Le premier porte-drapeau musulman de Grande-Bretagne cherche à ajouter à son palmarès des médailles

Le rameur britannique d'origine marocaine Mohamed Sbihi est entré dans l'histoire lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo et espère remporter une médaille vendredi
sbihi-juegos-olipicos-remo

AP/ PETR DAVID JOSEK  -   Hannah Mills et Mohamed Karim Sbihi représentant l'équipe britannique lors de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020

Les Jeux olympiques sont bien plus que du sport. Tous les quatre ans, des dizaines de représentants de centaines de pays se réunissent avec un seul objectif : concourir dans le plus grand nombre de disciplines possible. Mais les Jeux olympiques sont aussi un prétexte pour connaître en profondeur les réalités des différents pays à travers les figures de leurs sportifs.

Le Britannique Mohamed Karim Sbihi en est un bon exemple. Le rameur de 33 ans a succédé à Andy Murray à Rio et est devenu le premier porte-drapeau musulman de la délégation britannique lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo. "Savoir que je suis la première personne de confession musulmane à avoir ce rôle et cette fonction est un moment de grande fierté", a-t-il déclaré après être entré dans l'histoire. Il a été rejoint dans son rôle par la célèbre navigatrice Hannah Mills.

juegos-olimpicos-shibi
AFP/ HANNAH MCKAY - Hannah Mills et Mohamed Karim Sbihi représentant l'équipe britannique lors de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020

Sbihi lui-même et le reste de l'équipe britannique se sont qualifiés pour la finale du huit masculin avec barreur, mardi. Ce vendredi, le rameur aura l'occasion de compléter son palmarès et de remporter une nouvelle médaille olympique, en plus de son or dans le quatre sans barreur à Rio 2016 et de son bronze dans le huit sans barreur masculin à Londres 2012.

À seulement 24 ans, Sbihi avait été le premier rameur musulman à représenter la Grande-Bretagne aux Jeux olympiques. C'est alors qu'il s'est rendu compte de la difficulté de s'entraîner et de concourir au plus haut niveau tout en jeûnant pendant le mois de Ramadan. Ce problème continuera à l'accompagner tout au long de sa carrière. Selon Middle East Eye, Sbihi a fini par se mettre d'accord avec un imam pour faire don de 1 800 repas à des familles pauvres de Tanger en échange des jours de jeûne manqués.

karim-sbihi-remo-juegos-tokio
PHOTO - Hannah Mills et Mohamed Karim Sbihi représentant l'équipe britannique lors de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020

Cependant, Sbihi a surpris tout le monde aux Jeux olympiques de Londres en remportant sa première médaille olympique. Ce ne sera pas sa dernière, puisqu'il remportera ensuite trois médailles d'or consécutives lors de championnats du monde successifs. De là, Sbihi est retourné aux Jeux olympiques de Rio pour remporter sa première médaille d'or olympique dans le quatre sans barreur. Ces réalisations lui vaudront d'être décoré du MBE (Most Excellent Order of the British Empire), le plus haut ordre civil de chevalerie du Royaume-Uni, en 2017.

Né d'un père immigré marocain et d'une mère anglaise, Sbihi est né dans la banlieue de Londres. De là, il se rendait chaque été à Tanger, la ville natale de son père. "Moe peut parler un dialecte arabe et rend régulièrement visite à sa famille à Tanger", rapporte le site officiel de l'aviron britannique.

juegos-olimpicos-shibi-karim
AFP/ FRANK FIFE - Hannah Mills et Mohamed Karim Sbihi représentant l'équipe britannique lors de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020

À l'âge de 15 ans, il a commencé à ramer après avoir été repéré par un recruteur pour rejoindre le programme britannique World Class Start. Il s'est essayé au football et au tennis avant d'être identifié comme un champion potentiel d'aviron. Depuis lors, son entraînement est axé sur l'objectif de devenir un champion olympique.

"Nous avons besoin d'une plus grande représentation et, avec un peu de chance, cela permettra d'inciter les jeunes musulmans à s'impliquer dans toutes sortes de sports", a déclaré Sbihi. Jusqu'alors, le rameur utilisait l'abréviation de son nom, Moe, pour concourir. Depuis les Jeux olympiques de Tokyo, Sbihi a décidé d'enterrer son ancien surnom et de s'inscrire sous son nom complet, Mohamed. 

karim-sbihi-remo-juegos-tokio-2020
REUTERS/  HANNAH MCKAY - Hannah Mills et Mohamed Karim Sbihi représentant l'équipe britannique lors de l'ouverture des Jeux olympiques de Tokyo 2020

Ce faisant, il vise à améliorer le profil des jeunes d'origine étrangère qui souhaitent faire partie de l'équipe olympique britannique, de la même manière qu'il a été inspiré par le coureur de fond d'origine somalienne Mo Farah. "J'étais à Londres et à Rio pour voir Mo Farah remporter ses médailles en tant que réfugié arrivé très jeune dans le pays et en tant que musulman pratiquant. C'était inspirant", a déclaré le rameur.