PUBLICIDAD

Marruecos

Le Qatar défend le dialogue avec les Talibans

Doha reste un allié clé des talibans, car elle défend ses intérêts
atalayar_qatar

PHOTO/REUTERS  -   L'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani

Le début de la nouvelle session de l'Assemblée générale des Nations unies a été marqué par un certain nombre de questions d'actualité, telles que la pandémie de coronavirus et la crise climatique. L'Afghanistan, en raison de la situation actuelle et des événements récents, a également été une question très présente dans les premiers discours et débats de cette nouvelle étape que l'ONU inaugure.

Le pays asiatique a été mentionné directement ou indirectement par la plupart des principaux dirigeants mondiaux. Alors que Recep Tayyip Erdogan faisait allusion aux réfugiés afghans pour expliquer la grave situation migratoire en Turquie, Joe Biden a parlé de l'ouverture d'une "nouvelle ère de diplomatie" après avoir mis fin à "une période de guerre imparable". Ebrahim Raisi, le nouveau président iranien, a également fait référence à l'Afghanistan pour attaquer les États-Unis.

Pendant ce temps, le cheikh Tamin bin Hamad Al Thani, émir du Qatar, s'est adressé directement à tous les représentants du monde sur la situation actuelle en Afghanistan. "En coordination avec nos partenaires internationaux, nous continuerons à faire tout ce qui est nécessaire pour garantir le maintien des réalisations tangibles obtenues dans le cadre du processus de Doha. Il est nécessaire que les parties honorent leurs engagements", a déclaré M. Al Thani. 

atalayar_acuerdos doha
AFP/KARIM JAAFAR - Le représentant spécial des États-Unis pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, et le cofondateur des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, signent l'accord à Doha.

Le Qatar était au centre des négociations entre les États-Unis et les talibans, qui ont abouti à l'accord de Doha, en vertu duquel les troupes étrangères seraient retirées en échange de la rupture par les talibans de leurs liens avec le terrorisme. Le Qatar a également servi de base diplomatique aux talibans.

L'émir qatari a exhorté la communauté internationale à engager un dialogue avec les talibans. "Les boycotter ne conduirait qu'à une polarisation et à un retour de bâton, alors que le dialogue pourrait être fructueux", a-t-il déclaré. Il a également appelé les membres de l'Assemblée générale à séparer l'aide humanitaire des "différences politiques".

atalayar_taliban qatar
Mula Baradar au Qatar

Al-Thani a profité de son discours pour faire allusion au retrait américain du pays. "Ce n'est pas une question de victoire ou de défaite, mais plutôt l'impossibilité d'importer un système politique. Quelles que soient les intentions, les efforts consentis ou l'argent investi, cette expérience s'est effondrée après 20 ans", a-t-il ajouté. À cet égard, le cheikh a souligné qu'il ne fallait pas répéter les erreurs du passé en Afghanistan "afin d'imposer un système politique de l'extérieur".

Ce n'est pas la première fois que l'ONU propose des pourparlers avec les talibans. Récemment, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que "le dialogue avec les talibans est essentiel dès maintenant" pour éviter un effondrement de l'économie afghane. 

atalayar_antonio guterres
ONU/Daniel Getachew - Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres
Le lien critiqué entre Doha et les Talibans

En 2013, le Qatar a autorisé les talibans à ouvrir un bureau à Doha, ce que soutenait le président américain de l'époque, Barack Obama. Le démocrate, qui s'était engagé à déloger Al-Qaïda d'Afghanistan, a cherché à négocier avec les talibans afin de définir un plan de retrait du pays.

La relation entre le Qatar et les Talibans, bien que l'Occident en ait bénéficié, a toujours été au centre de la controverse. Les puissances occidentales et du Moyen-Orient ont critiqué Doha pour ses liens étroits avec les extrémistes, allant jusqu'à l'accuser de "promouvoir le terrorisme". Les autorités qataries, pour leur part, ont toujours nié ces accusations.

atalayar_aeropuerto kabul
PHOTO/ Twitter/DAVID_MARTINON vía REUTERS - Une foule attend devant l'aéroport de Kaboul, en Afghanistan, le 25 août 2021.

Les bonnes relations entre Doha et Kaboul ont également facilité les évacuations, un fait reconnu par plusieurs pays. Zalmay Jalilzad, l'envoyé spécial américain pour l'Afghanistan, a remercié le gouvernement qatari pour son aide à la réalisation des vols internationaux depuis l'aéroport de Kaboul. José Manuel Albares, le ministre espagnol des affaires étrangères, a également noté le soutien du Qatar pour faire sortir tous les collaborateurs d'Afghanistan.

"Personne n'a pu procéder à une évacuation majeure sans que les Qataris ne soient impliqués d'une manière ou d'une autre", a déclaré à la BBC Dina Esfandiary, experte auprès de l'organisation non gouvernementale International Crisis Group.

Le Qatar n'a pas suspendu ses relations avec l'Afghanistan à la suite de la montée au pouvoir des insurgés, comme l'ont fait de nombreux pays. En fait, le cheikh Mohammed bin Abdulrahman Al-Thani, le ministre qatari des affaires étrangères, a été le premier diplomate étranger de haut rang à se rendre en Afghanistan après la prise de contrôle de Kaboul par les talibans. 

atalayar_españa-qatar
PHOTO/@JMALBERES - Le ministre des Affaires étrangères, de l'UE et de la Coopération, José Manuel Albares, rencontre le Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani

D'autres puissances comme la Turquie et la Russie suivent l'exemple du Qatar et ont choisi de maintenir leur présence diplomatique à Kaboul.

Les intérêts régionaux et internationaux du Qatar 

L'un des principaux objectifs de Doha est de gagner en pertinence régionale et internationale face à la grande influence d'autres pays importants de la région, comme l'Arabie saoudite et l'Iran. Comme l'a expliqué à DW Guido Steinberg, analyste à l'institution allemande Science and Politics Foundation, "le Qatar se propose comme médiateur dans la politique régionale depuis près de deux décennies. Elle le fait principalement parce qu'elle veut améliorer sa position régionale".

Outre la volonté d'améliorer sa position, le Qatar a également d'autres intérêts en Afghanistan. Ce pays asiatique possède une multitude de ressources naturelles, telles que le gaz, le pétrole, le fer, le cuivre, le marbre et les pierres précieuses. Elle possède également de grandes réserves de lithium et de cobalt, des matériaux clés pour la technologie. 

atalayar_recursos afganistan
AP/RAHMAT GUL - La pierre bleue brillante qu'est le lapis-lazuli, prisée depuis des millénaires, se trouve presque exclusivement en Afghanistan et constitue un élément clé de l'immense richesse minérale du pays.

Cette richesse, estimée à 3 000 milliards de dollars, pourrait être une autre raison pour laquelle Doha souhaite maintenir et renforcer ses relations avec les Talibans. Cependant, d'autres pays comme la Chine et la Turquie ont également des vues ambitieuses sur ce grand trésor afghan. D'autre part, ces ressources précieuses représentent une grande tentation pour les puissances internationales qui refusent de négocier avec les talibans parce qu'ils ne respectent pas les droits de l'homme.

En outre, si les islamistes parviennent à établir des relations commerciales avec d'autres pays, le Qatar pourrait également en bénéficier. Doha serait alors le principal pont de transit pour les investissements internationaux en Afghanistan. Pour cela, les talibans doivent devenir plus modérés, ce qu'ils tentent de faire depuis un certain temps par le biais de campagnes de propagande sur les médias sociaux. Cependant, les journalistes et les militants affirment qu'ils sont les mêmes que dans les années 1990.