PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Qatar s'éloigne un peu plus de l'Iran avec un nouveau contrat militaire américain

Le département d'État approuve l'exportation de systèmes de défense anti-drones vers le Qatar
AP/ALEX BRANDON - El presidente Joe Biden habla durante una reunión con el emir de Qatar, el jeque Tamim bin Hamad Al Thani, en el Despacho Oval de la Casa Blanca, el lunes 31 de enero de 2022, en Washington

AP/ALEX BRANDON -  -   Le président Joe Biden s'exprime lors d'une réunion avec l'émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le lundi 31 janvier 2022, à Washington

Le Qatar et les États-Unis ont fait un pas de plus dans leurs relations avec l'approbation par le Département d'État d'une vente militaire étrangère (FMS) au Qatar. L'achat n'a pas encore été finalisé, mais comme l'a annoncé cette semaine l'Agence de Coopération pour la Sécurité (ACS) du département américain de la Défense, la notification a été soumise au Congrès, dernière étape nécessaire. 

L'opération notifiée est plafonnée à un milliard de dollars pour l'acquisition d'un système FS-LIDS, un système destiné à contrer l'utilisation de drones de petite et moyenne taille. Il s'agit du système Coyote Block II de la société américaine Raytheon. Il s'agit d'un lanceur tubulaire monté sur un véhicule ou stationnaire, équipé d'un système radar, qui lance un engin aérien sans pilote qui explosera lorsqu'il arrivera à portée de l'engin. Selon le fabricant, Raytheon, le système peut également être tiré depuis l'air. Il peut également se voir confier des missions de surveillance et de guerre électronique. 


Outre les systèmes Coyote, l'achat devrait également porter sur des systèmes de guerre électronique CUAEWS, des systèmes radar multifonctions à bande Ku, des contrôles avancés de défense aérienne, ainsi que sur d'autres services destinés à accompagner la livraison de ces matériels. Selon ACS, les forces armées qataries sont capables d'intégrer ces systèmes dans leur structure opérationnelle.

Le communiqué de presse de l'AEC souligne que ce FMS s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par les États-Unis pour renforcer la sécurité et la stabilité régionales pour leurs alliés au Moyen-Orient. En mars 2022, le Qatar a été reconnu par le président Joe Biden comme un "allié majeur non-OTAN", c'est-à-dire un partenaire militaire prioritaire en dehors de l'Alliance de l'Atlantique Nord. Des pays comme le Maroc bénéficient également de cette désignation. En entrant dans cette catégorie, le Qatar a accédé à un nouveau monde de possibilités dans le domaine de la coopération militaire avec le géant américain. 

AFP PHOTO / HO / IRANIAN PRESIDENCY - En una foto de archivo de la página web oficial de la Presidencia iraní del 12 de enero de 2020 el presidente iraní Hassan Rouhani estrecha la mano del Emir de Qatar Tamim bin Hamad al-Thani tras una conferencia de prensa conjunta en Teherán
AFP PHOTO / HO / IRANIAN PRESIDENCY - Dans une photo d'archive du site officiel de la présidence iranienne, le président iranien Hassan Rouhani serre la main de l'émir du Qatar Tamim bin Hamad al-Thani après une conférence de presse conjointe à Téhéran.

Le Qatar adopte une démarche équilibrée, en maintenant une position équidistante entre les États-Unis et le principal rival régional, l'Iran. Le Qatar peut se méfier de Téhéran à long terme, mais il choisit de maintenir une position ambiguë, différente de celle des Émirats et de l'Arabie saoudite. L'intérêt porté à la compréhension est largement étayé par l'accord d'exploitation et de gestion conjointe qui lie les deux pays à South Par/North Dome, le plus grand champ gazier offshore découvert à ce jour. 

Lors de la crise de 2017 entre le Qatar et le Conseil de coopération du Golfe, qui a conduit au blocus du Qatar par ses voisins arabes, l'Iran s'est positionné comme le plus grand soutien de Doha, en lui fournissant une assistance logistique.

AP/OLIVIER DOULIERY - El Secretario de Estado Antony Blinken estrecha la mano del Ministro de Asuntos Exteriores de Qatar, Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, durante una conferencia de prensa tras una ceremonia de firma en el Departamento de Estado en Washington, el viernes 12 de noviembre de 2021
AP/OLIVIER DOULIERY - Le secrétaire d'État Antony Blinken serre la main du ministre qatari des Affaires étrangères Sheikh Mohammed bin Abdulrahman Al Thani lors d'une conférence de presse suivant une cérémonie de signature au département d'État à Washington

Le maintien de sa position ambiguë peut s'avérer bénéfique pour la région, si le Qatar parvient à se positionner comme un pont de négociation entre les pays arabes et l'Iran. Le dirigeant émirati Tamim bin Hamad al-Thani a appelé à plusieurs reprises ses voisins à ouvrir davantage de voies de dialogue avec Téhéran. Le Qatar est activement engagé dans la promotion d'un accord nucléaire avec l'Iran, une tâche pour laquelle il s'est positionné comme un bon allié pour l'Occident. 

Les médias locaux estiment que le Qatar cherche à s'équiper de systèmes anti-drones par pure crainte de l'Iran. Le système Coyote Block II est spécialisé dans les petits drones, dont le Shaheed-136, qui s'est fait connaître ces derniers mois en raison de son utilisation dans la guerre en Ukraine et de son éventuelle exportation vers l'Algérie.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.