PUBLICIDAD

Iberdrola

Le secteur de l'électricité demande à Bruxelles de fixer une limite aux prix du gaz, "la racine du problème"

Il critique également "l'exception ibérique" car elle ne s'est pas avérée être un outil "efficace" du fait qu'elle "a entraîné une plus grande consommation de gaz"
union-europea-compañias-electricas-gas

PHOTO/FILE  -   Commission européenne

Le secteur de l'électricité a souligné la nécessité d'imposer une limite en Europe au prix du gaz naturel, car il s'agit de "la racine du problème" de la crise actuelle des prix de l'énergie, qui a été exacerbée par le déclenchement de la guerre en Ukraine en raison de l'invasion de la Russie.

Lors du 4e congrès de l'Aelec, le directeur général des relations institutionnelles et de la réglementation d'Endesa, José Casas, a déclaré que l'Europe devrait adopter cette mesure, car elle "impose des mesures au secteur de l'électricité depuis un an" et devrait avoir "une mesure de "plafonnement" pour le gaz qui puisse résoudre ce problème".

Le PDG d'Iberdrola Espagne, Mario Ruiz-Tagle, a convenu de la nécessité pour la Commission européenne de faire avancer la mesure visant à fixer un prix pour le gaz naturel, car "le problème réside dans les produits que nous utilisons pour produire de l'électricité". "Allons à la racine du problème, car sans cela, les solutions seront coûteuses, durables et généreront des distorsions", a-t-il ajouté. 

union-europea-compañias-electricas
PHOTO/REUTERS – Installation électrique

Le dirigeant d'Iberdrola a également insisté sur le fait que toute intervention effectuée sur les entreprises "doit se faire sur les bénéfices et non sur le chiffre d'affaires", comme le prévoit l'impôt que le gouvernement espagnol cherche à prélever sur les entreprises énergétiques.

Dans le même ordre d'idées, la PDG d'EDP Espagne, Ana Marques, a déclaré que toute mesure devrait "toujours porter sur les bénéfices et non sur les revenus", étant donné que "la plupart de l'énergie est négociée sur le marché à un prix fixe".

Ruiz-Tagle a également fait valoir que les marchés de l'énergie devraient être "des marchés à long terme, car si ce n'est pas le cas, des facteurs externes génèrent des fluctuations très importantes en peu de temps et les solutions sont inutiles".

L'exception ibérique, un outil peu judicieux

D'autre part, Casas a critiqué la soi-disant "exception ibérique", entrée en vigueur en juin en Espagne et au Portugal pour limiter le prix du gaz naturel utilisé pour la production d'électricité, car elle ne s'est pas avérée être un outil "efficace" du fait qu'"elle a entraîné une plus grande consommation de gaz".

"Nous allons dans la direction opposée, les signaux qui sont donnés avec les tarifs de l'électricité ne sont pas bons, et par contraste dans le gaz cette exception ibérique a conduit à une plus grande consommation de gaz et ils ont un TUR subventionné", a-t-il dit.

union-europea-compañias-electricas-gas
PHOTO/REUTERS –  Installation électrique

Casas a également mis en garde contre l'impact de cet outil sur les tarifs de l'électricité, où la compensation est supportée par tous les consommateurs, ce qui signifie que de nombreux clients ayant des tarifs fixes "doivent payer un coût plus élevé".

Il a donc demandé que cette compensation soit financée, soit par les recettes des ventes aux enchères de CO2, soit par "des déficits futurs pour atténuer l'impact sur les clients ayant des tarifs fixes".

En outre, Ana Marques a fait valoir que les mesures prises dans une situation exceptionnelle comme celle qui prévaut actuellement doivent avoir "un caractère transitoire et exceptionnel, car le marché doit fonctionner librement".

De même, la PDG d'EDP Espagne a souligné l'effort que le secteur de l'électricité a fait en Espagne dans la décarbonisation de l'économie, étant " plus important que dans d'autres pays ".