PUBLICIDAD

Iberdrola

Le prix Emilio Castelar, un autre jalon de la maison commune hispano-marocaine

premio-emilio-castelar

 -  

L'Asociación Progresistas de España a décerné cette année le prix Emilio Castelar à différentes personnalités de la vie politique et intellectuelle, tant espagnoles qu'internationales, comme l'épidémiologiste Fernando Simón, les journalistes Jon Sistiaga, Iñaki Gabilondo et Ana Pastor, les chanteurs El Chojín et Rozalén, l'intellectuel français Sami Nair et le diplomate marocain Bugaleb El Attar. 

Le prix décerné à ce dernier "pour sa contribution à l'amélioration des relations entre l'Espagne et le Maroc" est particulièrement important car c'est la première fois que ce prix est attribué à un diplomate en fonction. En effet, Bugaleb El Attar a été conseiller politique à l'ambassade du Maroc en Espagne pendant huit ans, avant d'être nommé par le roi Mohammed VI comme ambassadeur auprès de la République de Cuba, poste qu'il occupe actuellement. 

Pendant ses années en Espagne, El Attar, qui est né à Alcazarquivir à l'époque du protectorat espagnol au Maroc et a reçu toute son éducation primaire et secondaire dans les écoles espagnoles de cette ville, a été un pionnier dans la création du Club de l'amitié hispano-marocaine, la plus grande et la plus importante association non gouvernementale espagnole qui réunit des hommes d'affaires, des politiciens, des intellectuels, des journalistes, des syndicalistes, des universitaires et des artistes, et dont la mission est de rapprocher les deux sociétés espagnole et marocaine, séparées par 14 kilomètres de géographie et des préjugés historiques notables.

emilio-castelar

Dans son rôle actuel d'ambassadeur du Royaume du Maroc à Cuba, Bugaleb El Attar a réussi à élever les relations à un niveau jamais atteint auparavant, en développant l'amitié et la coopération dans tous les domaines entre les deux pays. 

Curieusement, il existe un certain parallélisme entre la figure d'Emilio Castelar et le diplomate Bugaleb El Attar. Tous deux ont été journalistes, enseignants, historiens et hommes politiques ; tous deux ont également subi la répression et l'emprisonnement pour leurs idées de liberté et de démocratie ; et tous deux ont joué ou jouent un rôle de premier plan à Cuba. 

Lorsqu'il était président de la première République espagnole, Emilio Castelar a tenté d'apporter à Cuba les idées de progrès et de liberté, la lutte contre l'esclavage et les objectifs démocratiques, ce que le diplomate marocain fait aujourd'hui sur l'île des Caraïbes. 

Il faut dire aussi que tout n'a pas été parallèle, mais que les deux ont suivi des chemins parfois opposés et antagonistes. Emilio Castelar était un fervent partisan de l'intervention militaire espagnole dans ce qu'on a appelé la guerre de Tétouan, lorsque le général Leopoldo O'Donnell, alors Premier ministre, a déclaré la guerre au Maroc et pris la ville de Tétouan, au nord du pays. 

Cependant, au-delà des inévitables controverses historiques et des interprétations variées des hauts et des bas de l'histoire commune hispano-marocaine, il ne fait aucun doute que le prix Emilio Castelar décerné au diplomate marocain n'est pas seulement une reconnaissance de son travail obstiné pour rapprocher les deux peuples riverains du Détroit, mais aussi un message d'amitié pour surmonter ensemble une période de crise et de désaccords entre Madrid et Rabat.