Le rôle de’Iran au Moyen-Orient (II)

L’Iran agit dans les affaires d’autres pays voisins par l’intermédiaire de groupes chiites pro-iraniens
Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran défilent lors du défilé militaire annuel de la "Semaine sainte de la défense"

PHOTO/Iranian Presidency vía AFP  -   Des membres du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran défilent lors du défilé militaire annuel de la "Semaine sainte de la défense"

Il ne fait aucun doute que l'Iran a atteint l'objectif qu'il s'était fixé après la révolution de 1979, à savoir devenir un acteur majeur dans la région. D'une manière ou d'une autre, le pays persan a été impliqué dans tous les événements importants qui ont eu lieu au Moyen-Orient. Dans certains cas comme élément principal et dans d'autres comme partie du même ou comme instigateur. Mais il y a quelque chose qui mérite d'être discuté plus en détail.

Tout d'abord, la formation, le financement et l'emploi de mercenaires étrangers qui se sont déplacés dans la région, en combattant dans les différentes zones de conflit. Deuxièmement, l'emploi direct de leurs propres unités d'opérations spéciales, les « Quds », en Syrie.

Ces actions ont énormément compliqué les relations politiques et économiques qui sous-tendent les conflits omniprésents dans la région, et montrent clairement comment l'Iran comprend à la fois son rôle et les possibilités qui lui sont offertes dans ce contexte de « conflits sous-jacents ».

Il est intéressant de noter qu'en Afghanistan, l'Iran a tenu à aider les efforts américains pour renverser le gouvernement sunnite des talibans. Les talibans étaient totalement opposés à l'idéologie chiite du régime de Téhéran, et bien sûr à l'idée d'une révolution islamique menée par ce courant. Ainsi, l'action des États-Unis signifiait pour l'Iran l'opportunité d'éliminer un adversaire dangereux de sa frontière orientale. Mais lorsque, en 2012, l'accord de partenariat stratégique entre les États-Unis et l'Afghanistan a clairement indiqué qu'il visait dans une certaine mesure à perpétuer la présence américaine dans le pays, l'Iran s'y est fortement opposé. Ainsi, dans un exemple pratique de ce pragmatisme si caractéristique de la politique iranienne, faisant passer si nécessaire les intérêts de la République avant ceux de la Révolution, la position a changé pour soutenir les Talibans et créer des réseaux et des relations avec les autorités politiques et militaires locales, sapant ainsi le gouvernement central.
 

Marine de EEUU ante soldados del Ejército de Afganistán que izan la bandera nacional afgana en un vehículo armado
AFP/WAKIL KOHSAR - Un marine américain face à des soldats de l'armée afghane qui hissent le drapeau national afghan dans un véhicule armé

L'Iran est conscient de la complexité de la tâche qu'il a entreprise, non seulement les États-Unis, mais aussi la communauté internationale, pour créer un gouvernement central fort à Kaboul, et a donc choisi de créer des réseaux transfrontaliers et des relations politiques locales ou régionales qui servent ses objectifs. Une fois de plus, l'Iran affronte ses ennemis par l'intermédiaire de tiers et sur le sol étranger. 

Un autre exemple de ce « modus operandi » est ce que nous voyons au Yémen, bien qu'ici les motifs qui guident l'action iranienne soient très différents. Le soutien iranien aux rebelles Houthis est sous-tendu par un intérêt à maintenir un conflit avec lequel l'Arabie Saoudite, son grand rival dans le monde islamique, doit faire face à sa propre frontière. Il est clair qu'un pays déstabilisé par un conflit interne violent est un facteur négatif et déstabilisant pour les pays limitrophes. Cette façon d'agir au Yémen semble entrer en collision avec les intérêts iraniens en opérant comme elle le fait en Afghanistan, car il ne semble pas raisonnable alors de provoquer un conflit et une instabilité à sa propre frontière. Mais la différence entre les deux situations réside dans les acteurs de chaque côté et dans les relations de l'Iran avec l'Arabie Saoudite, ainsi que dans la confiance de l'Iran dans sa capacité à gérer l'instabilité plus que l'Arabie Saoudite.
 

Combatientes rebeldes hutíes exhiben sus armas durante una reunión destinada a movilizar a más combatientes
AP/HANI MOHAMMED - Les combattants rebelles hutus montrent leurs armes lors d'une réunion visant à mobiliser davantage de combattants

Dans le conflit au Yémen, l'Arabie Saoudite a un allié reconnu internationalement, le gouvernement d'Abd Rabbuh Mansur al-Hadi. Son but est de mettre fin au conflit en rétablissant le pouvoir du al-Hadi susmentionné. De l'autre côté, les intérêts iraniens sont d'obtenir une victoire des rebelles Houthis, bien qu'une prolongation du conflit serve également leurs objectifs. La principale différence avec l'Afghanistan réside précisément dans ce point, en l'absence d'un allié pour l'aider à accéder au pouvoir.  

En général, les tentatives de l'Iran d'exploiter les conflits internes pour servir ses intérêts cherchent toujours à suivre la voie de l'unité chiite internationale. En Afghanistan, cependant, ils ont établi des relations politiques et exploité les vulnérabilités dans le domaine de la sécurité par d'autres moyens. Un Afghanistan fracturé et instable offre une grande opportunité de créer de tels liens politiques par le biais de groupes et de réseaux de soutien dont les loyautés sont fragiles et changeantes, tout en nécessitant un soutien matériel extérieur, ce qui fait de ce besoin leur véritable talon d'Achille.

L'Iran recrute des combattants pour ses milices parmi les réfugiés afghans et les envoie ensuite combattre en Syrie pour le régime d'Assad. Bien sûr, en échange d'un salaire. Ceux-ci font partie de la « Brigade des Fatimides », composée de courageux combattants chiites qui ont combattu aux côtés du Hezbollah au Liban et en tant que membres de milices chiites en Irak et au Pakistan.

De la même manière, il agit auprès des chiites pakistanais, organisant ceux qu'il parvient à recruter dans le cadre de la « Brigade Zainibuin » et les envoyant combattre en Syrie pour un salaire estimé à environ 600 dollars par mois. De cette façon, l'Iran profite de sa capacité à fournir ces incitations économiques pour faciliter l'action de mercenaires étrangers qui ne nécessitent pas leur implication directe pour soutenir ceux qu'il considère comme ses alliés ou dans les domaines où il est intéressé à agir pour son propre bénéfice. Comme on peut le constater, ce mode d'action devient de plus en plus courant et déterminant dans les « nouveaux conflits ».

L'Iran a contribué très intelligemment au profit de sa politique étrangère à créer une structure d'incitations économiques en échange de combats dans les rangs de ses milices liées. Dans les régions où la situation fait que les perspectives de progrès économique ou de survivance ne sont guère plus qu'une chimère, rejoindre les milices devient une option plus que tentante. Une fois de plus, il est clair que le facteur du manque d'espoir et d'horizons de progrès est essentiel pour pousser les différents groupes à prendre les armes en faveur de ceux qui deviennent une référence ou leur donnent la lumière dont ils ont besoin, qu'il s'agisse de l'Iran, de Daesh ou d'Al-Qaïda.

Actuellement, la stratégie de l'Iran au Moyen-Orient s'articule autour d'un contexte de conflits de faible intensité issus d'éléments sectaires (religieux) ou ethniques. 

En Syrie, la République persane coopère avec les forces armées d'Al Assad et les groupes paramilitaires et d'autodéfense, tels que les « Brigades Badr » ou le Hezbollah, en coordonnant l'action des mercenaires tant dans ce pays qu'en Afghanistan, tandis que l'implication en Syrie est renforcée au point d'envoyer ses propres unités d'opérations spéciales qui combattent pour le compte du gouvernement syrien sous le couvert, sans cesser d'être une ironie, de la « lutte mondiale contre le terrorisme ».
 

El presidente de Siria Bachar al-Asad, durante una entrevista televisiva
PHOTO/SANA - Le président syrien Bachar al-Asad lors d'une interview télévisée

La stratégie iranienne dans ce domaine se définit par la création d'une sorte de coalitions multilatérales et transnationales entre des groupes et des acteurs non étatiques qui servent leurs intérêts. 

Dans un contexte d'alliances en évolution rapide, d'interventions étrangères dans la région et d'une économie instable, l'Iran a su rassembler différents types de groupes et d'organisations en exploitant leurs intérêts convergents et, surtout, coordonner leurs efforts pour atteindre un objectif commun.  

Et cette énorme expérience acquise tout au long de l'histoire, de l'établissement de relations avec des groupes qui agissent en tant que mandataires du régime, a conduit à un équilibre très bien développé de l'interaction entre les organisations et les groupes étatiques et non étatiques. 

En agissant par l'intermédiaire de ces proxies, Téhéran évite une implication directe, économise ses propres ressources et apparaît d'une certaine manière moins responsable vis-à-vis du reste du monde des actions menées par ces groupes, mais le revers de la médaille est la plus grande difficulté à exercer un contrôle efficace sur ces éléments et à les diriger de manière appropriée.

La vérité, malgré tout, est que l'Iran n'a pas besoin de diriger directement chacun de ces groupes liés. Ce rôle de leadership est délégué à ses principales milices reconnues, comme la Brigade Badr en Irak ou le Hezbollah au Liban. Il en résulte tout un ensemble d'éléments qui n'ont pas de structure organisationnelle ou de mission ou objectif coordonné entre eux, mais en même temps leur structure et leur fonctionnement vont au-delà de ce qui pourrait être considéré comme un groupe terroriste. C'est ce fait qui rend la tâche si compliquée pour les affronter.
 

Combatientes de las Brigadas de Resistencia Libanesa (Saraya al-Muqawama al-Lubnaniya), un grupo paramilitar afiliado a Hizbulá
PHOTO/AFP - Combattants des Brigades de résistance libanaises (Saraya al-Muqawama al-Lubnaniya), un groupe paramilitaire affilié au Hezbollah

À première vue, il peut sembler que les proxies employés par le régime des ayatollahs peuvent être divisés en proxies politiques et militaires. Mais la réalité est que tous ces groupes couvrent tout le spectre des actions qui sont couvertes par les organisations politico-militaires. La grande différence ne réside pas dans l'orientation des groupes, mais dans le contexte dans lequel ils opèrent. 

Ainsi, la plupart des auteurs classent ces groupes en deux grands noyaux : « actif ou latent » Sont qualifiés d'« actifs » les groupes qui exercent activement la violence contre le gouvernement de l'État sur le territoire duquel ils agissent, contre d'autres groupes armés sur ce même territoire, ou contre les deux.  L'appellation « latent »  est donnée à ceux dont les actions n'impliquent pas d'actes violents ou armés, du moins pour le moment, ce qui n'exclut pas la possibilité que, si la situation l'exige, ils soient ajoutés à la liste des « actifs ». En fonction de ses besoins, l'Iran emploie l'un ou l'autre à son profit.

Les proxies actifs sont les rebelles Houthis au Yémen ou le Hezbollah en Syrie. Le soutien à ces groupes se traduit principalement par la fourniture d'armes et un soutien économique, notamment par le recrutement de combattants rémunérés. Ces groupes ont la capacité de déstabiliser de vastes zones de n'importe quel État, tout en sécurisant de petites zones de celui-ci pour les groupes alliés ou les ethnies de l'Iran. Pour revenir à l'exemple du Yémen, les Houthis y luttent pour atteindre leur objectif de prendre le pouvoir et le contrôle du pays, en établissant un gouvernement qui serait en quelque sorte un allié de l'Iran, mais pour l'instant leur lutte fait bénéficier l'Iran d'une situation d'instabilité totale à la frontière sud de l'Arabie Saoudite, son grand rival dans le monde musulman.  

De manière très similaire, Téhéran bénéficie de l'activité du Hezbollah : sa confrontation permanente avec Israël a pour principal résultat d'entraver et de ralentir les opérations antiterroristes de l'État hébreu et ses opérations de sécurité à la frontière. 

Les groupes qui entrent dans la catégorie des latents ne sont pas impliqués dans des combats directs, mais ils apparaissent dans le contexte de situations de tension politique avec l'État qui gouverne leur lieu de résidence. Le soutien iranien à ces groupes se limite souvent à l'aspect politique plutôt que matériel, que ce soit sous forme d'armes ou d'argent, malgré le fait que la plupart de ces groupes ont souvent des milices armées qui leur sont associées.

L'exemple le plus clair est celui des groupes chiites irakiens. Ces groupes, en principe éminemment politiques, se concentrent sur l'intervention dans les questions de politique intérieure pour agir dans les propres intérêts de l'Iran en Irak. En conséquence de ces activités et afin de les soutenir, chaque groupe dispose de sa propre milice armée (les Brigades Badr par exemple), qui combat aux côtés des « Unités de mobilisation populaire »  contre le Daesh mais qui pourrait à terme agir en faveur de l'Iran dans une hypothétique nouvelle confrontation entre les deux pays.
 

Combatientes chiíes iraquíes de Hashed al-Shaabi (Fuerzas de Movilización Popular) aseguran la zona fronteriza con Siria
AFP/AHMAD AL-RUBAYE - Les combattants chiites irakiens de Hashed al-Shaabi (Forces de mobilisation du peuple) sécurisent la zone frontalière avec la Syrie

Un autre aspect important de l'utilisation des procurations est leur aspect économique. Cette pratique vous permet d'optimiser vos ressources en en affectant une partie au financement de ces groupes, même s'ils ont des méthodes pour le faire eux-mêmes, même si cela ne suffit pas. Ainsi, au lieu de devoir payer pour une opération militaire dans sa totalité, Téhéran s'appuie sur de telles mesures d'autofinancement de ses proxies. C'est une raison de plus qui souligne la faible probabilité que l'Iran renonce à une stratégie lui permettant d'influencer la sécurité régionale à un coût nettement inférieur, évitant ainsi les coûts énormes d'une confrontation armée conventionnelle avec tout autre État.

En poursuivant cette approche du point de vue économique, il est intéressant d'observer comment la politique de recrutement, en échange d'un salaire, de combattants dans des zones, même sans lien idéologique mais avec de graves problèmes économiques et de développement, telle qu'elle a été menée avec les réfugiés afghans et pakistanais, a eu un effet surprenant : profiter d'un problème d'insécurité économique régionale à son propre profit en le transformant en racine de leur sécurité géopolitique.  

On pourrait donc dire que le réseau transnational de proxies mis en place par l'Iran agit comme un moyen de dissuasion efficace dans toute la région en équilibrant le rapport de force, ce qui n'empêche pas qu'on ne sache pas encore très bien si cette stratégie sera suffisante pour maintenir ce rapport de force contre son plus grand rival, l'Arabie saoudite, à long terme.

Les principaux avantages offerts par ce réseau iranien complexe grâce à sa décentralisation sont sa capacité à répondre presque immédiatement à toute agression ou action hostile, de quelque nature que ce soit, contre le pays persan et l'établissement de positions ou de bases avancées sur le territoire d'autres pays. Cependant, face à ces avantages, le danger de cette stratégie est l'incapacité d'exercer un contrôle direct et efficace sur les mandataires et le manque de financement et de projets de soutien à long terme.

Cependant, il y a une réalité qui ne peut être ignorée, et c'est que bien que l'Iran soit le noyau central de ce réseau de groupes ou de proxies partageant les mêmes idées, il n'en est en aucun cas le seul ou le principal instigateur, et les conflits auxquels ils prennent part se poursuivront même sans l'intervention de Téhéran. L'influence exercée par le régime est en profite simplement pour canaliser les intérêts iraniens.

Conclusions

Les politiques de sécurité nationale de l'Iran sont le produit d'un grand nombre de facteurs qui se chevauchent et qui semblent même parfois rivaliser entre eux. Parmi celles-ci figurent l'idéologie même de la révolution islamique, qui a conduit au changement de régime de 1979, la perception des menaces pesant sur l'État lui-même et sur le régime, les intérêts nationaux à long terme et l'interaction entre les différentes factions au sein du régime.

Ce que nous pouvons considérer comme des lignes générales guidant la politique de sécurité du régime iranien sont les suivantes :

  • Essayer de fournir un moyen de dissuasion suffisamment convaincant contre toute tentative d'invasion de son territoire, d'intimidation ou de provocation d'un changement de régime, que ce soit par les États-Unis ou par une quelconque puissance étrangère.
  • Tenter de profiter des opportunités offertes par les conflits régionaux qui sévissent en permanence au Moyen-Orient pour modifier la structure du pouvoir dans la région que le régime iranien considère comme favorable aux États-Unis, à Israël, à l'Arabie saoudite et au reste des États musulmans sunnites.
  • Chercher à consolider un certain prestige et une certaine reconnaissance au niveau international qui, d'une certaine manière, récupère la splendeur des anciens empires perses.
  • Fournir un soutien matériel et financier aux gouvernements qu'elle considère comme des alliés et aux milices ou factions armées qu'il considère comme des alliés, comme ceux mentionnés tout au long de ce document. L'Iran présente et justifie ce soutien comme une aide aux opprimés de la région, en réaffirmant l'idée que c'est particulièrement l'Arabie Saoudite qui est responsable de la provocation de tensions sectaires et en essayant d'exclure le pays persan des questions qui touchent l'ensemble de la région. On peut voir ici que, bien qu'il n'y ait pas de facteurs économiques mineurs en jeu, ce qui se cache derrière tout cela, c'est la lutte interne entre les deux principaux courants de l'Islam et leur lutte pour l'hégémonie.  
  • Profiter de l'imposition de sanctions en conséquence de son programme nucléaire pour apparaître comme un centre fondamental pour le commerce et la production d'énergie dans la région et assurer ainsi l'acquisition de nouveaux systèmes d'armes (n'oublions pas l'achat des systèmes de défense aérienne S400).

Enfin, il est important de souligner que malgré les apparences, tout n'est pas hégémonique dans le pays (récemment, des épisodes de protestation ont été révélés dans les rues, dont certains ont été sévèrement réprimés), pas même dans la classe dirigeante.

Au sein de ces derniers, il existe certains désaccords lorsqu'il s'agit de décider de la stratégie à suivre. Et alors que le leader suprême Ali Khamenei et les partisans de la ligne dure comme les Gardiens de la Révolution s'opposent à toute décision qui compromettrait les principaux objectifs en termes de sécurité nationale, le président élu Hassan Rouhani prône le retour du pays dans le concert diplomatique régional et international.
 

El Ayatolá Alí Jamenei y el presidente de Irán, Hasan Rohaní
AFP PHOTO/BUREAU DU DIRECTEUR SUPRÊME DE L'AFP - L'Ayatollah Ali Khamenei et le président iranien Hasan Rohani

Pour l'instant, les partisans de la ligne dure sont fidèles à cette dernière dérive. Il sera intéressant de suivre l'évolution de la situation et de voir jusqu'où ils sont prêts à aller.

Bibliographie

Hollingshead, Emmet, "Iran’s New Interventionism: Reconceptualizing Proxy Warfare in the Post-Arab Spring Middle East" (2018). Political Science Honors Projects.

Council on Foreign Relations Center for Preventive Action, “Managing the Saudi-Iran Rivalry,” 25 October 2016

Max Fisher, “How the Iranian-Saudi Proxy Struggle Tore Apart the Middle East,” The New York Times , 19 Nov.2016.

J. Matthew McInnis, “ Iranian Deterrence Strategy and Use of Proxies,” AEI , 6 Dec. 2016

Congressional Research Service, “Iran’s Foreign and Defense Policies” Dec. 2018