Le SPD remporte les élections allemandes avec une marge étroite sur le parti de Merkel

Les Verts et le Parti libéral-démocrate (FDP) seront essentiels à la formation d'un gouvernement
Bundestag

 -   Bundestag

Le parti social-démocrate (SPD) d'Olaf Scholz a remporté les élections allemandes avec 25,7 % des voix, légèrement devant la coalition de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et de l'Union chrétienne-sociale (CSU), dirigée par Armin Laschet, qui ont toutes deux obtenu 24,1 % des voix. Le parti d'Angela Merkel a perdu près de 8 points par rapport aux dernières élections, obtenant ainsi son pire résultat depuis la Seconde Guerre mondiale.

À l'autre extrême se trouvent les Verts, qui ont obtenu les meilleurs résultats de leur histoire. Le parti dirigé par Annalena Baerbock a obtenu la troisième place aux élections avec 14,8% des voix, contre 8,9% en 2017. 

Les Verts, ainsi que le Parti libéral démocrate (FDP), qui a obtenu 11,5 % des voix, sont la clé de la formation du gouvernement. L'issue la plus probable est la coalition dite "feu tricolore", formée par le SPD, les Verts et le FDP. Toutefois, une coalition Jamaïque, composée de la CDU/CSU, des Verts et du FDP, est également possible.

Pour sa part, le candidat du SPD, M. Scholz, se présente déjà comme le futur successeur de Merkel. "Bien sûr, je suis heureux des résultats des élections. De nombreux électeurs ont clairement fait savoir qu'ils souhaitaient un changement de gouvernement et que le prochain chancelier devait être Olaf Scholz". À cet égard, Scholz a déclaré que les consultations en vue de former un nouveau gouvernement devraient être achevées avant Noël. "Il serait absurde de donner une date exacte, mais nous devons faire tout notre possible pour être prêts avant Noël, même si un peu plus tôt serait aussi une bonne chose", a déclaré le social-démocrate à DPA. 

En revanche, Armin Laschet a appelé à une coalition "contre un gouvernement de gauche". "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour former un gouvernement fédéral dirigé par l'Union", a-t-il déclaré.

Annalena Baerbock, l'une des gagnantes du jour des élections, a déjà annoncé que son parti est ouvert à la négociation avec n'importe quel parti politique, à l'exception de l'extrême droite, qui a obtenu 10,4 % des voix. Malgré le succès des Verts, Baerbock a reconnu des échecs durant la campagne. "Nous voulions plus, mais le parti s'est trompé. J'ai fait des erreurs", a-t-il déclaré. Il s'est engagé à "continuer à se battre" pour un gouvernement vert. D'après un sondage réalisé par Europe Elects, les Verts sont la force la plus soutenue par les jeunes de moins de 30 ans. 

Après le résultat serré des élections, les négociations commenceront pour façonner le prochain gouvernement de la première économie de l'UE. Ces consultations pourraient être encore plus complexes que celles qui ont eu lieu après les élections de 2017. Merkel a eu besoin de près de six mois pour former un gouvernement de coalition. 

Entre-temps, Olaf Scholz a déclaré lundi que la position de son rival conservateur, Armin Laschet, est dans l'opposition et a confirmé sa volonté de former une coalition avec les Verts et le Parti de la liberté (FDP).

"La CDU et la CSU n'ont pas seulement subi de lourdes pertes, mais ont également reçu le message de l'électorat selon lequel elles doivent passer dans l'opposition", a déclaré Scholz, avant d'entrer dans une réunion du parti social-démocrate (SPD) pour discuter de la situation. "Notre travail consiste maintenant à appliquer le pragmatisme et le leadership à la tâche de former un gouvernement", a-t-il ajouté, ce pour quoi il a l'intention d'entamer des contacts avec les Verts et les Libéraux, comme le rapporte l'agence de presse EFE.