PUBLICIDAD

Iberdrola

Le premier vol Égypte-Israël atterrit à Lod

Le vol Egypt Air a atterri à l'aéroport international Ben Gurion
vuelos-israel-marruecos

AFP/ JACK GUEZ  -   Les compagnies aériennes israéliennes, Israir, El Al et Arkia, desserviront plusieurs villes marocaines, dont Marrakech, à partir du 25 juillet 2021.

Pas même un mois ne s'est écoulé depuis dix ans sans contact officiel au plus haut niveau entre Tel Aviv et Le Caire. La rencontre du 13 septembre entre le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi et le Premier ministre israélien Naftali Bennett était la première rencontre en dix ans où le conflit de Gaza était le principal sujet abordé. Les progrès des discussions sur diverses questions ont conduit à un rapprochement progressif entre les deux pays, qui se concrétise aujourd'hui par le premier vol entre Israël et l'Égypte.

À partir d'octobre prochain, les avions d'Egypt Air assureront la liaison entre les deux pays quatre fois par semaine. Il s'agira de vols commerciaux, sans escale, qui coûteront entre 4 500 et 4 900 livres égyptiennes, soit un peu moins de 250 et environ 270 euros. Depuis les années 1980, les seuls vols entre les deux pays étaient assurés par Air Sinai, dont la société mère est Egypt Air elle-même, et n'utilisait aucun type de drapeau sur ses avions, comme le rapporte le média égyptien "Al Ahram".
bennett-alsisi-egipto-israel

Les hostilités entre les deux pays avaient entraîné le retrait de l'insigne de tous les avions et, en outre, les vols avaient été restreints, mais ils sont à nouveau actifs. L'avion pourra désormais porter les marques de la compagnie aérienne, un autre signe de ce que le premier ministre israélien a décrit il y a un peu plus de quinze jours comme une rencontre au cours de laquelle les deux dirigeants ont "jeté les bases de liens profonds pour aller de l'avant", ce que, pour l'instant, Israéliens et Égyptiens semblent faire.

L'arrivée du vol en provenance de la capitale égyptienne est "un signe important et bienvenu du renforcement des liens entre les deux pays, en particulier des liens économiques", a annoncé l'ambassade d'Israël au Caire sur son compte Twitter. Le renforcement des liens financiers avec tous les pays de la région est l'un des objectifs prioritaires du pays dirigé par Naftali Bennett, sans négliger la tension qui entoure la bande de Gaza. Ces dernières semaines, de nouveaux affrontements ont eu lieu entre la milice islamique Hamas et les forces de défense israéliennes (FDI).
yair-lapid-israel-exteriores

La situation actuelle en Israël est très encourageante pour son peuple. Un an après la signature des accords d'Abraham, le bilan est très positif pour Tel Aviv. La semaine dernière, Gulf Air a effectué le premier vol direct entre Bahreïn et Israël à l'occasion de l'ouverture de l'ambassade d'Israël sur le sol bahreïni. Ce n'est que la première étape de ce que les deux pays espèrent être une grande relation bilatérale à long terme qui pourra jeter les bases de la "paix durable tant attendue au Moyen-Orient", comme l'ont déclaré Yair Lapid, ministre israélien des affaires étrangères, et le roi Hamad bin Isa al-Khalifa.

Yair Lapid lui-même a fait une déclaration quelque peu controversée à une partie de la population israélienne, affirmant qu'il "croit que c'est la bonne solution (de créer deux États) pour les Israéliens et les Palestiniens. Tout le monde ne le pense pas au sein du gouvernement (israélien), mais pour l'instant, ce n'est malheureusement pas faisable". Pour l'instant, comme l'a dit Lapid, une telle solution ne semble pas réalisable, bien que la situation d'une partie importante de la population palestinienne soit limite. Après le point culminant du mois de mai et les 250 vies que le conflit a coûté en seulement 11 jours, une solution devrait être une priorité, mais les exigences des deux parties ne laissent aucune place à la paix à Gaza.