Le premier ministre libyen confronté à une motion de défiance 

Le président du Parlement libyen, Aguila Saleh, menace Dbeiba d'une motion de censure
AFP/GREGORIO BORGIA  -   El primer ministro libio Abdul Hamid Dbeibeh

AFP/GREGORIO BORGIA  -   Le premier ministre libyen, Abdul Hamid Dbeiba

Depuis le soulèvement contre Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est plongée dans l'instabilité. La Libye est un État défaillant, victime du chaos et de la guerre civile, depuis 2011, lorsque l'OTAN a contribué militairement à la victoire des groupes rebelles hétérogènes sur la dictature de Mouammar Kadhafi. Après une brève transition politique, le pays s'est scindé en deux suite à la décision du parlement sortant de ne pas reconnaître les résultats des élections et de s'installer dans la ville de Tobrouk, à l'est du pays. 

Après l'échec d'un processus de dialogue mené par les Nations unies, la communauté internationale a imposé un gouvernement d'entente nationale (GNA) à Tripoli, qui s'est heurté à l'est et a déclenché une guerre civile au cours de laquelle plus de 8 000 personnes ont été tuées et différentes milices se sont affrontées, soutenues par des mercenaires russes à l'est et par la Turquie et des soldats de fortune syriens à l'ouest.

En 2019, Moscou et Ankara, les deux régimes les plus influents dans le conflit multinational libyen - le premier conflit entièrement privatisé de l'ère moderne - ont conclu un cessez-le-feu qui a ouvert la voie à un nouveau processus de réconciliation parrainé par l'ONU, dont le gouvernement actuel est sorti avec pour mission de préparer les élections du 24 décembre.

PHOTO/AFP  -   Jalifa Haftar, Aguila Saleh y Al Sarraj durante una reunión en Paris en 2018
PHOTO/AFP - Khalifa Haftar, Aguila Saleh et Al Sarraj lors d'une réunion à Paris en 2018.

Malgré les progrès réalisés en vue d'une solution politique pour la Libye après une décennie de violence et de chaos, la majeure partie du pays est toujours contrôlée par des groupes armés, la corruption est endémique et les puissances extérieures impliquées dans le conflit ne se sont pas retirées. Depuis mars dernier, le pouvoir est entre les mains du gouvernement d'unité nationale (GNU), élu par le Forum pour le dialogue politique en Libye (FDPL), en dehors des gouvernements qui s'affrontaient jusqu'alors, qui doit unifier le pays, maintenir le cessez-le-feu et le diriger jusqu'aux prochaines élections. 

Ces élections constitueraient une étape majeure dans les efforts internationaux visant à instaurer la sécurité et la paix dans ce pays d'Afrique du Nord, où de nombreux groupes armés détiennent encore le pouvoir sur le territoire. Cependant, la possibilité que ces élections, qui constitueraient un tournant majeur dans la situation de la Libye, soient reportées signifierait une impasse dans le processus de paix.

Le premier ministre libyen par intérim, Abdul Hamid Dbeiba, a catégoriquement rejeté une proposition de près de 30 députés visant à faire adopter une motion de défiance à l'encontre de son gouvernement, dans un conflit avec le pouvoir législatif qui menace de bloquer les projets d'élections dans le pays d'ici la fin de l'année. Dbeiba, qui a pris ses fonctions en mars, a déclaré que les raisons invoquées par le Parlement pour ne pas approuver ses propositions budgétaires répétées étaient "irréalistes et peu convaincantes" et a reproché au Parlement de faire obstacle aux élections prévues en décembre.

PHOTO/REUTERS - El Parlamento libio se reúne para discutir la aprobación del nuevo gobierno, en Sirte, Libia, el 8 de marzo de 2021
PHOTO/REUTERS - Le Parlement libyen se réunit pour discuter de l'approbation du nouveau gouvernement, à Sirte, en Libye, le 8 mars 2021.

Le différend budgétaire est devenu un élément central des frictions croissantes entre les factions politiques rivales qui ont sapé un processus soutenu par les Nations unies, considéré comme la meilleure chance que le pays a eue depuis des années de mettre fin au conflit.

Dbeiba considère que l'adoption du budget est cruciale pour sauver le pays de la crise énergétique dans laquelle il est toujours englué, en partie à cause de la destruction des infrastructures électriques pendant le conflit. "Ce problème serait résolu si le budget avait été approuvé. En dix ans, nous n'avons rien dépensé pour les projets, les gares et le réseau électrique", a-t-il déclaré.

Des menaces pèsent toujours sur la stabilité. Le principal défi est de savoir s'il faut organiser simultanément des élections présidentielles et parlementaires directes ou laisser le parlement élu choisir le président. Une autre question est celle des conditions d'éligibilité des candidats.

Le président du Parlement, Aguila Salé, a exigé que Dbeiba se présente devant la chambre, élue en 2014, pour être interrogé sur les performances de son gouvernement ou faire face à un vote de défiance, assurant que si le Premier ministre libyen en exercice ne se présente pas à la session de contrôle prévue, il appellera lui-même à une motion de défiance contre lui pour manque de respect envers la chambre.

AFP/ HANNIBAL HANSCHKE  -   Vista general de los participantes que asisten a la Cumbre de Paz sobre Libia en la Cancillería de Berlín
AFP/ HANNIBAL HANSCHKE - Vue générale des participants au Sommet de la paix sur la Libye à la Chancellerie de Berlin.

Un groupe de 27 membres du parlement libyen basé dans la ville de Tobrouk, dans l'est du pays, a également demandé le retrait de la confiance au gouvernement d'unité nationale. Dans une déclaration transmise aux médias, les députés ont exigé que cette mesure soit adoptée lors de la session de contrôle convoquée pour lundi, compte tenu du "comportement irresponsable du Premier ministre Abdul Hamid Dbeiba, qui est contrôlé par les corrompus et leur argent politique". Les 27 législateurs, regroupés au sein du "Bloc de souveraineté nationale", sont liés au maréchal Khalifa Haftar, gardien du gouvernement non révoqué dans l'est de la Libye et homme fort du pays.

Sur ce dernier point, les Nations unies ont ordonné au Parlement libyen d'accepter la base constitutionnelle des élections et d'adopter une législation électorale d'ici le 1er juillet, donnant ainsi à la Haute Commission électorale nationale du pays suffisamment de temps pour se préparer avant le vote. Cependant, des désaccords sur des questions constitutionnelles ont engendré une impasse politique pour l'adoption du cadre juridique.

Par conséquent, on ne sait toujours pas si un référendum constitutionnel sera organisé avant les élections. Quoi qu'il en soit, le général Khalifa Haftar a catégoriquement rejeté le référendum, car il l'empêcherait de se présenter à la présidence. Selon le projet, les personnes ayant la double nationalité et celles qui sont en service militaire actif ne peuvent pas se présenter aux élections, conditions que Haftar ne remplit pas puisqu'il est ressortissant américain.  Un échec des élections ou un résultat contesté pourrait mettre fin au processus politique et relancer un conflit qui a déchiré des pans entiers des villes libyennes, attiré les principales puissances extérieures et laissé des mercenaires étrangers retranchés sur les lignes de front.