PUBLICIDAD

Iberdrola

Le président tunisien reçoit le projet de nouvelle Constitution

Le nouveau texte constitutionnel fera l'objet d'un référendum le 25 juillet, alors que les protestations se multiplient dans le pays contre la dérive autoritaire de Kais Saied
saied-tunez-kais

PHOTO/REUTERS  -   Kais Saied, Président de la Tunisie

Le coordinateur du Haut comité consultatif national pour la nouvelle République tunisienne, Sadok Belaid, a présenté au président tunisien, Kais Saied, le projet de la nouvelle Constitution du pays, qui sera soumis à un référendum le 25 juillet, après avoir été validé et revu par le président lui-même. Selon un communiqué publié par la présidence tunisienne, le texte constitutionnel n'est pas encore définitif et est susceptible d'être modifié à la demande de Kais Saied.

À l'issue d'une rencontre avec Belaid, le président tunisien a déclaré que le projet de Magna Carta "est une occasion de discuter d'un ensemble de nouveaux concepts et d'idées, ainsi que d'évoquer les processus de dialogue de la période passée et l'échange de différents points de vue", comme le rapporte le quotidien La Presse.

Ainsi, le gouvernement de Saied continue à faire des réformes pour transformer la Tunisie en ce qu'il a lui-même décrit comme une "Nouvelle République", ce qui lui a valu plusieurs critiques pour le pouvoir accru et la tyrannie avec lesquels il exerce son mandat.

manifestaciones-tunez
PHOTO/REUTERS  -   Des partisans du plus grand parti politique de Tunisie, l'islamiste Ennahda, défilent lors d'une manifestation d'opposition au président Kais Saied, à Tunis, le 27 février 2021

En ce qui concerne la nouvelle Constitution, Kais Saied a annoncé le 2 mai la création d'une commission chargée de rédiger un nouveau texte constitutionnel, invitant le principal syndicat du pays, l'Union générale tunisienne des travailleurs (UGTT), la Confédération tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA), l'Association nationale des avocats (ONAT) et la Ligue tunisienne de défense des droits de l'homme (LTDH) à participer au processus.

Ce faisant, le président a fait valoir qu'il s'agissait d'un "processus de dialogue national différent" des précédents car "il est ouvert à ceux qui ont accepté le processus de correction" lancé le 25 juillet 2021. A cette date, Saied, suite à une interprétation controversée de l'article 80 de la Constitution de 2014, s'est arrogé tous les pouvoirs en annonçant la cessation des fonctions duPremier ministre Hisham al-Mechichi, la paralysie de la Chambre des représentants et la levée de l'immunité de ses députés.

Cependant, le syndicat UGTT, qui était jusqu'alors allié au président, a démissionné du comité de la nouvelle constitution au motif qu'il "ne remplissait pas les conditions d'un dialogue réel et significatif". Depuis lors, les protestations n'ont pas cessé dans le pays, en commençant par la grève générale appelée par le syndicat le 16 juin et en poursuivant avec les manifestations de samedi dernier contre le référendum sur la nouvelle Constitution.

parlamento-tunez
REUTERS/ZOUBEIR SOUISSI  -  Assemblée des représentants du peuple de Tunisie

Des milliers de manifestants sont descendus dans la rue, menés par le chef du Parti constitutionnel libre, Abir Musi. "Les Tunisiens sont affamés, les finances sont au bord de l'effondrement, mais Saied s'en moque ; il ne se soucie que de son projet personnel d'imposer sa constitution ; nous ne le permettrons pas", a déclaré Musi.

La nomination d'une nouvelle commission électorale chargée de superviser les résultats du référendum a également été considérée avec beaucoup de suspicion par l'opposition. Ce mécontentement s'ajoute à la création d'un conseil temporaire de la justice, l'organe de régulation des juges, et au licenciement de dizaines de magistrats

Cependant, les partisans de Saied décrivent toutes ces politiques comme une tentative de "débarrasser le pays d'une élite politique corrompue qui a freiné le développement économique et social du pays et entravé son progrès pendant une décennie".