PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Ramadan, un lieu de rencontre pour la Fundación Tres Culturas

La première session du "Ramadan entre les cultures" a débuté hier par la célébration d'un iftar institutionnel auquel ont participé des représentants des trois principales confessions religieuses
atalayar-ramadan-between-cultures-fondation-trois-cultures-diversité

PHOTO/ARCHIVO  -   Participants à la première session du "Ramadan entre les cultures", un événement organisé par la Fondation des Trois Cultures, dont des représentants des trois principales religions monothéistes

Le neuvième mois du calendrier islamique est le mois du Ramadan depuis l'aube de la religion musulmane. Un mois sacré pour toute la communauté des fidèles de l'Islam qui ne se traduit pas seulement par un jeûne pendant les heures d'ensoleillement, mais implique également un profond dévouement à la spiritualité, à la réflexion et à la prière. Le mois du Ramadan devient un moment d'unité avec la famille, les amis et le reste de la communauté musulmane, et est célébré avec joie et dévotion. 

Cependant, depuis 2017, la Fondation des trois cultures s'efforce de faire de la célébration du Ramadan une fête qui peut être partagée avec les adeptes d'autres religions. C'est dans ce but qu'elle a développé les sessions de "Ramadan entre les cultures", qui proposent un large programme d'activités pour impliquer un grand nombre de groupes dans cette tradition

atalayar-ramadan-entre-culturas-fundacion-tres-culturas-bendodo
PHOTO/ARCHIVO - Elías Bendodo Benasayag, ministre de la présidence, des administrations publiques et de l'intérieur du gouvernement régional d'Andalousie et coprésident de la Fondation des trois cultures

La première des sessions du "Ramadan entre les cultures" a eu lieu cette année au siège de la Fundación Tres Culturas, à Séville, avec la rencontre d'importantes autorités et de représentants des trois principales religions abrahamiques - chrétiens, juifs et musulmans. Elle a duré jusqu'après la rupture du jeûne, l'iftar, auquel ont participé les deux coprésidents de la Fondation des Trois Cultures : le ministre de la Présidence, de l'Administration publique et de l'Intérieur du gouvernement régional d'Andalousie, Elías Bendodo Benasayag, et le conseiller du monarque marocain Mohamed VI, André Azolulay.

L'événement a débuté par un discours de bienvenue de la directrice générale de la Fondation des Trois Cultures, María de la Concepción de Santa Ana, qui a fait l'éloge de toutes les personnes présentes et a présenté le programme "Ramadan entre les cultures" pour la sixième année consécutive. Un bref discours a laissé place aux trois représentants des principales religions monothéistes d'Espagne : Manuel Portillo, délégué diocésain à l'œcuménisme de l'archidiocèse de Séville ; Isaac Benzaquen, président de la Fédération des communautés juives d'Espagne ; et Ibrahim Hernández, président de la Fondation de la mosquée de Séville.

Ces discours ont une nouvelle fois mis en évidence la volonté de créer des liens entre les trois confessions religieuses, l'un des principaux objectifs du "Ramadan entre les cultures". 

atalayar-ramadan-entre-culturas-fundacion-tres-culturas-bendodo
PHOTO/ARCHIVO  

Ensuite, c'était au tour des représentants politiques qui avaient fait le déplacement jusqu'au siège de la Foundaton Trois Cultures pour participer à l'événement de prendre la parole. Parmi les intervenants figuraient l'ambassadeur directeur général des relations bilatérales et des affaires politiques du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger du Royaume du Maroc, Fouad Yazourh, et les coprésidents de la Fondation des Trois Cultures : le conseiller du monarque marocain Mohamed VI, André Azolulay, et le ministre de la Présidence, de l'Administration publique et de l'Intérieur du gouvernement régional d'Andalousie, Elías Bendodo Benasayag.

Ce dernier n'a pas manqué l'occasion de souligner le rôle de l'Andalousie en tant que "terre ouverte" où toutes les religions ont leur place, et où l'on travaille à la fusion des cultures. 

atalayar-ramadan-entre-culturas-fundacion-tres-culturas-bendodo
PHOTO/ARCHIVO - Anas Bentaouet, président de l'association marocaine Azarquiel

L'appel à la prière - ou Adhan - lancé par le président de l'association marocaine Azarquiel, Anas Bentaouet, a été la préface de l'iftal institutionnel qui a rompu le jeûne du jour. Quelques minutes après 21h00, alors que le soleil se couchait, tous les participants se sont réunis autour d'une table pour partager des expériences et des plats typiques, et où les fidèles musulmans ont mis fin à leur jeûne du Ramadan, accompagnés par les fidèles de différents groupes et confessions religieuses. 

Enfin, en guise de conclusion à une soirée placée sous le signe de la tolérance et de la diversité, le duo Nasamat a offert un concert musical qui a diverti les participants et a servi d'espace pour célébrer les différences culturelles et religieuses de tous les participants. "Le ramadan entre les cultures" est devenu une fois de plus une plateforme de rencontre hétéroclite.