Le scandale de corruption de la famille d'Erdogan fait chuter encore plus sa popularité

Le président turc voit sa popularité chuter à un niveau historiquement bas
presidente-erdogan-y-su-hijo-bilal

AFP/OZAN KOSE  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son fils, Bilal Erdogan, lors du festival de la jeunesse d'Istanbul, le 4 mai 2017.

Crise économique, censure, corruption... tout semble indiquer que les jours de Recep Tayyip Erdogan à la tête du gouvernement turc sont comptés. Il est également vrai que lorsqu'on parle d'Erdogan, rien ne peut être considéré comme acquis. Au milieu du bras de fer avec la Russie et les États-Unis concernant l'achat des systèmes antimissiles s-400, les sanctions probables de Washington et la tentative d'achat de jets F-16 aux Américains eux-mêmes, un nouveau scandale de corruption a éclaté au grand jour à Ankara. Cette fois, elle vise la famille du président turc, le remettant sous les feux de la rampe à un moment difficile pour le pays.

La semaine dernière, des documents organisationnels de la Fondation de la jeunesse turque (TÜGVA), dont le fils du président turc, Bilal Erdogan, est l'un des dirigeants, ont fait l'objet de fuites. Les informations contenues dans ces documents, publiés par El País, contiennent des copies de la correspondance avec diverses autorités municipales, provinciales et centrales, des curriculums vitae, des registres de propriété, des feuilles de comptes et même des "listes de membres de la fondation recommandés pour être placés dans divers organes de l'État", de la direction d'établissements scolaires à des postes au sein de la police et des forces armées.

lider-de-la-oposicion-turca
AFP/ADEM ALTAN - Le président du Parti républicain du peuple (CHP), Kemal Kilicdaroglu, s'est rendu à l'aéroport d'Athènes pour la première fois en mai dernier.

Dès que ces informations ont été rendues publiques, le chef de l'opposition, Kemal Kiliçdaroglu, a sévèrement critiqué le gouvernement : "Je vous demande de ne pas accéder à des demandes qui vont au-delà de la loi. Vous ne pouvez pas vous cacher derrière les ordres. Vous êtes d'honorables fonctionnaires de l'État, pas de la famille Erdogan". Kiliçdaroglu n'est pas connu pour son ton combatif, mais à cette occasion il ne s'est pas retenu du tout, allant jusqu'à dire que "à partir du lundi 18 octobre, tout soutien que vous apporterez à cet ordre illégal sera de votre responsabilité", montrant ainsi une position forte face aux scandales qui entourent le gouvernement.

L'information concernant TÜGVA a été initialement démentie par son président, Enes Eminoglu. Cependant, un jour plus tard, il a admis aux médias qu'il y avait peut-être une part de vérité dans cette affaire. Ce n'est pas le premier scandale concernant l'organisation. L'opposition turque accuse depuis longtemps l'association d'être devenue "une structure étatique parallèle". Et cela ne s'arrête pas là. L'un des anciens directeurs provinciaux de TÜGVA, Tamer Özsoy, s'en est pris à l'organisation à laquelle il appartenait et a déclaré que toutes les informations qui ont été révélées "ne sont que la partie émergée de l'iceberg".

recep-tayyip-erdogan
PHOTO/REUTERS - Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul, en Turquie, le 3 février 2020.

"Je demande aux procureurs de la Turquie : poursuivez tous les responsables, à commencer par moi. Cette affaire doit faire l'objet d'une enquête approfondie", a déclaré Özsoy dans une interview sur TELE1. Les observateurs estiment que la fuite et les propos de l'ancien chef de l'organisation font partie d'une stratégie. Sachant qu'il sera très difficile pour Recep Tayyip Erdogan de renouer avec la victoire lors des prochaines élections - prévues en juin 2023 - ils cherchent à nettoyer son image en vue de futurs postes dans un nouveau gouvernement qui ne comprendrait pas le Parti de la justice et du développement.

Il y a trop de fronts ouverts pour le gouvernement d'Erdogan. Ces dernières années, Ankara s'est positionnée dans un espace très complexe sans que sa position ne soit très claire, ce qui la freine encore aujourd'hui. Alors que l'OTAN - avec de moins en moins de poids - critique le rapprochement de la Turquie avec la Russie, la Turquie tente de faire affaire avec les États-Unis pour des avions de chasse, alors que Washington elle-même prépare des sanctions pour l'acquisition de systèmes russes. La controverse entoure un gouvernement dont les jours sont comptés si les choses ne changent pas beaucoup d'ici les prochaines élections.