Le roi émérite Juan Carlos Ier quitte l'Espagne

La décision est déterminée par l'impact que certaines données ont sur la vie privée de l'ancien chef d'État
Juan Carlos I

 -   Juan Carlos I

Le roi émérite Juan Carlos Ier quitte l'Espagne en raison « des répercussions publiques que certains événements génèrent » dans sa vie privée, comme l'indique le communiqué officiel publié par la Chambre de Sa Majesté le Roi qui comprend la lettre envoyée par Juan Carlos à son fils, le roi Felipe VI, expliquant les raisons de son départ du pays.

L'objectif du départ de Juan Carlos I se reflète dans la lettre envoyée à son fils : « Guidé par la conviction de rendre le meilleur service au peuple espagnol, à ses institutions et à toi en tant que roi, je te communique ma décision méditée de quitter, à ce moment, l'Espagne ». « Une décision que je prends avec un sentiment profond, mais avec une grande sérénité. Je suis roi d'Espagne depuis près de quarante ans et, pendant toutes ces années, j'ai toujours voulu le meilleur pour l'Espagne et pour la Couronne », a indiqué Juan Carlos.  

Selon ce qui a été publié par la Maison royale, le roi Felipe VI a fait part au roi émérite de son respect et de sa gratitude pour sa décision. Le monarque espagnol a également voulu souligner l'importance historique du règne de son père, « comme héritage et travail politique et institutionnel au service de l'Espagne et de la démocratie », en réaffirmant les principes et les valeurs sur lesquels se fonde la démocratie, dans le cadre de la Constitution et du reste du système juridique.

Juan Carlos I

L'ancien chef de l'État a déjà quitté le palais de la Zarzuela et l'on spécule sur son sort immédiat, que certaines sources situent au Portugal et en République dominicaine.  

La réaction officielle à l'information sur la prétendue activité irrégulière de Juan Carlos était attendue, et voici que le roi émérite abandonne l'Espagne, une des alternatives envisagées par la Maison royale et le gouvernement espagnol, après que l'ancien chef d'État lui-même a accepté cette proposition. Le retrait du titre royal, qui était également sur la table et que Juan Carlos I n'avait pas envisagé, a été exclu pour l'instant ; mais il reste à voir s'il sera à nouveau envisagé.