PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Royaume-Uni accuse la Russie de tenter d'installer un dirigeant pro-russe à Kiev

Moscou a démenti ces accusations, qualifiant les déclarations britanniques de "désinformation"
El presidente ruso Vladimir Putin asiste a una reunión con miembros del partido Rusia Unida con el logo del partido en el fondo en Moscú, Rusia

PHOTO/MIKHAIL VOSKRESSENSKY  -   Le président russe Vladimir Poutine

Les tensions entre l'Occident et la Russie continuent de s'accroître. À la suite du sommet non concluant entre MM. Blinken et Lavrov, le Royaume-Uni a affirmé que la Russie tentait d'installer un dirigeant pro-russe en Ukraine. L'ancien député ukrainien Yevhen Murayev "est considéré comme un candidat possible", a déclaré le ministère des affaires étrangères dans un communiqué. Murayev, législateur de 2014 à 2019 et propriétaire de médias, était un allié de l'ancien président ukrainien Viktor Yanukovych. Il a ensuite fui en Russie après les soulèvements de Maidan. 

Selon Reuters, M. Murayev a fondé le parti Bloc de l'opposition, une formation politique qui s'est formée à partir de fragments du Parti des régions de M. Yanukovich. Au fil du temps, cependant, il a quitté ce parti et a formé un autre parti avec une idéologie similaire. M. Murayev a estimé que les manifestations de Maidan étaient "un coup d'État soutenu par l'Occident". Il a accusé les États-Unis de contrôler l'actuel président ukrainien, Volodymyr Zelenskiy.

AFP/ DANIEL LEAL-OLIVAS  -   El primer ministro británico Boris Johnson hace una declaración en Downing Street, en el centro de Londres, el 27 de abril de 2020, tras haber sido hospitalizado con la COVID-19
AFP/ DANIEL LEAL-OLIVAS - Le Premier ministre britannique Boris Johnson

Londres affirme également que "les services de renseignement russes entretiennent des liens avec de nombreux anciens politiciens ukrainiens" proches du gouvernement de l'ancien président Ianoukovitch. Le ministère cite Serhiy Arbuzov, premier vice-premier ministre ukrainien de 2012 à 2014 et premier ministre par intérim en 2014 ; Andriy Kluyev, premier vice-premier ministre de 2010 à 2012 ; Vladimir Sivkovich, ancien chef adjoint du Conseil national de défense et de sécurité de l'Ukraine (RNBO) ; et Mykola Azarov, premier ministre ukrainien de 2010 à 2014.

Concernant les informations publiées par le gouvernement britannique, Liz Truss, la ministre des affaires étrangères, a appelé la Russie à désamorcer la situation et à mettre fin à ses "campagnes d'agression et de désinformation". "Comme le Royaume-Uni et nos partenaires l'ont dit à plusieurs reprises, toute incursion militaire russe en Ukraine serait une erreur stratégique massive avec des coûts sévères", a souligné M. Truss. 

Moscou a déjà répondu à Londres, l'accusant de "répandre des absurdités". Le ministère russe des Affaires étrangères considère les informations diffusées par le Royaume-Uni comme de la "désinformation". Il souligne également que "les nations anglo-saxonnes cherchent à faire monter les tensions" au sujet de l'Ukraine.

AFP/FABRICE COFFRINI  -   El ministro de Relaciones Exteriores de Rusia, Sergei Lavrov, en la Conferencia de Desarme de las Naciones Unidas, el 25 de febrero de 2020 en Ginebra
AFP/FABRICE COFFRINI - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, à la Conférence des Nations unies sur le désarmement, le 25 février 2020 à Genève.

Les relations entre Londres et Moscou se sont brusquement détériorées en juin, lorsque la marine russe a attaqué le destroyer britannique HMS Defender en mer Noire après que le navire ait navigué jusqu'à trois kilomètres dans des eaux revendiquées par la Russie. Dans un effort pour désamorcer les tensions, qui ont été exacerbées par la crise en Ukraine, M. Truss devrait se rendre à Moscou en février pour des entretiens avec son homologue russe, Sergey Lavrov

"Le ministre britannique des Affaires étrangères a demandé à pouvoir se rendre à Moscou pour s'entretenir avec M. Lavrov. Moscou a accepté cette visite en février", a rapporté l'agence de presse russe RIA. 

Washington soutient militairement Kiev

Au milieu des controverses entre la Russie et le Royaume-Uni, les États-Unis ont intensifié les fournitures militaires à l'Ukraine. "Le premier de plusieurs envois totalisant 200 millions de dollars d'aide à la sécurité pour les forces armées ukrainiennes, autorisés par le président (Joe) Biden en décembre, est arrivé à l'aéroport Borispol de Kiev", a déclaré l'ambassade américaine dans la capitale ukrainienne. Washington a également assuré qu'elle continuerait à envoyer une assistance militaire.

PHOTO/ARCHIVO  -   El presidente de Estados Unidos, Joe Biden
PHOTO/ARCHIVE - Le président américain Joe Biden

Dans ce contexte, d'autres pays ont emboîté le pas aux États-Unis et s'engagent également à fournir des armes. "Regardons les choses en face, la guerre en Ukraine est toujours en cours et il est important de soutenir l'Ukraine de toutes les manières possibles pour l'aider à résister à l'agresseur", a déclaré le ministre estonien de la Défense, Kalle Lannet.

La fourniture d'une "aide à la sécurité" à l'Ukraine figurait parmi les sujets abordés par le président Joe Biden avec son équipe de sécurité nationale ce week-end. "Biden a été informé de l'état actuel des opérations militaires russes aux frontières de l'Ukraine et a présenté nos efforts en cours pour désescalader la situation par la diplomatie", a annoncé la Maison Blanche.

Au cours de la réunion, à laquelle ont participé le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan et le conseiller Steve Ricchetti, le président américain a réaffirmé que "si la Russie continue d'empiéter sur l'Ukraine, les États-Unis imposeront des conséquences rapides et sévères à Moscou avec nos alliés et partenaires". 

REUTERS/TOM BRENNER - El asesor de Seguridad Nacional de la Casa Blanca, Jake Sullivan
REUTERS/TOM BRENNER - Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche

Les livraisons d'armes à l'Ukraine ont été jugées "extrêmement dangereuses" par la Russie. Comme l'a fait remarquer le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, ces envois "ne font rien pour réduire les tensions". Néanmoins, Moscou continue à masser des milliers de troupes et à déplacer des armes près de la frontière ukrainienne.

L'Allemagne et l'Ukraine s'affrontent au sujet de livraisons d'armes

Si plusieurs pays de l'OTAN ont choisi d'envoyer des armes à l'Ukraine, Berlin s'oppose à l'envoi d'armes directement sur le territoire. "L'Allemagne n'a pas soutenu l'exportation d'armes létales ces dernières années", a rappelé le chancelier allemand Olaf Scholz lors d'une récente conférence de presse. En outre, Berlin a également empêché l'Estonie d'envoyer un soutien militaire d'origine allemande en Ukraine. 

La position allemande a suscité des critiques de la part de Kiev, où Berlin est accusé de "saper l'unité entre les alliés du pays et d'encourager Vladimir Poutine". Le ministère allemand de la défense a annoncé qu'il allait mettre en place un hôpital de campagne en Ukraine car, comme l'a expliqué la ministre Christine Lambrecht, "envoyer une aide militaire maintenant ne contribuerait pas à désamorcer la crise". Son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, a salué les efforts diplomatiques allemands, mais estime également que "les déclarations actuelles de l'Allemagne sont décevantes et vont à l'encontre de ce soutien et de ces efforts".

Canciller Olaf Scholz
PHOTO/FILE - Le chancelier Olaf Scholz

Dans le même temps, Kay-Achim Schoenbach, chef de la marine allemande, a été contraint de démissionner après des déclarations controversées sur l'Ukraine et Poutine. Lors d'une visite à New Delhi, le vice-amiral Schoenbach a déclaré qu'il était important d'avoir la Russie de son côté contre la Chine, affirmant que le président russe méritait le "respect". M. Schoenbach a également décrit la Russie comme un pays "ancien et important", et l'idée que la Russie souhaite envahir une partie de l'Ukraine comme "une absurdité".

Les remarques de M. Schoenbach ont provoqué des critiques et une "pression interne", comme l'a dit le vice-amiral lui-même. Pour ces raisons, et pour "éviter tout nouveau préjudice à la marine allemande, aux forces allemandes et, en particulier, à la République fédérale d'Allemagne", M. Schoenbach a démissionné de son poste à la tête de la marine allemande