PUBLICIDAD

Iberdrola

Le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Sanusi Barkindo, décède

Le Nigérian dirigeait l'organisation pétrolière depuis 2016, faisant face à certaines des plus grandes crises de l'histoire du secteur
Mohammed Barkindo, secrétaire général de l'OPEP

AFP/JUAN CEVALLOS  -   Mohammed Barkindo, secrétaire général de l'OPEP

Le secrétaire général de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Nigérian Mohammed Sanusi Barkindo, est décédé mardi à Abuja à l'âge de 63 ans, après deux mandats à la tête du cartel pétrolier. Dans un communiqué de presse, le Secrétariat de l'OPEP a annoncé son décès, sans en préciser la cause, le décrivant comme "une perte profonde pour toute la famille de l'OPEP, l'industrie pétrolière et la communauté internationale". 

Né à Yola, une ville de l'ouest du Nigeria, le technicien a occupé des postes à responsabilité au sein du ministère nigérian du Pétrole et de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), la principale compagnie pétrolière du pays, et a représenté le pays lors des négociations des Nations unies sur le climat. Barkindo est devenu le délégué du Nigeria auprès de l'OPEP en 1986, et a depuis lors occupé une succession de postes au sein de l'organisation, jusqu'en 2016 où il a été élu secrétaire général par consensus, réitérant pour un second mandat trois ans plus tard. 

L'OPEP est un cartel pétrolier basé à Vienne qui réunit un certain nombre de pays du Moyen-Orient, d'Afrique et d'Amérique latine pour fixer des quotas de production et réguler ainsi le marché en leur faveur. Le deuxième mandat de Barkindo à la tête du groupe s'est achevé à la fin de ce mois, et il ne peut aspirer à un troisième mandat en raison de la limite fixée par le statut de l'organisation. 

PHOTO/AP - El secretario general de la OPEP, Mohamed Barkindo, habla durante la ceremonia de apertura de la Exposición y Conferencia Internacional del Petróleo de Abu Dabi (ADIPEC) en Abu Dabi el 11 de noviembre de 2019
PHOTO/AP - Le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo, prend la parole lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition et de la conférence internationales sur le pétrole d'Abu Dhabi (ADIPEC), à Abu Dhabi, le 11 novembre 2019.

Quelques heures avant sa mort, Barkindo a fait ses dernières remarques publiques lors d'une conférence sur le pétrole et le gaz au Nigeria, à Abuja, où il a remercié le président du pays, Muhammadu Buhari, de lui avoir accordé sa confiance pour occuper le poste de secrétaire général, qu'il a qualifié d'"honneur d'une vie". 

Le mandat de Barkindo n'a pas été facile, car il a dû faire face aux retombées de l'effondrement des prix du pétrole un an avant son ascension en 2015, ainsi qu'à l'effondrement total avec la pandémie COVID-19. Ces derniers mois, le responsable africain a également dû faire face à la tempête énergétique générée par la guerre en Ukraine et la réactivation de l'activité économique post-COVID, qui a fait grimper les prix et tendu le marché, avec une augmentation de la demande et une réduction de l'offre, aggravée par les efforts occidentaux pour se débarrasser du brut russe.

En raison de sa retraite prochaine, l'OPEP avait déjà choisi son successeur, le Koweïtien Haitham al-Ghais, que Barkindo a décrit comme "un vétéran chevronné de l'industrie pétrolière et un diplomate avisé qui se consacre à l'OPEP depuis de nombreuses années". 

AP/EBRAHIM NOROOZI - El secretario general de la OPEP, Mohamed Sanusi Barkindo, durante el Foro Mundial de la Energía del Consejo Atlántico en la Expo 2020 de Dubái, Emiratos Árabes Unidos, el lunes 28 de marzo de 2022
AP/EBRAHIM NOROOZI - Le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Sanusi Barkindo, lors du Forum mondial de l'énergie de l'Atlantic Council à l'Expo 2020 à Dubaï, aux Émirats arabes unis, lundi 28 mars 2022.

Dans ses dernières remarques, Barkindo a également mis en garde contre le manque d'investissement dans le secteur et les multiples défis auxquels il est confronté. "Pour dire les choses crûment, l'industrie pétrolière et gazière est assiégée", a-t-il déclaré. Faisant le point sur la situation actuelle, Barkindo a déclaré que la guerre en Ukraine, la pandémie et l'inflation ont formé une "tempête parfaite", provoquant "la volatilité et l'incertitude sur les marchés des matières premières et, plus important encore, dans le monde de l'énergie". 

Récemment, l'OPEP+, qui comprend, outre les États membres de l'Organisation, d'autres pays producteurs importants en dehors du groupe, comme la Russie et le Mexique, a convenu d'augmenter la production de 648 000 barils de pétrole brut par jour, une augmentation de l'offre qui, néanmoins, est encore loin des quantités demandées par le marché.

AFP/KARIM SAHIB - El secretario general de la OPEP, Mohamed Sanusi Barkindo (izq.), en el 24º Congreso Mundial de la Energía
AFP/KARIM SAHIB - Le secrétaire général de l'OPEP, Mohamed Sanusi Barkindo (g.), lors du 24e Congrès mondial de l'énergie à Pékin, en Chine

Pour pallier cette crise énergétique, le technicien africain a suggéré le retour de l'Iran et du Venezuela sur le marché international, jusqu'à présent exclus par les sanctions économiques américaines, et a déploré la paralysie des exportations libyennes, dont l'industrie a été stoppée par les divisions internes qui frappent le pays arabe. "Nous ne pouvons pas permettre que la coopération multilatérale en matière d'énergie et la sécurité énergétique mondiale deviennent des dommages collatéraux de la géopolitique", a averti Barkindo.