Le salafisme frappe en Allemagne

Plus de 800 policiers ont participé à un raid contre une organisation salafiste.
Atalayar_redada alemania islam salafismo

PHOTO/AP  -   Un policier lors de raids contre un réseau islamiste dans le quartier Maerkische Viertel à Berlin, le jeudi 25 février 2021

Les forces de sécurité allemandes ont effectué un raid important contre le salafisme. Les autorités allemandes ont annoncé l'interdiction de l'organisation Jama'atu Berlin, également connue sous le nom de Tauhid Berlin, et le développement d'un grand raid contre elle, principalement à Berlin, bien que des inspections aient également eu lieu dans le Brandebourg.

Au total, plus de 800 policiers ont été mobilisés au cours de cette action, qui vise à porter un coup majeur au salafisme en Allemagne, un phénomène en pleine expansion. Tauhid Berlin est accusé de liens avec Daesh. En fait, les médias allemands ont rapporté que le groupe aurait eu des contacts avec Anis Amri, le Tunisien qui a tué 12 personnes en 2016 après la fusillade de masse sur un marché de Noël, car l'organisation et le terroriste tunisien fréquentaient la mosquée Fussilet, qui a été fermée en 2017 avec l'association qui la gérait, lors d'un raid similaire à celui qui a eu lieu aujourd'hui.

Atalayar_redada alemania islam salafismo. 1
PHOTO/AP - La police a perquisitionné les appartements de plusieurs personnes soupçonnées d'être des partisans d'une organisation islamique extrémiste interdite dans la capitale allemande

Les services de renseignement allemands ont estimé en 2019 à environ 12 000 le nombre de personnes liées à cette interprétation radicale de l'islam, un chiffre qui aurait triplé depuis 2011, et qui témoignerait d'une radicalisation croissante d'une partie de la société musulmane présente en Allemagne. Une part qui, compte tenu de la population d'origine turque, n'est pas négligeable. Les forces de sécurité allemandes considèrent le salafisme comme une menace "consolidée" dans le pays.

Tauhid Berlin, outre ses liens avec Daesh et le prosélytisme salafiste, est accusé d'inciter à la violence contre les non-musulmans et surtout contre les Juifs. Le Sénat de Berlin était chargé d'annoncer l'interdiction par le biais du réseau Twitter, bien que, selon le journal "Bild", il n'y ait eu pour l'instant qu'une seule arrestation lors de la perquisition de plusieurs propriétés. On pense que l'organisation était composée d'une vingtaine de membres.

Atalayar_redada alemania islam salafismo. 2
AFP/GREGOR FISCHER - Photo d'archives Des policiers devant la mosquée "Fussilet 33" à Berlin le 28 février 2017. Les autorités allemandes ont fermé une mosquée radicale à Berlin, qui était fréquentée par Anis Amri, l'auteur de l'attentat au camion sur un marché de Noël en décembre, a déclaré la police locale le 28 février 2017

L'Allemagne reste dans une situation complexe en ce qui concerne le terrorisme. Le pays doit non seulement faire face au terrorisme islamiste, qui a été la norme sur le sol européen ces dernières années, mais aussi à la montée de la violence de l'extrême droite qui, comme l'a proclamé Tauhid Berlin, considère les Juifs comme son principal ennemi. Il y a tout juste une semaine, c'était l'anniversaire de la plus grave attaque terroriste de ce type depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle a eu lieu à Hanau, où un tireur a tué une douzaine de personnes. Quelques mois plus tôt, un autre homme avait tué deux personnes devant une synagogue à Halle, et l'homme politique allemand Walter Lübcke avait été assassiné par un extrémiste de droite.

L'une des dernières opérations de ce type a eu lieu en novembre de l'année dernière, après l'attentat de Vienne. Au cours de l'opération, les biens de quatre personnes ont été fouillés dans différentes parties de l'Allemagne, car elles avaient été en contact avec le terroriste qui a tué plusieurs personnes dans le centre de la capitale autrichienne.