Le Qatar et le front Al-Nusra : radiographie d'une relation

De nombreux éléments prouvent que Doha a financé le groupe terroriste au cours des dernières années
La Banque centrale du Qatar à Doha

PHOTO/REUTERS  -   La Banque centrale du Qatar à Doha

Qu'ont en commun une monarchie du Golfe persique et un groupe terroriste ? Un programme régional serait la réponse. « En maintenant des liens avec des organisations extrémistes, Doha espère fournir des services que les pays occidentaux ne peuvent pas fournir... et cela fait partie de la quête du petit Etat pour un plus grand rôle dans ce domaine », explique l'analyste Abdul Rahman al-Turiri dans The Arab Weekly.  

Les relations entre le Qatar et le Front syrien Al-Nusra - aujourd'hui connu sous le nom de Hayat Tahrir al-Sham - ont connu un essor ces derniers temps. Depuis décembre dernier, lorsque l'Agence de renseignement de la Défense des États-Unis a révélé que Doha, ainsi que la Turquie, soutenaient l'organisation par une aide logistique, financière et matérielle, un certain nombre d'autres facteurs ont été mis en lumière qui mettent en évidence le lien de plus en plus solide - et opaque - entre les deux acteurs.

La dernière a été connue le 21 mai, lorsque le journal « Le pouvoir judiciaire irakien », qui appartient au Conseil judiciaire suprême, a recueilli le témoignage du leader marocain du Front Al-Nusra, Issam Al-Hana -alias Abu Mansour al-Maghrabi- qui a été récemment arrêté par les autorités à Bagdad. Le leader djihadiste a rejoint l'organisation en 2012 et, grâce à ses qualités - par son métier, ingénieur en informatique et sa grande maîtrise de l'arabe, de l'espagnol, de l'anglais et du français - il a rapidement gravi les échelons de la pyramide hiérarchique du groupe. Né à Rabat, le terroriste de 35 ans a révélé « ses contacts avec les parties extérieures au Qatar pour soutenir le groupe, le plus important étant le cheikh qatari, Khaled Suleiman, qui finançait le Front Al-Nusra avec plus d'un million de dollars par mois ».   

Fotografía de archivo de miembros del Frente Al-Nusra en el norte de Siria, el 11 de enero de 2013
PHOTO/AP - Photo d'archive des membres du Front Al-Nusra dans le nord de la Syrie, 11 janvier 2013

Al Hana a réitéré dans sa déclaration que le Qatar « est le principal financier du Front Al-Nusra », bien qu'il ne soit pas le seul soutien extérieur du groupe. « Les partis israéliens nous ont également envoyé de l'argent, et nous avons pu soigner nos combattants blessés à l'intérieur de l'État d'Israël », comme ce fut le cas pour la Turquie : « Nous avons coordonné avec Ankara trois tâches : soigner nos troupes qui ont été blessées lors des combats dans des hôpitaux en Turquie, recruter la milice de Daech [organisation rivale] et les transporter en Syrie en passant par la frontière turque et procéder à des échanges de prisonniers », a-t-il déclaré, comme celui qui a eu lieu en 2014 lorsque 450 terroristes ont été libérés en échange du consul de Turquie et d'un groupe de diplomates qui avaient été enlevés par le groupe djihadiste.

Le financement qatari de l'organisation terroriste avait déjà été abordé par le photographe américain Matthew Schrier, qui a été capturé par le Front Al-Nusra en 2012 et maintenu en captivité pendant 211 jours jusqu'à ce qu'il réussisse à s'échapper. Après sa « libération », il s'est engagé dans une bataille juridique contre le groupe djihadiste, engageant un procès au début de l'année contre la Banque islamique du Qatar - Qatari Islamic Bank - pour avoir « collecté des dons pour ses ravisseurs ». Dans ce document de 60 pages, M. Schrier explique en détail comment l'institution financière « a permis à des individus et à une organisation caritative de transférer des fonds à des groupes terroristes combattant en Syrie », dont le Front Al-Nusra. Il a également déclaré que la banque islamique « contribuait directement à l'organisation Qatar Charity », qui finance Al-Qaïda et Ahrar al-Sham - le « Mouvement islamique des hommes libres du Levant » - qui a « une longue histoire de financement du terrorisme qui remonte à 1993, lorsque Ben Laden l'a louée pour sa contribution à sa cause ». Plus précisément, il a obtenu 8 comptes bancaires sur lesquels 500 000 rials qatariens (125 000 euros) ont été déposés. Il a également révélé que le citoyen qatari Saad al-Kaabi a utilisé ses comptes dans cette banque pour « obtenir des fonds » qui auraient ensuite été transférés aux groupes extrémistes opérant dans la guerre civile syrienne. Il a ensuite été sanctionné par le département du Trésor américain en 2015 pour avoir soutenu le financement du Front Al-Nusra.

Après avoir déposé la plainte, le photographe américain a accordé une interview exclusive à la chaîne Al-Arabiya, où il a révélé plus de détails sur les liens de Doha avec l'extrémisme. Il a notamment déclaré que « de hauts responsables qatariens avaient reconnu le lien entre la campagne Madid/Mudeed et le financement du terrorisme », dont l'un était l'ambassadeur de l'émirat à Paris. Les opérations menées dans le cadre de cette campagne consistaient à ouvrir des comptes pour les mineurs qui pouvaient bénéficier de ce programme et à mener une vaste campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux afin d'attirer le plus grand nombre possible de donateurs.

Matthew Schrier, el fotógrafo estadounidense que sobrevivió siete meses como cautivo del Frente Al-Nusra
PHOTO/ARCHIVO - Matthew Schrier, le photographe américain qui a survécu sept mois en tant que captif du Front Al-Nusra

« Le procès de Schrier soulève une fois de plus des questions sur les mauvais résultats du Qatar en matière de financement du terrorisme. Doha a financé des groupes extrémistes dans tout le Moyen-Orient, y compris le Hamas à Gaza, des radicaux en Syrie et des militants en Libye. Dans d'autres cas, le Qatar a permis à des financiers du terrorisme de vivre dans le pays, certains sous les sanctions des États-Unis et de l'ONU », explique l'analyste Varsha Koduvayur de la Fondation pour la défense des démocraties (FDD) sur la question.

En août 2019 également, le journal britannique The Times a rapporté que la Doha Bank - une autre banque du pays - aurait transféré de grandes quantités d'argent à l'ancienne filiale syrienne d'Al-Qaïda, selon un procès intenté devant la Haute Cour britannique. L'opération impliquait deux frères qatari syriens, Moutaz et Ramez al-Khayyat, directeurs d'une entreprise de construction mondiale, Urbacon Trading & Contracting, qui l'auraient utilisée pour envoyer de grosses sommes d'argent sur des comptes en Turquie et au Liban, où elles ont ensuite été retirées et livrées à la frontière syrienne pour être remises aux djihadistes.

Le Qatar a également contribué au financement du terrorisme par sa participation en tant que médiateur entre les pays internationaux dont les ressortissants étaient détenus par le Front Al-Nusra et les dirigeants djihadistes. « Les enlèvements perpétrés par le groupe ont constitué le principal pilier de son financement en obtenant des rançons, qui provenaient toutes du Qatar », a récemment révélé Al-Arabiya, soulignant également que l'émirat est devenu le seul État « qui négocie au nom » des terroristes. La publication cite plusieurs cas qui illustrent ce lien : fin 2012, un autre journaliste américain, Theo Curtis, a été kidnappé par le groupe, qui réclamait 30 millions de dollars pour lui. Deux ans plus tard, un accord a été conclu pour sa libération grâce à la médiation de Doha et il a été remis aux forces de paix sur le plateau du Golan. En 2013, le Front Al-Nusra a capturé un groupe de 13 nonnes à Damas, en Syrie, pour lequel il a demandé une rançon de 16 millions de dollars. En 2014, cinq membres de Médecins Sans Frontières (MSF) et 45 soldats fidjiens qui faisaient partie de la mission de maintien de la paix de l'ONU sur le plateau du Golan ont connu le même sort. En 2015, 16 militaires libanais ont été kidnappés. Ils ont tous été libérés « sous le patronage du Qatar », selon Al-Arabiya.

Selon le journaliste du Moyen-Orient Georges Malbrunot, Doha aurait versé plus de 100 millions de dollars aux seuls terroristes sous forme de rançons, comme le rapporte l'European Eye on Radicalization. 

Logotipo del Banco Islámico de Qatar en una de las sucursales en Doha
PHOTO/REUTERS - Logo de la Banque islamique du Qatar dans l'une des agences à Doha

« Le gouvernement du Qatar a servi d'intermédiaire en d'autres occasions pour négocier le paiement de rançons pour la libération des otages occidentaux du Front Al-Nusra. Ainsi, entre 2012 et 2015, Doha a négocié des dizaines de millions de dollars de rançon au profit du Front al-Nusra en échange de la libération de citoyens européens, selon un document de la justice américaine », indiquent-ils sur Middle East Online. Selon l'analyste Abdul Rahman Al-Turiri, la réponse à la question de savoir pourquoi le Qatar a décidé de jouer ce rôle est la suivante : « En négociant la libération des otages et en payant leur rançon au nom des gouvernements occidentaux, Doha gagnerait l'acceptation populaire dans les cercles officiels européens et dans l'opinion publique », écrit-il dans The Arab Weekly. « Tout cela s'inscrit dans la quête du petit Etat d'un rôle régional plus important », ajoute-t-il, une stratégie que le Qatar aurait entreprise pour gagner de nouveaux partenaires face au boycott auquel il a été soumis par le quartet arabe (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Egypte et Bahreïn).

Un autre outil utilisé par Doha pour transférer d'énormes sommes d'argent au groupe a été les organisations caritatives qataries, comme l'explique Middle East Online. Plus précisément, la publication indique que la Fondation Cheikh Thani Bin Abdullah pour les services humanitaires (RAF), présidée par Cheikh Thani bin Abdulla Al-Thani - le frère de l'Emir du Qatar - est le canal de financement des groupes armés syriens, dont le Front Al-Nusra. Selon une source de renseignements basée dans le Golfe et citée par Ahval News, la Fondation « a financé l'organisation djihadiste avec environ 130 millions de dollars », et « est liée au Croissant Rouge turc pour soutenir les groupes syriens avec de l'argent et des armes ».

En fait, Mohammed Jassim al-Sulaiti, membre d'une délégation de la RAF et administrateur de Qatar Charity - la plus grande ONG du pays - pour la Syrie depuis 2017, est considéré comme un terroriste en raison de ses liens avec le groupe djihadiste, et a été sanctionné pour cela par le département du Trésor américain. « Le ressortissant qatari Mohammed Jassim al-Sulaiti a distribué des fournitures aux militants djihadistes en Syrie en coordination avec Saad bin Saad al-Kabi et Abd al-Latif bin Abdullah al-Kawari, qui figurent tous deux sur la « liste noire » des États-Unis et des Nations unies », a déclaré Qatari Leaks. En outre, « Al-Sulaiti est un partenaire du financier d'Al-Qaïda Khalifa bin Turki al-Subaiy, qui a promu Imdad for Relief and Dawa Campaign for Syria, elle-même supervisée par Al-Sulaiti, et lui a permis de fournir des fournitures aux djihadistes liés à Al-Qaïda en Syrie ».  

Edificio de la Qatar Charity en Doha
PHOTO/AFP - Bâtiment de la Qatar Charity à Doha

De même, Qatar Charity a reçu des dons substantiels d'argent de la Banque islamique du Qatar, a expliqué le citoyen américain Matthew Schrier dans son procès. Les actions de cette ONG dans la région MENA - Moyen-Orient et Afrique du Nord - ont suscité des inquiétudes au sein de la communauté internationale, en particulier chez les voisins arabes de Doha. Selon Middle East Online, « Qatar Charity opérait dans le nord du Mali lorsqu'il était contrôlé par des groupes islamistes ». Elle a également suscité des soupçons quant à son rôle au Soudan, qui est considéré comme renforçant les Frères musulmans et leurs groupes armés dans ce pays. En outre, « la Fondation RAF est soupçonnée de soutenir et de financer des groupes extrémistes et des conflits ethniques intertribaux du Darfour à Port Soudan ». Selon la source Ahval News, elle a même « dépensé jusqu'à 37 millions de dollars pour soutenir les combattants au Soudan qui appartiennent à des groupes terroristes également soutenus par les Frères musulmans ».

Le Qatar a également été accusé de financer d'autres groupes extrémistes. Le Hamas ou la milice qui combat la guerre de Libye aux côtés du gouvernement d'unité nationale (GNA, par son acronyme en anglais) ne sont que quelques exemples, comme mentionné ci-dessus. Elle a également contribué au programme d'Al-Shabaab, la branche somalienne d'Al-Qaïda responsable de plus de 1 000 attentats rien qu'en 2019. Mais c'est une autre histoire.  

« Les preuves montrent que le Qatar est effectivement un financier du terrorisme mondial. Cela a des implications importantes pour la lutte contre le terrorisme, en particulier lorsqu'un front uni contre des forces déstabilisatrices est nécessaire », conclut l'analyste Wasiq Wasiq dans European Eye on Radicalization.