Le rôle de l'Argentine dans le Mercosur

Un conflit politique sans précédent dans l'histoire de l'organisation
Foto cedida por la Presidencia de Argentina del presidente argentino Alberto Fernández durante una cumbre virtual del Mercosur en el 30 aniversario de su creación en la Casa Rosada en Buenos Aires AFP PHOTO / PRESIDENCIA DE ARGENTINA / ESTEBAN COLLAZO

AFP PHOTO / PRESIDENCIA DE ARGENTINA / ESTEBAN COLLAZO  -   Photo fournie par la présidence argentine du président argentin Alberto Fernandez lors d'un sommet virtuel du Mercosur à l'occasion du 30e anniversaire de sa création, à la Casa Rosada de Buenos Aires

Depuis la signature du traité d'Asunción, l'Argentine et le Brésil ont une grande influence sur le Marché commun du Sud (Mercosur). Alberto Fernández, président de l'Argentine, assure la présidence du bloc, mais il n'a pas le soutien des autres pays sur des questions clés telles que la flexibilisation de l'organisation ou la baisse du tarif extérieur commun. Sur ces questions, il existe un désaccord entre l'Argentine et les trois autres États membres du Mercosur : le Brésil, l'Uruguay et le Paraguay. Nous sommes dans un moment tendu dans la région, où la situation économique et sanitaire est incertaine et où le temps de prendre des décisions est pressant. 

La nature changeante du Mercosur au fil des ans

Sous la direction de l'ancien président argentin Carlos Menem, le bloc sud-américain est né en 1991. Sa création a été inspirée par la pensée développementaliste des gouvernements de José Sarney et Raúl Alfonsín dans les années 1980. Ils cherchent à constituer un bloc économico-politique régional dans un nouveau scénario international, au milieu de l'effervescence néolibérale parrainée par le consensus de Washington.  Il est développé sous le paradigme du "libre-échange" et du "régionalisme ouvert".

Alberto Fernández pronunciando un discurso durante una Cumbre virtual del Mercosur en el 30º aniversario de su creación en la Casa Rosada de Buenos Aires, el 26 de marzo de 2021 AFP PHOTO / PRESIDENCIA ARGENTINA / ESTEBAN COLLAZO
AFP PHOTO / PRÉSIDENCE ARGENTINE / ESTEBAN COLLAZO-Alberto Fernández prononçant un discours lors d'un sommet virtuel du Mercosur à l'occasion du 30e anniversaire de sa création, à la Casa Rosada de Buenos Aires, le 26 mars 2021.

Des gouvernements comme celui de Kirchner dénotent le changement politique qui s'opère dans les pays d'Amérique du Sud contre la mondialisation néolibérale promue par la puissance anglo-américaine, en axant sa politique étrangère sur le renforcement des relations avec les pays alliés de la région et le Mercosur. C'est à cette époque que s'articulent les politiques sociales et antilibérales, l'accent n'est plus mis sur l'économie, le libre-échange et les politiques d'attraction des capitaux, mais sur les stratégies d'accumulation de pouvoir régional, d'intégration politique et sociale et de complémentation productive. 

Avec les présidences libérales de la région, comme celle de Mauricio Macri, on assiste à un nouveau tournant vers la dimension économico-commerciale du Mercosur, avec la conclusion de trois accords qui réglementent des domaines liés au commerce et aux investissements, à l'agenda numérique et au commerce électronique. En outre, contrairement aux politiques régionalistes de Kirchner, il y a un zèle mondialiste, qui cherche à accroître le commerce avec d'autres régions stratégiques du monde, comme la poussée pour l'accord de libre-échange avec l'UE, qui n'a pas encore été signé. 

Le mandat d'Alberto Fernandez, président de l'Argentine depuis le 10 décembre 2019, a été marqué par la pandémie. Selon le rapport à la presse N°:406/20, il appelle à "plus et mieux de Mercosur avec une reprise économique durable et inclusive" ainsi qu'à la solidarité face au COVID-19. Étant donné qu'il appartient au parti péroniste "Frente de Todos" et que Cristina Fernandez est vice-présidente, on peut s'attendre à ce que les politiques d'Alberto Fernandez suivent l'exemple des Kirchner.

Foto de archivo difundida por la Presidencia de Brasil del presidente brasileño Jair Bolsonaro (C) hablando durante una Cumbre virtual del Mercosur  AFP PHOTO / PRESIDENCIA BRASILEÑA / MARCOS CORREA
AFP PHOTO / PRESIDENCIA BRASILEÑA / MARCOS CORREA-Photo d'archive publiée par la présidence du Brésil du président brésilien Jair Bolsonaro (C) s'exprimant lors d'un sommet virtuel du Mercosur.
La question de la flexibilisation du Mercosur

Le sommet virtuel des présidents pour le 30e anniversaire du Mercosur a une fois de plus révélé les différences au sein du bloc face aux propositions visant à rendre l'accord plus flexible, un débat qui dure depuis plusieurs gouvernements. Les anciens présidents de l'Uruguay Jorge Batlle, Tabaré Vázquez, José Mujica en 2012, et à nouveau Vázquez en 2015 lors de son voyage au Paraguay l'ont mis sur la table. Dans son discours au sommet, Luis Lacalle Pou, président de l'Uruguay, a souligné l'urgence de revoir le tarif extérieur commun et a insisté sur le fait que le Mercosur ne peut être un fardeau, "un corset dans lequel notre pays ne peut pas bouger". C'est pourquoi il a demandé que l'organisation soit plus flexible, ainsi que la possibilité de négocier à des vitesses différentes ou à des "rythmes différents", car "l'Uruguay doit aller de l'avant". 

Lors de la clôture de l'événement, Fernandez a répondu au président uruguayen, a déclaré que le consensus est nécessaire pour avancer et a regretté que personne n'ait compris qu'il aurait pu devenir "un fardeau". "La vérité est que nous ne voulions pas être un fardeau pour qui que ce soit. La chose la plus simple à faire est de descendre du bateau si ce fardeau est trop lourd. Mettons fin à ces idées qui font si peu pour l'unité. Nous ne voulons être le fardeau de personne. Si nous sommes un boulet, qu'ils prennent un autre bateau, mais nous ne sommes le boulet de personne. Pour moi, c'est un honneur de faire partie du Mercosur", a-t-il conclu.

Foto de archivo difundida por la Presidencia argentina que muestra al presidente argentino Alberto Fernández  con su homólogo brasileño Jair Bolsonaro (C) AFP PHOTO / PRESIDENCIA ARGENTINA
AFP PHOTO / PRESIDENCIA ARGENTINA-Photo d'archive publiée par la présidence argentine montrant le président argentin Alberto Fernandez avec son homologue brésilien Jair Bolsonaro.

Mario Abdo Benítez, président du Paraguay, est également favorable à l'assouplissement de la dynamique du bloc. Lors de sa présentation, il a déclaré : "Nous ne pouvons pas permettre que les idéologies contaminent ce processus, que nos différences nous divisent, nous devons être un exemple en tant que dirigeants pour laisser un héritage de compréhension". Jair Bolsonaro, président du Brésil, a également fait référence à la flexibilisation de l'organisation : " La règle du consensus ne peut pas être un outil de frein ou de veto permanent (...) Nous voulons de la rapidité et concentrer notre travail sur la génération d'investissements externes qui peuvent générer du travail, de l'emploi et des revenus ", faisant référence à la nécessité de voter au lieu d'avancer par consensus.

Désaccord entre les deux grands leaders régionaux : l'Argentine et le Brésil

Il ne faut pas oublier que lors des élections argentines de 2019, Bolsonaro a publiquement défendu la réélection de Macri, l'adversaire de Fernandez, et prédit que....

si le candidat péroniste était élu, il y aurait un exode des Argentins vers le Brésil. Fernández a répondu en disant qu'il était heureux qu'un "homme misogyne et violent" parle de lui en mal. Cette inimitié s'est accrue au cours de la pandémie en raison des différences évidentes entre les deux présidents dans la manière d'y faire face. 

Face à la possibilité de réduire le tarif extérieur commun, l'Argentine envisage une réduction sélective qui n'affecterait pas les secteurs clés tels que l'automobile ou le textile. Le Brésil, avec le soutien de l'Uruguay, insiste pour réduire tous les droits de douane de 10 % cette année et de 10 % supplémentaires l'année prochaine. L'Argentine et le Brésil sont les principaux partenaires du Mercosur, et s'il n'y a pas d'entente entre les deux présidents en raison de leurs différences personnelles et idéologiques, il est impossible d'élaborer un plan pour le monde post-COVID. 

Dans une semaine, une nouvelle réunion des ministres des affaires étrangères et de l'économie, prévue le 8 juin à Buenos Aires, Bolsonaro et Lacalle continuent de maintenir des revendications qui les éloignent de la position de l'Argentine, qui assurera la présidence pro tempore du bloc jusqu'en juillet.


Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra