'autres confessions. Cela fait de l'Indonésie un centre de coexistence et de convivialité. Jakarta en est un exemple. Dans la capitale, la mosquée et la cathédrale principale sont si proches que les fidèles partagent un parking. En outre, un couloir a récemment été construit entre les deux temples, ce qui est "un exemple de tolérance".