PUBLICIDAD

Iberdrola

Le président tunisien révoque 57 juges pour corruption présumée et protection du terrorisme

Le président tunisien prend une mesure décisive pour "purger le système judiciaire", alors qu'une grève générale est prévue pour le 16 juin
Kais Saied

AFP/KARIM JAAFAR  -   Le président de la Tunisie, Kais Saied

Selon le Journal officiel de la Tunisie, le président tunisien Kais Saied a révoqué 57 juges pour des accusations graves de corruption financière, de falsification de documents officiels, de couverture de personnes impliquées dans le terrorisme et de protection de responsables politiques et de partis contre toute responsabilité.  

L'objectif du président tunisien est la nécessité de "purifier" le système judiciaire. "Le devoir sacré nous motive à prendre cette décision historique pour préserver la paix sociale et l'Etat", a déclaré Saied lors de la dernière session du Conseil des ministres.  

La décision du président intervient après plusieurs critiques à l'encontre du système judiciaire, notamment parce que de nombreux dossiers confidentiels n'ont pas été traités depuis de nombreuses années. C'est pourquoi le président tunisien, comme de nombreux autres juges, a vu la nécessité de s'attaquer à la corruption et de demander des comptes aux juges liés aux partis politiques.  

Saied a également indiqué qu'un décret sera bientôt publié dans lequel il révélera les noms de ces juges impliqués dans la corruption, après avoir examiné tous les dossiers. Le président a attribué cette décision à sa "responsabilité envers le peuple" et a réaffirmé "qu'il n'a aucune intention d'interférer dans le travail du système judiciaire". 

Cependant, ces déclarations entrent en conflit avec ses efforts continus pour réformer le système judiciaire. Le 12 février, Saied a signé un décret créant le Conseil judiciaire suprême intérimaire pour remplacer le Conseil judiciaire suprême, qu'il a accusé de manquer d'indépendance. Par ce décret publié au Journal officiel, Saied s'est vu conférer le pouvoir de révoquer tout juge au cas où il compromettrait la sécurité de l'État : "Le président peut, en cas de garantie ou de compromission de la sécurité publique ou de l'intérêt suprême de la patrie, et sur la base d'un rapport motivé des autorités compétentes, prendre un décret présidentiel pour révoquer tout juge qui est lié à tout ce qui peut affecter la réputation du pouvoir judiciaire, son indépendance ou sa bonne conduite".

Protestas Túnez
PHOTO/REUTERS  -   Manifestation à Tunis

Ceci s'ajoute à un autre projet de décret relatif à la révision de la loi sur les élections et les référendums en préparation pour le 25 juillet. Il prévoit l'élaboration d'une nouvelle constitution pour une "nouvelle république", qui vise à instaurer un système présidentiel sans partis politiques. L'Union générale tunisienne du travail (UGTT) a refusé de participer à la rédaction de la nouvelle Magna Carta, considérant que "les résultats sont connus d'avance" et parce qu'elle refuse de "jouer uniquement le rôle de figurants".  

Pendant ce temps, l'opposition politique se développe, appelant à un retour à la "voie démocratique". Le soutien populaire dont Saied a bénéficié le 25 juillet 2021 suscite de plus en plus de méfiance en raison de la dérive autoritaire que prend le mandat, et ils appellent à " un retour à la transition de 2011 ". 

À tel point que le syndicat UGTT a appelé à une grève générale pour le 16 juin afin de protester contre le refus du gouvernement de réformer les entreprises publiques, comme l'a publié le syndicat lui-même dans un communiqué. La grève générale couvrira 159 institutions publiques dans le pays. 

La Tunisie est confrontée à sa pire crise politique depuis le 25 juillet, date à laquelle Kais Saied a démis le gouvernement, suspendu le parlement et assumé l'autorité exécutive avec laquelle il gouverne par décret, ce que l'opposition a qualifié de "coup d'État". À cela s'ajoute la crise financière, qui a obligé le gouvernement à demander un prêt de 4 milliards de dollars au Fonds monétaire international.