PUBLICIDAD

Marruecos

Le premier forum "Du dialogue islamo-chrétien à la famille abrahamique" rappelle la coexistence religieuse d'Al-Andalus

Au cours de la dernière session, les participants ont discuté de la prospérité en Al Andalus, ainsi que de la diversité actuelle dans des pays comme l'Égypte
El I Foro ‘Del Diálogo Islamo-Cristiano a la Familia Abrahámica’ recuerda la convivencia religiosa de Al Andalus

 -  

 
Le 1er Forum "Du dialogue islamo-chrétien à la famille abrahamique", organisé par la Fondation pour la culture islamique et la tolérance religieuse (FICRT), s'est achevé à Cordoue. Le dernier jour, outre les conclusions et le manifeste, une table ronde a été organisée, présidée par Mohammed Dahiri, professeur d'études arabes et islamiques à l'UCM. 
.ficrt 

Parmi les participants figuraient María Ángeles Gallego, scientifique principale à l'Institut des langues et cultures de la Méditerranée et du Moyen-Orient du CSIC ; Ahmad H. Anwar, maître de conférences à la faculté des arts de l'université de Port Saïd (Égypte) ; et Christian Giordano, docteur en théologie de l'université libre d'Amsterdam (Pays-Bas) et pasteur.
 
El I Foro ‘Del Diálogo Islamo-Cristiano a la Familia Abrahámica’ recuerda la convivencia religiosa de Al Andalus

La prospérité de la communauté juive en al-Andalus  

María Ángeles Gallego a axé son intervention sur l'interaction entre juifs et musulmans en Al Andalus. Pour approfondir cette question, la spécialiste a d'abord évoqué un manifeste signé en 2016 par un groupe de sépharades, des Juifs de la péninsule ibérique. Ils ont donc formé un mouvement appelé "Âge d'or", qui propose l'égalité des droits pour les juifs ashkénazes - originaires d'Europe centrale et orientale - et les sépharades, qui dénoncent la discrimination au sein d'Israël. 
 
Ce groupe d'intellectuels séfarades défend également l'idée qu'Israël doit être considéré comme un pays du Moyen-Orient, et non comme un pays européen du Moyen-Orient, comme le font de nombreux médias. En ce sens, ils appellent aussi à mettre en valeur les Juifs qui viennent du monde arabe.
​​​​ficrt

Les postulats défendus par ce groupe de sépharades reflètent à quel point le concept de l'âge d'or est vivant au sein du peuple d'Israël, comme l'explique Gallego. Cette période fait référence à la vie juive en Al Andalus entre les Xe et XIIe siècles, où l'on assiste à un "apogée social et culturel des Juifs", la poésie hébraïque étant particulièrement importante. 
 
Gallego souligne certaines caractéristiques de cette période historique : participation active des Juifs dans les sphères du gouvernement musulman, développement de la grammaire hébraïque et des études hébraïques, ce qui a permis une avancée très importante de la poésie hébraïque.
 
Par le biais de leur bureau, les Juifs qui participaient au gouvernement musulman défendaient et protégeaient les intérêts de la communauté, tout en promouvant sa culture. À ce titre, ils étaient considérés comme une source de fierté dans la société juive. Parmi ces vizirs, Gallego souligne Hasday ibn Shaprut et Samuel ben Nagrella, qui ont réalisé une percée dans la langue hébraïque. 
ficrt

L'autre point important est le développement de la grammaire hébraïque, qui a conduit à son tour au développement de la poésie hébraïque, considérée comme une œuvre de grande qualité. Gallego a montré plusieurs poèmes, dont un écrit par une femme juive. 
 
Elle a également mentionné un poème de Yehuda ha-Levi qui montre le début de la fin de l'âge d'or. L'auteur y reflète une grande nostalgie pour Sion, Jérusalem et le Temple. À cette époque, Al Andalus se transformait et la communauté juive était de moins en moins impliquée.
 
Après l'expulsion des Juifs d'Espagne, cet héritage n'a commencé à faire l'objet de recherches qu'au XVIIe siècle en Europe, lorsque l'antisémitisme sur le continent était en hausse. Les chercheurs juifs sont alors arrivés à deux conclusions. Tout d'abord, ils soulignent que leur situation est meilleure lorsqu'ils sont sous le pouvoir musulman que lorsqu'ils sont sous le pouvoir chrétien. D'autre part, ils affirment que c'est en Al-Andalus que la communauté a connu sa plus grande période de prospérité.
ficrt

Tout ceci, selon Gallego, génère une "idéalisation d'Al Andalus" au sein de la communauté juive, qui va jusqu'à comparer les villes espagnoles de Cordoue, Grenade et Tolède à d'autres lieux sacrés tels que Jérusalem ou Tibériade, ce qui démontre le grand niveau d'admiration pour cette période historique.

La coexistence en Égypte 
 
Ensuite, ce fut le tour d'Ahmad H. Anwar, spécialiste du soufisme et de la philosophie islamique. Le professeur a souligné la coexistence entre musulmans et chrétiens dans son pays, l'Égypte.
 
Cette pluralité religieuse, selon les mots d'Anwar, "est une réalité historique", puisque dans l'Antiquité, on trouve déjà des religions diverses et plurielles. "C'est un phénomène que l'on retrouve tout au long de l'histoire de l'humanité", rappelle-t-il. Quant à l'origine de cette pluralité, Anwar est clair : "Je crois que cette pluralité découle de la volonté divine, elle découle de la volonté de Dieu". 
.ficrt 

Le professeur égyptien a appelé à un retour au "message originel" des religions, car ce message "a parfois été détourné". "Personne n'est innocent de la violence. Nous ne voulons pas que ce qui s'est passé il y a des années se reproduise, nous devons donc revenir à ce message initial", a-t-il déclaré.
 
En outre, le dialogue est également essentiel pour "trouver la miséricorde, la paix et la justice". "Toutes les religions sont engagées en faveur de la justice dans le monde", a ajouté Anwar. 
 
Dans le cadre de ce dialogue, le spécialiste a évoqué le dialogue islamo-chrétien mené en Égypte en 2011. Cette année-là, la Maison de la famille égyptienne a été fondée à la mosquée al-Azhar du Caire. L'imam du temple a invité le pape François, un geste applaudi par la communauté copte du pays. 
 
.ficrtMalgré les moments difficiles que l'Égypte traversait cette année-là en raison des manifestations déclenchées par le printemps arabe, une commission a été créée avec plusieurs objectifs : le dialogue, l'échange d'expériences religieuses, la collaboration pour maintenir la paix entre tous les Égyptiens et la mise en valeur des symboles religieux communs. 
 
En 2021, un congrès a été organisé pour célébrer le 10e anniversaire de cette coopération. Selon Anwar, l'événement de l'année dernière reflète également ce partenariat. "Le travail doit se poursuivre", a-t-il conclu. 
ficrt

"Nous devrions avoir pour objectif de dialoguer avec le monde entier"
 
Christian Giordano, théologien et évangéliste, a clôturé la table. Dans son discours, il a souligné la "relation humaine du forum" et a présenté des informations sur les protestants et les évangéliques. Giordano a expliqué que les communautés ont des "différences historiques", bien que dans des endroits comme l'Amérique latine, ces termes se chevauchent.
 
Concernant le dialogue interreligieux, le théologien a évoqué la possibilité d'inclure les laïcs et les agnostiques. "Nous devrions aspirer à un dialogue avec tout le monde", a-t-il déclaré. 

ficrt

Giordano a mentionné des idées intéressantes pour le forum, comme le prosélytisme ou l'abolition des lois anti-conversion, ce qui a suscité un débat enrichissant parmi les participants.
 
"Le dialogue exige du courage", a-t-il déclaré, reprenant les mots de Jumaa Alkaabi lors de son discours d'ouverture. "La tolérance ne consiste pas à renoncer à sa culture mais à écouter les autres. C'est parler de ce qui nous unit, mais aussi de ce qui nous différencie".