PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Premier ministre irakien se rend en Iran et en Arabie saoudite pour relancer les pourparlers entre les deux rivaux

Mustafa al-Kadhimi prépare le terrain pour un éventuel sixième cycle de négociations entre Téhéran et Riyad à Bagdad, en cherchant à désamorcer leurs relations
primer-ministro-irak-mustafa-al-kadhimi

Media Office of the Prime Minister  -   Le Premier ministre Mustafa Al-Kadhimi rentre à Bagdad après avoir terminé sa visite officielle en Arabie saoudite et en Iran

Le Premier ministre intérimaire irakien, Mustafa al-Kadhimi, s'est rendu en Arabie saoudite et en Iran ce week-end, dans le but de relancer les discussions entre les deux rivaux régionaux, après six ans sans relations diplomatiques. Ces réunions interviennent alors que l'Union européenne et l'Iran tentent de débloquer les négociations avec les États-Unis en vue d'un retour à l'Accord nucléaire.

Dimanche, Al-Kadhimi s'est rendu à Téhéran, officiellement pour discuter de questions bilatérales et régionales, et a rencontré le président Ebrahim Raisi. "Nous avons convenu de travailler ensemble pour stabiliser et calmer la situation régionale", a déclaré le Premier ministre irakien lors d'une conférence de presse après la réunion. 

primer-ministro-irak-mustafa-al-kadhimi
Media Office of the Prime Minister - Le Premier ministre Mustafa Al-Kadhimi rentre à Bagdad après avoir terminé sa visite officielle en Arabie saoudite et en Iran

Raisi, sans faire directement référence à Riyad, a souligné la nécessité d'un dialogue au niveau régional. "Nous pensons que des discussions entre les autorités locales peuvent résoudre les problèmes de la région", a déclaré le religieux et désormais président. Un jour plus tôt, Al-Kadhimi s'est rendu à Djeddah, où il a rencontré le prince héritier saoudien et dirigeant de facto Mohammed bin Salman, avec un agenda similaire.

Al-Kadhimi a cherché à maintenir une position équilibrée entre l'Iran et l'Arabie saoudite et, sous son gouvernement, l'Irak a joué le rôle de médiateur entre ses deux puissants voisins. À cet égard, depuis l'année dernière, des représentants iraniens et saoudiens se sont rencontrés à plusieurs reprises à Bagdad pour désamorcer les relations, et cette tournée laisse entrevoir les préparatifs d'une nouvelle rencontre.

Le cinquième cycle de négociations à Bagdad a eu lieu en avril de cette année, après que l'Iran a suspendu les pourparlers en réponse à l'exécution par l'Arabie saoudite de 41 chiites. Riyad est désormais disposé à poursuivre les discussions diplomatiques à Bagdad, selon le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, qui a déclaré lundi.

negociaciones-jcpoa-viena
PHOTO/ Délégation de l'UE à Vienne/EEAS/Handout via REUTERS - Le secrétaire général adjoint du Service européen d'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, et le négociateur en chef du nucléaire iranien, Ali Bagheri Kani, seront en Iran pour la première fois

"Il y a encore des désaccords entre l'Iran et l'Arabie saoudite, mais ils devraient être résolus entre les deux pays, ce qui aidera l'ensemble du monde islamique", a déclaré le diplomate iranien, ajoutant que les deux pays avaient déjà conclu un accord sur le pèlerinage de cette année à La Mecque par les citoyens du pays perse.

Riyad et Téhéran entretiennent une tension bilatérale qui a été décrite comme une sorte de " Guerre froide " du Moyen-Orient. Ces deux groupes sont opposés dans plusieurs des principaux conflits de la région, du Yémen à la Syrie, et représentent deux courants opposés de l'islam : le wahhabisme et le chiisme. Les deux puissances régionales ont rompu leurs relations diplomatiques en 2016 après que deux missions diplomatiques saoudiennes ont été prises d'assaut par des manifestants iraniens en réponse à l'exécution par Riyad d'un religieux chiite. 

Mais depuis des mois maintenant, les deux pouvoirs indiquent un dégel de leur relation. À cet égard, le prince héritier saoudien a déclaré il y a quelques semaines que l'Iran et l'Arabie saoudite seraient "voisins pour toujours" et devraient donc chercher un modus vivendi, tandis qu'après avoir été élu président, M. Raisi a souligné qu'il n'y avait "aucun obstacle" qui empêcherait une normalisation bilatérale.

ebrahim-raisi
AFP/ATTA KENARE  -  Ebrahim Raisi, président de la République islamique d'Iran
 L'accord nucléaire à portée de main

La veille de la visite de Al-Kadhimi, Josep Borrell s'est rendu à Téhéran pour débloquer les négociations sur l'accord nucléaire iranien. "Je suis heureux d'annoncer qu'après de longues réunions [...] nous avons réussi à débloquer la situation. Dans les prochains jours, nous allons reprendre les négociations qui sont bloquées depuis trois mois", a déclaré le chef de la diplomatie européenne, précisant que Téhéran et Washington discuteraient sous la médiation de Bruxelles dans un format alternatif dans un pays du Golfe, au-delà des réunions de Vienne. 

De son côté, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a déclaré sur son compte Twitter qu'un accord final était à portée de main, "si les autres parties ont la volonté de le conclure".

L'accord sur le nucléaire iranien, officiellement connu sous le nom de Plan global d'action conjoint, a été conclu en 2015 afin de limiter le programme nucléaire du pays chiite à la technologie civile en échange de la levée des sanctions internationales. Cependant, en 2018, l'administration Trump a abandonné l'accord, réimposant des sanctions à l'Iran et exigeant des concessions sur sa politique intérieure et étrangère, dans le cadre d'une campagne de "pression maximale". Quelques mois plus tard, Téhéran a décidé, en réponse, de ne plus se conformer à l'accord et de reprendre son programme nucléaire. 

borrell-ue
PHOTO/ Délégation de l'UE à Vienne/SEAE/Handout via REUTERS - Le secrétaire général adjoint du Service européen d'action extérieure (SEAE), Enrique Mora, et le négociateur en chef du nucléaire iranien, Ali Bagheri Kani, ont rencontré le négociateur en chef du nucléaire iranien, Ali Bagheri Kani.

L'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche semblait indiquer un retour potentiel à ce traité, mais depuis lors, les négociations ont progressé lentement et ont été interrompues il y a trois mois à la suite du refus des États-Unis de retirer le Corps des gardiens de la révolution islamique de la liste des organisations terroristes du département d'État, une demande formulée par Téhéran. Borrell a maintenant l'intention de relancer les négociations, en essayant d'éviter un effondrement complet.

Une percée dans les négociations entre Riyad et Téhéran pourrait réduire l'opposition du Royaume-Uni à l'accord nucléaire et faciliter les efforts diplomatiques à cet égard. Joe Biden, quant à lui, se rendra en Arabie saoudite le mois prochain, où il rencontrera pour la première fois depuis son arrivée à la Maison Blanche Mohammed bin Salman, lors d'une réunion où les deux pays devraient conclure plusieurs accords et laisser derrière eux les tensions de l'année dernière liées au meurtre du journaliste Yamal Khashogyi.