Le rôle de l'Iran au Moyen-Orient (I)

Agir dans les affaires d'autres pays voisins par l'intermédiaire de groupes chiites pro-iraniens
Le guide suprême iranien Sayyid Ali Hosseini Khamenei (C), le président iranien Hassan Rohani (I) et le nouveau commandant des forces du Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique Ismail Qaani participent à une cérémonie de deuil pour Qassem Soleimani

PHOTO/Présidence iranienne/Département des affaires politiques  -   Le guide suprême iranien Sayyid Ali Hosseini Khamenei (C), le président iranien Hassan Rohani (G) et le nouveau commandant des forces du Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique Ismail Qaani participent à une cérémonie de deuil pour Qassem Soleimani

Les derniers événements au Moyen-Orient et la confrontation ouverte entre les États-Unis et l'Iran, qui se sont déroulés sur le sol irakien, ont mis en évidence une réalité qui, jusqu'à présent, bien qu'elle soit connue, n'avait pas reçu l'attention qu'elle méritait, montrant ainsi la réalité du « jeu » compliqué des intérêts dans cette région et montrant une fois de plus que les éléments que certains tentent aujourd'hui de proclamer comme étant nouveaux, en les encadrant dans des concepts tels que « la guerre hybride » qui, soit dit en passant, commence à être abandonnée pour parler de « conflits dans la zone grise », ne le sont pas tant que cela. Et non seulement cela, mais des acteurs que l'on pourrait croire moins avancés les utilisent depuis des décennies, parfois comme de véritables maîtres.

Il est intéressant de s'arrêter un moment, de regarder en arrière et de réfléchir. Car seule la connaissance des événements passés permet de comprendre où nous en sommes et, en cours de route, il y aura peut-être ceux qui parviendront à séparer le bon grain de l'ivraie et à retrouver une vision plus objective.

Depuis la révolution des ayatollahs de 1979 et la proclamation de la République islamique, l'Iran, dans ses efforts pour s'imposer comme une puissance régionale et occuper une place prépondérante dans le monde musulman majoritairement sunnite, a incité et encouragé la création de groupes dans tout le Moyen-Orient qui ont agi comme des « proxies », tant politiquement que militairement, pour influencer la politique régionale et internationale dans son propre intérêt. Ces groupes, dans la plupart des cas, ont donné naissance à des milices qui ont acquis une pertinence suffisante pour être considérées dans certains cas comme des acteurs non étatiques, mais avec une capacité d'influence presque identique à celle des États dans la région même.

Cette façon d'agir est devenue beaucoup plus pertinente avec l'invasion de l'Irak et la chute du régime de Saddam Hussein en 2003. L'effondrement de l'État irakien et la situation de chaos après l'invasion ont présenté un scénario plus que favorable à l'Iran, car il a entraîné la disparition de l'un de ses principaux concurrents dans la région. 
 

Fotografía de archivo del 12 de noviembre de 2018, combatientes chiíes iraquíes de la fuerza paramilitar Hashed al-Shaabi aseguran la zona fronteriza con Siria en al-Qaim, en la provincia iraquí de Anbar, frente a Albu Kamal en la región siria de Deir Ezzor
AFP/AHMAD AL-RUBAYE - Photo d'archive du 12 novembre 2018, des combattants chiites irakiens de la force paramilitaire Hashed al-Shaabi sécurisent la zone frontalière avec la Syrie à Al Qaim dans la province irakienne d'Anbar, en face d'Albu Kamal dans la région syrienne de Deir Ezzor

Ces dernières années, il a repris des forces en raison des conflits en Syrie, en Libye et à nouveau en Irak dans sa lutte contre le Daesh, devenant ainsi le principal outil du régime iranien pour progresser dans la réalisation de ses objectifs régionaux.

Traditionnellement, l'Occident en général et surtout depuis les attentats du 11 septembre, a orienté ses préoccupations vers les groupes djihadistes sunnites tels qu'Al-Qaïda et le Daesh, à l'exception du Hezbollah, dont la présence et l'activité au Liban sont une source constante de préoccupation et d'attention.

De nombreux conflits ont souffert de l'intervention de ces "proxies" iraniens, et les efforts du gouvernement iranien pour recruter des volontaires qui nourrissent les rangs de leurs milices, pas toujours avec le même succès, n'ont pas cessé depuis la fin des années 1970. Il n'est pas surprenant que cette attitude ne soit pas passée inaperçue chez les concurrents régionaux de l'Iran, d'Israël à l'Arabie Saoudite en passant par Abu Dhabi. Le résultat n'est autre que la situation qui se présente aujourd'hui, résultat d'une occupation inquiétante qui augmente et matérialise le risque d'entrer dans un cercle vicieux d'actions et de réponses dans lequel le sectarisme violent est devenu un élément fondamental aux mains de divers États dans leur tentative de réaliser leurs objectifs et ambitions géopolitiques.
 

Manifestantes cantan consignas durante una protesta contra la ejecución en Egipto de nueve presuntos miembros de la Hermandad Musulmana, condenados por su participación en el asesinato en 2015 del principal fiscal del país, frente al consulado de Egipto en Estambul, el sábado 2 de marzo de 2019
AP/LEFTERIS PITARAKIS - Des manifestants scandent des slogans lors d'une manifestation contre l'exécution en Egypte de neuf membres présumés des Frères musulmans, condamnés pour leur rôle dans le meurtre du procureur général du pays en 2015, devant le consulat égyptien à Istanbul, le samedi 2 mars 2019

L'origine de ce « modus operandi » remonte aux premières années de l'existence de la République islamique d'Iran et de son fondateur, l'ayatollah Khomeini, qui a développé la facette du sectarisme dans la quête de Téhéran d'une véritable influence géopolitique dans la région. Et la façon dont il a commencé ce chemin a été d'inciter les communautés chiites d'Irak à se soulever contre le parti sunnite Baas et son leader et homme fort du pays, Saddam Hussein. Tout cela, malgré le fait que pendant plus d'une décennie, le nouvel ayatollah iranien a bénéficié de l'hospitalité irakienne avec la condescendance de Saddam Hussein dans son exil dans la ville de Najaf.

En esta foto de archivo del 13 de mayo de 1988, el entonces líder iraní, el ayatolá Ruhollah Jomeini, saluda a los simpatizantes antes de emitir su voto en la ronda final de las elecciones parlamentarias de Irán
AP/SAYAAD - Sur cette photo d'archive du 13 mai 1988, l'Ayatollah Ruhollah Khomeini, alors leader iranien, salue ses partisans avant de voter lors du dernier tour des élections parlementaires iraniennes

Le nationalisme arabe ou panarabisme a toujours été caractérisé par une tendance intrinsèque à rejeter le courant chiite, ce qui offrait une occasion parfaite pour le nouveau dirigeant iranien. Dès 1971, Khomeini a exposé ses idées pour un « gouvernement islamique », qu'il a mises dans un livre. Dans sa conception, l'idée prévalait qu'elle devait être transnationale, avec toutes les communautés chiites comme membres principaux.

Une caractéristique déterminante de la vision de Khomeini est que la religion et la politique sont deux réalités inséparables, ce qui contredit la tradition chiite qui a toujours conseillé de maintenir une saine distance entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux.

Malgré cela, cette nouvelle interprétation radicale de la religion et l'intrusion des postulats religieux dans la politique ont eu des conséquences directes pour le pays. En fait, l'incitation de Khomeini à se soulever contre la puissance de Saddam Hussein a été l'un des facteurs clés qui ont conduit à l'invasion du pays persan par l'Irak en 1980.

Deux ans seulement après la chute du Shah, le nouveau régime iranien a créé le Bureau des mouvements de libération islamique, sous l'égide de la Garde républicaine et avec pour mission d'exporter le modèle de révolution iranien. Et en 1982, avec l'aide de Téhéran, les milices anti-Saddam, Badr, en Irak et le Hezbollah au Liban ont vu le jour, toutes deux composées d'islamistes chiites imprégnés de la doctrine inspirée de Khomeini qui consiste à mettre fin à toute résistance politique. Aujourd'hui, ces deux groupes sont les « proxies » chiites pro-iraniens les plus efficaces et les plus puissants.

Au cours de cette décennie, des éléments inspirés par les politiques radicales de l'Iran sont apparus, notamment des violences sporadiques au Bahreïn, au Koweït, au Pakistan et en Arabie saoudite.

Un fait très important, qui est parfois délibérément ignoré, est qu'une grande partie de ce qui se passe au Moyen-Orient s'inscrit dans le cadre de la lutte du monde islamique pour le maintien de l'hégémonie. Depuis la séparation de l'islam en deux courants principaux, les adeptes de l'un et de l'autre ont du mal à s'imposer à l'autre. Et c'est ce combat qui est au cœur des confrontations d'aujourd'hui. Bien sûr, assaisonné d'une autre série de conditions non mineures, comme le facteur énergétique, le facteur économique, la présence d'un acteur comme Israël et l'intervention des puissances occidentales.

Par conséquent, la stratégie suivie par les chiites et soutenue par la République islamique d'Iran est très similaire à celle suivie par des groupes similaires du courant opposé, tels que les Frères musulmans.

Les deux groupes visent initialement à délégitimer le pouvoir établi par tous les moyens possibles, en transférant à la population qu'il ne répond pas à ses demandes et à ses besoins, en créant un certain sentiment d'  « orphelinat » qui les amène à chercher une référence. Une fois cela réalisé, la graine de l'insurrection est semée et les conditions pour qu'un soulèvement armé prenne le pouvoir sont créées, imposant ainsi un gouvernement islamique régi par la « charia » ou la loi islamique.

Cette formule a d'abord été utilisée avec succès par la majorité chiite en Iran, leur fournissant un État puissant et ingénieux qui les a conduits à devenir la base d'opérations pour la révolution de ce courant religieux. Les dirigeants de la nouvelle République islamique se sont mis à l’œuvre pour redéfinir le monde islamique chiite et de chercher des moyens d'exporter leur vision aux communautés qui suivent la même confession au-delà des frontières du pays.
 

Los partidarios del movimiento chií libanés Hizbolá sostienen una imagen del difunto líder supremo de Irán, el Ayatolá Ruhollah Jomeini, mientras participan en una procesión de luto religioso el décimo día del mes lunar de Muharram, que marca el día de Ashura, en un suburbio de la capital Beirut, el 10 de septiembre de 2019
AFP/ANWAR AMRO - Des partisans du mouvement chiite libanais Hezbollah tiennent une image du défunt guide suprême de l'Iran, l'ayatollah Ruhollah Khomeini, alors qu'ils participent à une procession de deuil religieux le dixième jour du mois lunaire de Muharram, qui marque le jour de l'Achoura, dans une banlieue de la capitale Beyrouth, le 10 septembre 2019

Cette détermination est clairement démontrée par le fait que la Constitution de 1979 consacre l'engagement idéologique de la République à mobiliser les « mostzafeen », les musulmans opprimés, contre ce que Téhéran appelait des dirigeants injustes. Cette tâche concerne les musulmans en général, sans faire de distinction entre les chiites et les sunnites. Mais comme l'affirme Afshon Ostovar, « les critiques de l'Iran ont tendance à voir un comportement expansionniste et transnational dans la performance du pays depuis 1979 pour mettre en œuvre une politique chiite pro-iranienne ». Mais en regardant l'évolution de ce dernier plus en détail, on peut certainement voir des éléments sectaires qui ont une grande influence sur les calculs stratégiques de l'Iran, sans suivre un modèle unique comme le soulignent les critiques du régime.

Il y a des moments clés où le rôle de Téhéran a ignoré ce qui était a priori ses préférences sectaires. La guerre civile au Liban au début des années 1980 en est un exemple. Pendant le conflit, l'Iran a soutenu le mouvement du Fatah dirigé par Yasser Arafat, qui était de nature sunnite et était en conflit avec le groupe chiite libanais Amal. À cette époque, Téhéran a donné la priorité à la position belligérante d'Arafat contre Israël plutôt qu'à la position d'Amal, exclusivement axée sur les intérêts de la communauté chiite du Liban. Cela, comme beaucoup d'autres, met en évidence la façon dont l'Iran, malgré tout, a toujours appliqué ce que l'on appelle la « realpolitik ». Au-delà de son programme et de son idéologie, il agit toujours en fonction de la situation pour le plus grand bien. C'est ce que l'on pourrait appeler un sectarisme soumis aux intérêts pratiques de la stratégie géopolitique du pays.

Conclusions

Les milices pro-iraniennes opérant dans la région du Moyen-Orient constituent une menace constante pour la stabilité de la région, ainsi que pour la possibilité de mettre en place des gouvernements stables et pacifiques. D'un point de vue stratégique, la façon d'agir de l'Iran, qui était en quelque sorte quelque peu nouvelle, grâce à l'utilisation de proxies pour atteindre ses objectifs politiques et militaires, s'est révélée être un problème difficile à aborder, à comprendre et à contrer de manière holistique.

Il est donc très important de connaître l'origine de ce « modus operandi » et ses racines afin d'établir un modèle théorique qui réponde à la façon dont Téhéran utilise ces ressources, à la dynamique de ces groupes et à leurs intérêts réels dans la région, bien au-delà des sujets habituels.

L'Iran s'est préoccupé de tisser un réseau dense de relations avec ces acteurs non étatiques au point de les utiliser comme une extension des moyens et ressources propres de la République islamique dans la dynamique des nouveaux conflits, qu'ils soient appelés hybrides ou conflits de la zone grise. Et elle le fait de manière à encourager certains affrontements, à en provoquer d'autres ou à réduire les tensions dans certains des affrontements existants en fonction de ses propres intérêts.
 

Valla publicitaria de propaganda de la milicia pro-iraní de las Brigadas de Hizbolá que cuelga sobre la calle Palestina en el centro de la capital iraquí, Bagdad, en la que aparecen tres de sus combatientes enmascarados
AFP/AHMAD AL-RUBAY - Panneau de propagande de la milice pro-iranienne des Brigades du Hezbollah suspendue au-dessus de la rue Palestine au centre de la capitale irakienne, Bagdad, montrant trois de ses combattants masqués

Ainsi, alors que la soi-disant « guerre contre le terrorisme » commence en quelque sorte à disparaître du discours et que les ambitions et les aspirations des États en matière de sécurité reprennent un rôle principal, les activités de l'Iran et sa ligne de conduite particulière au Moyen-Orient se perpétuent comme un défi et une source de problèmes.

Les groupes créés par le régime iranien ou ceux avec lesquels il a établi des liens étroits pour partager les intérêts et l'idéologie avec Téhéran, font la guerre ou mènent des activités politiques conformes aux intérêts de l'Iran. En retour, ils obtiennent un soutien militaire et financier et, en de nombreuses occasions, des conseils et un soutien politique sur la scène internationale.

Grâce à ce réseau dense de proxies, l'Iran a pu créer un réseau régional de « sécurité » avec des tentacules dans pratiquement tous les pays de la région, malgré une position claire contre les intérêts iraniens de ces États.

Cette façon particulière d'agir présente une complexité inhabituelle et un défi pour tous ceux qui doivent concevoir des stratégies pour la contrer.

Il y a deux questions clés : « Quels sont les véritables objectifs de l'Iran dans la région ? Et comment agira-t-elle pour les atteindre ? »

Les deux semblent évidents. Ce qui n'est plus évident, c'est la réponse à aucune de ces deux questions. De nombreux facteurs interagissent dans le processus décisionnel de l'Iran, parfois même contradictoires, et beaucoup se chevauchent, ce qui le rend difficile à comprendre.

Mais on peut identifier les deux principaux moteurs de la stratégie iranienne, en faisant une première analyse de base, qui ne sont autres que le maintien de sa sécurité et l'expansion de ses objectifs idéologiques.
 

La bandera de Jordania (izquierda) y la Hermandad Musulmana (derecha) ondean junto a un cartel que muestra al difunto presidente egipcio Mohamed Morsi, con leyendas en árabe que dicen "nuestras almas anhelan Jerusalén, el mártir Mohamed Morsi", durante una manifestación de oración posterior al viernes en la capital jordana, Amman, el 21 de junio de 2019, contra el "Acuerdo del siglo" del presidente estadounidense Donald Trump
AFP/KHALIL MAZRAAWI - Le drapeau jordanien (à gauche) et les Frères musulmans (à droite) flottent à côté d'un panneau représentant le défunt président égyptien Mohamed Morsi, avec des légendes arabes qui disent « nos âmes aspirent à Jérusalem, le martyr Mohamed Morsi », lors d'un rassemblement de prière post-vendredi dans la capitale jordanienne, Amman, le 21 juin 2019, contre l'« Accord du siècle » du président américain Donald Trump

D'une part, la création et l'emploi de ses milices connexes, ainsi que le développement de sa puissance militaire, visent à accroître sa sécurité par la dissuasion, en essayant de l'amener non seulement à ses ennemis régionaux potentiels, mais aussi à tout acteur extérieur qui pourrait tenter de s'immiscer dans ses affaires intérieures, même si celles-ci touchent parfois des tiers, comme c'est le cas pour le développement de son programme nucléaire. Cela s'explique en grande partie par la menace que représentent de tels mandataires en tant que force de combat active capable d'agir dans des conditions très différentes de celles d'un conflit militaire classique. D'autre part, nous avons la tentative permanente, depuis la création de la République islamique, d'exporter son modèle de révolution et l'idéologie chiite qui constitue la base de sa forme théocratique de gouvernement.

Ce bref regard sur le passé et cet aperçu superficiel de la manière d'agir de l'Iran peuvent aider à comprendre en partie ce qui se passe ces derniers mois en Irak, car il met en évidence les liens historiques pertinents des islamistes chiites iraniens avec leurs coreligionnaires en Irak, ainsi que la manière dont ces groupes agissent sous la direction de la République islamique, montrant à quel point l'influence religieuse et politique de Téhéran est profonde dans la réalité irakienne actuelle. Peut-être que cela permettra de faire la lumière sur l'origine des événements de janvier dernier.
 

Bibliographie

  • Dagres, Holly et Barbara Slavin. How Iran Will Cope with US Sanctions. 2018
  • Hollingshead, Emet. Iran’s New Interventionism: Reconceptualizing Proxy Warfare in the Post-Arab Spring Middle East. Macalester College, ehollin1@macalester.edu, 2018.
  • Vatanka, Alex. Iran’s use of shi‘i militant proxies ideological and practical expediency versus uncertain sustainability. Policy Paper, 2018