PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Real Madrid met le football et la danse au diapason de l'Atletico dans le derby

Les hommes d'Ancelotti ont dominé le match, mais ont souffert dans les dernières minutes après une erreur de Courtois
atlético-real-madrid-derbi-victoria-real-madrid

PHOTO/AFP  -  

Le premier derby de la saison a été une affaire rare. Le spectre du racisme dans le football des années 90 a plané sur le match grâce à une boule de neige que le journalisme sportif autoproclamé prétend n'avoir ni façonnée ni dévalée. 

Le Brésil cherche à marquer pour Vinicius. De Pelé au compte Twitter d'Arsenal quelques heures avant Atlético de Madrid-Real Madrid au Metropolitano. Ce stade et ce club sont pris en otage depuis des années par une partie radicale des supporters qui n'aiment même plus leurs propres joueurs. Cerezo vit dans ses films de cow-boys et Gil Marín ne pense qu'à vendre et partir. 

Heureusement, Simeone et Ancelotti ont ramené la raison dans un match où l'Atlético avait beaucoup plus d'enjeu que le Real Madrid, même si les Blancos ne menaient pas au départ. Mais les hommes d'Ancelotti jouent différemment, avec un rythme différent, comme si le football n'était pas leur jeu. Vous ne savez pas s'ils gagnent ou perdent. Ils jouent simplement, ils jouent encore et encore. Ils survolent le terrain. Et quand tout est fini, ils rient, font des blagues et se souviennent des pièces. 

Simeone a fait entrer Griezmann dans le onze de départ et a brisé toutes les règles. Il a mis le club dans les cordes et a rappelé au conseil d'administration que le football ne comprend pas les clauses. Si les 90 minutes jouées par le Français l'obligent à être remplaçant dans deux matchs, qu'il en soit ainsi. Mais il a prévenu que l'équipe joue mieux avec lui et que le Real Madrid n'était pas le rival pour le faire asseoir pendant 60 minutes.

En tout cas, l'Atlético de Madrid ne se résume pas à Griezmann. C'est une équipe terne qui joue ce que Simeone ne veut pas car l'Argentin a trop de combats ouverts. L'autre, ce sont les fans, qui lui demandent de s'amuser sur les bords de la M-40.

Les occasions de l'Atletico Madrid n'ont posé aucun problème à une défense qui a mérité les louanges de Simeone lui-même à la fin du match. Ni Alaba, ni Militao, ni Mendy, ni Rudiger, ni Carvajal. Tout cela alors qu'un seul homme défendait un Joao Felix qui semblait tout droit sorti de l'académie des jeunes de Benfica. 

Quand l'Atlético en a eu assez de venir sans rien obtenir, c'était au tour du Real Madrid. Une chevauchée de Valverde et une passe magistrale de Tchouaméni par-dessus la défense pour Rodrygo qui transforme le premier sous l'œil attentif d'Oblak, de retour dans l'équipe. 

Dix-huit minutes se sont écoulées et la finition de Vinicius a fini sur le poteau à la gloire de Valverde qui était là après une montée en puissance à laquelle il était le seul à croire pour marquer le deuxième but. D'ailleurs, la définition a été faite avec une force extraordinaire, à un demi-mètre de la ligne de but et avec peu d'angle. Comme le dit Ancelotti, "il a une pierre à la place du pied". 

Madrid a dansé l'Atlético. Ils l'ont fait en jouant au football et se sont permis de le faire avec le but de Rodrygo. Vinicius a prouvé que le problème des supporters rouges et blancs n'est pas les célébrations du rival, mais leurs frustrations envers l'équipe et envers Simeone dans un mariage déjà brisé. 

En seconde période, le Real Madrid a mis fin au match. Ils ont tenu en échec l'Atletico Madrid, qui n'a pas eu beaucoup d'idées pour avancer non plus. Le but a été marqué sur un corner où Courtois a mal jugé le ballon, qui a touché l'épaule d'Hermoso et a fini au fond des filets. 

Les supporters ont poussé l'équipe, mais l'attaquant lui-même a perdu la tête lorsqu'il a été confronté à Carvajal pour une faute sur Reinildo, qui ne cherchait que ça, le manque de contrôle d'un des joueurs rouges et blancs. Non content, Hermoso s'est heurté à Ceballos sur un corner et l'Andalou a ajouté de la théâtralité au coup avec une chute choquante. Munuera Montero a avalé et Hermoso a été expulsé deux minutes et demie après avoir donné à son équipe une chance d'égaliser. Le truc des "pupas", encore. 

Le Real Madrid s'est imposé au Metropolitano et reste inarrêtable, gagnant tout ce qu'il joue en ce début de saison. Ils ont laissé l'Atlético avec huit points de retard et embourbé dans une crise existentielle qui ne semble pas vouloir se terminer bien. Cet Atlético ressemble plus à celui que Manzano a laissé avant l'arrivée de Cholo qu'à celui qui a gagné des championnats et disputé des finales de Ligue des champions. 

Maintenant, l'équipe nationale espagnole prévient de la première pause. Deux matches amicaux avant la Coupe du monde peuvent déstabiliser n'importe qui et Ancelotti le sait.