Le retrait de la Convention de Montreux ouvre un front entre Erdogan et les groupes de l'armée turque

Les critiques formulées par une centaine d'officiers militaires à la retraite à l'encontre du projet d'Erdogan de construire un nouveau canal à Istanbul ont donné lieu à 10 arrestations
Le président turc Recep Tayyip Erdogan salue des bateaux décorés de drapeaux turcs alors qu'ils traversent le détroit du Bosphore à Istanbul.

PHOTO/Service de presse présidentiel via AP  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan salue des bateaux décorés de drapeaux turcs alors qu'ils traversent le détroit du Bosphore à Istanbul.

Après le retrait de la Turquie de la Convention d'Istanbul, un accord européen visant à éradiquer la violence à l'égard des femmes, l'opinion publique a remis en question la capacité de la Turquie à se retirer d'autres accords internationaux par décret présidentiel, c'est-à-dire de manière unilatérale et sur ordre du président Erdogan. Commentant ce débat, le président de l'Assemblée nationale turque, Mustafa Şentop, a déclaré que cela était possible d'un point de vue constitutionnel, citant la Convention de Montreux comme exemple. 

Le président Erdogan a approuvé fin 2019 un projet de construction à Istanbul d'un canal commercial similaire à ceux construits à Panama ou à Suez. La Turquie prévoit d'ouvrir un nouveau canal reliant la mer Noire au nord d'Istanbul à la mer de Marmara au sud. L'administration considère qu'il s'agit d'une mesure d'importance vitale pour alléger la pression sur le détroit du Bosphore d'Istanbul, l'un des plus importants corridors commerciaux du monde qui a accueilli plus de 38 000 navires l'année dernière.

La décision de l'exécutif est en violation de la Convention de Montreux. Signé en 1936, ce pacte donne à la Turquie le contrôle des détroits du Bosphore et des Dardanelles et réglemente le transit des navires de guerre des autres États. La Turquie a obtenu le contrôle total des détroits en échange de la garantie du libre transit des navires civils en temps de paix. La signature de la Convention de Montreux a également conduit à la remilitarisation des détroits par la Turquie et a mis fin aux limitations découlant des traités de paix de la Première Guerre mondiale. 

Les opposants aux plans d'Erdogan affirment que, au-delà de son impact sur l'environnement, la poursuite du gouvernement menacerait la liberté des navires civils de traverser le Bosphore et le détroit des Dardanelles. Toutefois, le gouvernement turc fait valoir que depuis le paraphe de la convention, l'instrument juridique qui régit le régime du détroit, la taille et la capacité des navires ont énormément augmenté, ce qui soulève des problèmes de sécurité importants. 

Le nouveau canal permettrait aux navires de passer entre la Méditerranée et la mer Noire, sans passer par des détroits soumis aux dispositions de la convention de Montreux : "Qu'est-ce que la Turquie a gagné et qu'est-ce qu'elle a perdu avec la convention de Montreux ? Nous le prouverons en mettant fin à l'Istanbul Kanal", a déclaré Erdogan l'année dernière.

El estrecho del Bósforo
PHOTO/REUTERS - Le détroit du Bosphore
Détention face aux critiques de l'armée

Suite aux affirmations du gouvernement turc, un groupe de 103 amiraux a publié samedi une déclaration sous forme de plainte auprès de l'exécutif. "Montreux a offert à la Turquie la possibilité de maintenir sa neutralité pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous sommes d'avis qu'il est nécessaire d'éviter toute déclaration et action qui pourrait entraîner la remise en cause de la convention de Montreux, un traité important pour la survie de la Turquie", ont affirmé les officiers militaires à la retraite dans le communiqué. Elle a suscité une vive réaction du gouvernement qui a dénoncé une "ingérence dans les institutions démocratiques et la volonté publique". 

Les forces de sécurité turques ont arrêté lundi 10 amiraux qui ont publiquement critiqué l'intention d'Erdogan de quitter la convention de Montreux dans une déclaration commune signée par plus de 100 amiraux. Dans cette lettre, les signataires revendiquent le rôle de l'armée en tant que garant de la Constitution et dénoncent la dérive islamiste menée par Erdogan. De son côté, le gouvernement turc a accusé les ex-militaires d'interférer dans l'action du gouvernement démocratiquement élu. 

Le bureau du procureur d'Ankara a ouvert une enquête judiciaire sur la base de l'article 316/1 du code pénal turc. Elle stipule que si deux personnes ou plus s'entendent pour commettre un crime contre l'ordre constitutionnel, elles seront condamnées à une peine d'emprisonnement de 3 à 12 ans selon la gravité de l'affaire. L'article prévoit que ceux qui se retirent de cette alliance avant que le crime prévu ne soit commis ou que l'enquête ne soit ouverte ne seront pas punis.

El proyecto soñado por el presidente Recep Tayyip Erdogan de construir un canal en Estambul que rivalice con los de Suez y Panamá se ha convertido en un enfrentamiento político con el nuevo alcalde de la ciudad. Ekrem Imamoglu
AFP/ BULENT KILIC - Le projet du président Recep Tayyip Erdogan de construire un canal à Istanbul pour rivaliser avec ceux de Suez et de Panama a tourné à l'épreuve de force politique avec le nouveau maire de la ville. Ekrem Imamoglu

Le bureau du procureur a fait valoir dans un communiqué que les suspects ont été placés en détention pour empêcher la destruction de preuves et pour trouver le reste des personnes impliquées dans la signature de la déclaration. Dans le même message, le bureau du procureur a précisé que les autorités n'avaient pas arrêté 4 autres suspects en raison de leur âge avancé, mais qu'ils étaient tenus de se présenter à la direction de la police d'Ankara dans les trois jours. Les autorités pensent que les 14 suspects ont organisé la déclaration.

Une douzaine d'arrestations ont été effectuées au début de l'enquête. Deux des amiraux, Ergun Mengi et Atilla Kezek, ont été capturés dans la capitale, Ankara ; deux autres, Turgay Erdag et Ali Sadi Ünsal, dans la ville d'Izmit, vers le nord-ouest du pays, et les six autres, Alaettin Sevim, Ramazan Cem Gürdeniz, Nadir Hakan Eraydın, Bülent Olcay, Kadir Sagdıç et Türker Ertürk, à Istanbul. Ils ont tous été traduits en justice à Ankara.

Parmi les personnes arrêtées figure Cem Gürdeniz, un amiral de l'armée turque connu pour avoir promu la nouvelle doctrine maritime "Patrie bleue", qui régit la lutte de la Turquie contre la Grèce, Chypre et l'Égypte pour le contrôle et la domination des ressources naturelles de la Méditerranée orientale. Gürdeniz a été accusé d'avoir participé au prétendu coup d'État de mars 2003, mais il a ensuite été acquitté. 

Le ministère de la défense a assuré que cette déclaration "ne fera qu'affecter négativement le moral et la motivation du personnel et rendra les ennemis heureux." "Nous croyons fermement que le système judiciaire turc indépendant fera ce qui est nécessaire", a ajouté le ministère. Le président Recep Tayyip Erdogan a convoqué un Conseil des ministres extraordinaire ce lundi même pour discuter de la réponse.

Los manifestantes, que se oponen a un proyecto de canal masivo, se reúnen frente a la dirección provincial de medio ambiente y urbanismo en Estambul, el 2 de enero de 2020.
AP/LEFTERIS PITARAKIS - Des manifestants, qui s'opposent à un projet de canal massif, se rassemblent devant la direction provinciale de l'environnement et de l'urbanisme à Istanbul, le 2 janvier 2020.

Fahrettin Altun, le directeur de la communication de la présidence, s'en est pris à ceux qui n'ont pas critiqué la lettre. "La seule chose que peuvent faire tous ceux qui respectent la démocratie et la volonté du peuple est de prendre position contre cette déclaration insensible et sans nuances", a-t-il fait valoir. "Si nous restons silencieux au moindre soupçon de tentative de coup d'État, comment pouvons-nous protéger notre pays et notre nation contre les complots perfides ?" a ajouté Altun. 

Les accusations de coup d'État militaire face à une missive soutenue par seulement une centaine de militaires retraités reflètent la dérive autocratique et réactionnaire de la Turquie. Toute critique est qualifiée d'attaque frontale contre la Constitution, et est ensuite utilisée pour réorienter le comportement unilatéral du président Erdogan avec encore plus de force.