PUBLICIDAD

Marruecos

Le roi Felipe VI envoie un message d'entente avec le Maroc

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, soutient les propos du monarque visant à apaiser les relations avec le royaume alaouite dans une nouvelle tentative de rapprochement
Rey Felipe VI

PHOTO/Casa de S.M. el Rey  -   Vue générale de la salle du trône pendant le discours de Sa Majesté le Roi

Le roi Felipe VI a ouvert lundi une nouvelle période dans la crise diplomatique entre l'Espagne et le Maroc depuis l'admission en mai du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, dans un hôpital de Logroño. Dans son discours prononcé lors de la traditionnelle réception du corps diplomatique au Palais royal, le monarque a plaidé pour des retrouvailles entre les deux nations, qui doivent "marcher ensemble".

Les propos du Roi ont permis de mettre en évidence les intentions de la Maison Royale, qui s'est engagée dans une entente avec son homologue marocain. L'objectif de Felipe VI est de "trouver des solutions aux problèmes qui concernent nos peuples". Des solutions qui devraient mettre fin aux tensions qui ont marqué les relations entre Madrid et Rabat ces derniers mois.

"Nos gouvernements respectifs ont convenu de redéfinir ensemble une relation pour le XXIe siècle basée sur des piliers plus forts et plus solides", a déclaré le monarque lors d'un événement auquel ont assisté le président du gouvernement, Pedro Sánchez, et le chef du ministère des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, qui a remplacé l'ancien ministre, Arancha González Laya, licencié en raison de la rupture diplomatique avec le Royaume alaouite.

Reyes
PHOTO/Casa de S.M. el Rey  -  Leurs Majestés le Roi et la Reine lors de leur salutation au corps diplomatique accrédité en Espagne

L'ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, qui a quitté Madrid le 18 mai au milieu de l'escalade des tensions, alors qu'elle était convoquée pour des consultations par Rabat après l'entrée irrégulière de 10 000 personnes à Ceuta, n'était pas présente à la réunion. Elle a été remplacée par le chargé d'affaires du Royaume. Cette absence reflète l'état actuel des relations, qui sont dans une sorte d'impasse, même si des progrès discrets sont enregistrés.

C'est la première fois que le roi Felipe VI s'exprime depuis la rupture institutionnelle. Il ne voulait pas manquer l'occasion de faire référence, implicitement, au différend régional entre le Maroc et l'Algérie, qui a atteint son apogée avec la rupture des relations bilatérales et la fermeture du gazoduc Maghreb-Europe, le tout sur proposition d'Alger, qui a accusé Rabat d'avoir tué trois chauffeurs de camion algériens.

À cet égard, le monarque a souligné que l'Espagne " continuera à déployer tous les efforts nécessaires à la création et à la consolidation d'un espace commun de paix, de stabilité et de prospérité au Maghreb ", un domaine dans lequel Madrid est confrontée à de sérieux risques stratégiques qui se sont concrétisés avec la réduction de l'approvisionnement en gaz du pays suite à la fermeture du gazoduc. Cette rivalité place l'Espagne dans une situation délicate où elle a peu à gagner mais beaucoup à perdre.

Reyes
PHOTO/ Casa de S.M. el Rey  -  Leurs Majestés le Roi et la Reine d'Espagne pendant le discours de Monseigneur Bernardito Cleopas Auza, Nonce de Sa Sainteté

L'entrée du Ghali en Espagne dans le dos de Rabat n'est pas la seule raison qui a éloigné les agendas des deux pays. La question du Sahara occidental représente un autre point d'achoppement "a priori" en raison de la disparité des stratégies. Le Maroc propose un plan d'autonomie pour la région sous sa souveraineté, tandis que l'Espagne adhère aux critères des Nations unies. Rabat est déçu par l'immobilisme de Madrid et fait pression pour un changement de direction.

Le monarque marocain, Mohammed VI, s'est exprimé en août, quelques mois avant le roi Felipe VI, pour "inaugurer" une nouvelle étape dans les relations bilatérales avec l'Espagne. Le ministre Albares a considéré ces paroles comme un signe clair de détente. Le diplomate a assuré que des progrès avaient été réalisés dans les discussions avec son homologue marocain, Nasser Bourita. Les déclarations de Mohamed VI ne signifient pas pour autant le retour de l'ambassadeur à Madrid.

Sánchez et Scholz, Espagne et Allemagne

Le Premier ministre, Pedro Sánchez, a suivi les traces du Roi et a invité le Royaume alaouite à construire une nouvelle relation, le remerciant pour sa " coopération stratégique ". "L'Espagne considère logiquement le Maroc comme un partenaire stratégique avec lequel nous devons cheminer ensemble au cours des prochains mois et années", a-t-il souligné lors d'une apparition devant la presse en compagnie du nouveau chancelier allemand, Olaf Scholz.

Reyes
PHOTO/ Casa de S.M. el Rey  -  Leurs Majestés le Roi et la Reine lors de leur salutation au corps diplomatique accrédité en Espagne

M. Sánchez a reçu M. Scholz à La Moncloa, lundi, lors de la première visite en Espagne du remplaçant d'Angela Merkel. L'Allemagne est un partenaire de l'Union européenne avec lequel l'Espagne partage une position sur le Sahara occidental. Du moins pour l'instant. La crise diplomatique avec Rabat aura certainement été abordée lors du dialogue entre les deux dirigeants, maintenant que Berlin réoriente sa politique étrangère.

Le nouveau gouvernement de coalition entre les sociaux-démocrates, les verts et les libéraux en Allemagne semble enclin à apaiser les tensions diplomatiques avec le Maroc et a décrit le plan de Rabat pour le Sahara occidental comme une "contribution importante". Un signe de tête que le président Steinmeier a appuyé par son invitation au roi Mohammed VI à visiter le pays, et qui vise à dégeler les relations entre les deux pays. La question est maintenant de savoir si l'Espagne fera un pas dans cette direction.