Le Soudan normalise ses relations avec Israël

Donald Trump a annoncé que Khartoum rejoint Abu Dhabi et Manama et établit des relations avec le pays juif
Le Premier ministre du Soudan, Abdalla Hamdok

PHOTO  -   Le Premier ministre du Soudan, Abdalla Hamdok

Il y a deux jours, une délégation israélienne se rendait au Soudan et tout indiquait que ce voyage avait un objectif clair : la normalisation des relations avec un autre pays arabe.

En outre, les États-Unis ont effectué des visites officielles à Khartoum depuis la fin de l'été, notamment une visite du secrétaire d'État américain Mike Pompeo. Les mesures prises par l'administration américaine en vue de la normalisation des relations ont été judicieuses : d'abord en retirant le Soudan de sa liste noire des États qui soutiennent le terrorisme, puis en annonçant haut et fort la nouvelle alliance de son allié au Moyen-Orient, Israël, avec un autre pays arabe.

Les dirigeants ont convenu de normaliser les relations entre le Soudan et Israël et de mettre fin à l'état de belligérance entre leurs nations", a déclaré vendredi la Maison Blanche, ajoutant que cette décision "contribuera à la sécurité régionale et permettra de nouvelles opportunités pour les peuples du Soudan, d'Israël, du Moyen-Orient et d'Afrique.

Dans une déclaration faite à la suite de cette annonce, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait référence au sommet historique de la Ligue arabe à Khartoum après la fin de la guerre des Six jours en 1967, où les participants se sont engagés à ne pas signer d'accord de paix avec Israël, à ne pas le reconnaître et à ne pas entamer de négociations.

Mike Pompeo junto con el general sudanés Abdel Fattah al-Burhan, presidente del Consejo de Soberanía.
PHOTO/Mike Pompeo avec le général soudanais Abdel Fattah al-Burhan, président du Conseil de souveraineté. 

"Aujourd'hui, Khartoum dit oui à la paix avec Israël, oui à la reconnaissance d'Israël et à la normalisation avec Israël", a-t-il déclaré, décrivant l'accord comme le début d'"une nouvelle ère" de paix avec les pays arabes.

Selon la déclaration de la Maison Blanche, les délégations israélienne et soudanaise se rencontreront dans les prochaines semaines pour "négocier des accords de coopération" dans des domaines tels que la technologie, l'agriculture, l'aviation et les migrations, tandis qu'Israël et les États-Unis "se sont engagés à travailler" pour renforcer la démocratie au Soudan, ainsi que la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme.

Le gouvernement de transition du Soudan a déclaré vendredi que l'accord conclu pour normaliser les relations avec Israël devra être ratifié par le Conseil législatif qui n'a pas encore été formé.

"Nous allons attendre que les institutions démocratiques soudanaises, y compris le Parlement, soient formées pour décider de la ratification de cet accord de normalisation des relations", a déclaré le ministre des affaires étrangères Omar Qamaraldin à l'agence de presse d'État Suna.

La radiation est l'une des principales priorités du gouvernement de transition du Soudan, qui est au pouvoir depuis le mois d'août de l'année dernière, suite à la destitution militaire du président Omar al-Bashir après des mois de protestations contre son gouvernement. Une source de l'exécutif américain avait déclaré à l'agence de presse Reuters que les négociations concernant le séquestre par le Soudan d'un accord de 335 millions de dollars pour les victimes des attaques d'Al-Qaida contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998 devraient être conclues dans les deux prochains jours.

Suite au versement de compensations soudanaises aux victimes américaines, le retrait de la liste noire est devenu effectif.

 

Tuit de Donald Trump
PHOTO/CAPTURA DE PANTALLA-Tuit du Donald Trump

 

 

Depuis le renversement d'Al-Bachir, les relations avec Washington se sont considérablement améliorées et les relations avec Israël, toujours un sujet sensible avec le pays arabe, ont également trouvé une normalisation. En février, Al-Burhan a rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en Ouganda. Cette rencontre a été condamnée par la plupart des Soudanais lors de manifestations, et a soulevé quelques doutes quant à la normalisation des liens, bien que les avions israéliens aient commencé à survoler le Soudan.