Le terrorisme dans la pandémie de COVID-19

El Escorial a accueilli une conférence pour discuter du phénomène du terrorisme djihadiste dans le contexte social et sanitaire de la pandémie et de ses défis
evento-terroriamo

 -  

La Fondation des victimes du terrorisme, en collaboration avec le Centre de commémoration des victimes du terrorisme, a présenté la quatorzième version du cours d'été "terrorisme et contre-terrorisme en temps de pandémie et post-pandémie" à El Escorial, dans le cadre des cours d'été de l'Université Complutense de Madrid. Ce séminaire s'ouvre dans un contexte où septembre prochain marquera le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre. Les dernières attaques sont les attentats terroristes au Burkina Faso contre deux journalistes espagnols et en 2019.

Le terrorisme reste un phénomène qui, malgré la législation en vigueur et les plans politiques et sociaux efficaces mis en œuvre en vue d'éradiquer ce type de radicalisme, est toujours présent dans notre société et continue de représenter une menace internationale qui risque de déstabiliser l'ordre politique et social en termes de sécurité internationale. 

Evento

Au cours de l'exercice 2020, l'Union européenne a de nouveau subi un certain nombre d'attaques terroristes qui ont coûté la vie à 39 citoyens résidant dans l'Union. Parmi eux, 29 ont été victimes du terrorisme djihadiste, tandis que les 10 autres ont été tués par le terrorisme d'extrême droite.

 Le directeur du cours et professeur à l'Universidad Autónoma de Madrid, Luis de la Corte Ibáñez, a ouvert la conférence en déclarant que "nous espérons que cette conférence répondra à vos attentes en matière d'élargissement de vos connaissances sur un phénomène bien connu de la société espagnole et internationale". En ce sens, "le but de ce cours est d'analyser la situation et l'avenir immédiat du terrorisme". De la corte a introduit le sujet en déclarant que "le terrorisme djihadiste constitue une série d'activités dont le but est la destruction des droits fondamentaux et de la liberté (...) le terrorisme est la plus grande menace pour la liberté et la sécurité". 

evento

D'autre part, le directeur du centre de commémoration des victimes du terrorisme, Florencio Domínguez, a déclaré que ce cours est "le sixième que deux organisations publiques ont organisé conjointement". Ainsi, "l'objectif de ces sessions est de prendre le pouls du terrorisme djihadiste, car il s'agit de la principale menace violente à laquelle nous devons faire face". Les dernières attaques jihadistes en Espagne 2017, ce type de violence a entraîné la mort d'Espagnols Burkina faso 2019, 2021.

L'inauguration de la conférence s'est poursuivie par une déclaration de la sous-secrétaire du ministère de l'Intérieur et responsable de l'aide aux victimes, Isabel Goicoechea, qui a déclaré que c'était un "honneur et une satisfaction de pouvoir présenter ce cours d'été". Dans le contexte actuel que traverse la société dans cette crise socio-sanitaire, "le terrorisme djihadiste a montré une grande capacité d'adaptation et de développement pour être présent dans notre vie quotidienne". En outre, le sous-secrétaire a insisté sur la nécessité de "rationaliser les instruments destinés à endiguer le djihadisme, à déstabiliser l'ordre et la sécurité". 

evento

Goicoechea a rendu hommage aux victimes du terrorisme en les situant comme une "référence éthique". "Nous devons nous battre chaque jour pour que ce témoignage nous conduise à lutter contre le terrorisme, les victimes symbolisent le symbole de la liberté face à la menace terroriste et les symboles sont fondamentaux dans la formation d'une société", a-t-il déclaré. "Les victimes nous offrent un témoignage généreux et douloureux pour poursuivre la lutte contre ce terrorisme implacable (...) les voix des victimes sont au cœur du centre commémoratif. Ils nous permettent de mieux comprendre les processus de radicalisation et d'empêcher le terrorisme de se développer".

 Faisant référence au terrorisme, M. Goicoechea a déclaré que "le terrorisme sape notre démocratie et c'est ce que nous devons tous éviter. En démocratie, il n'y a pas de place pour le terrorisme ou la violence, il n'y a pas de place pour les attaques contre la vie et la dignité".

La pandémie, un facteur de risque pour le développement du terrorisme 

D'autre part, Luis de la Corte Ibáñez a fait une présentation dans laquelle il a expliqué dans quelle mesure la crise sanitaire déclenchée par la pandémie a pu influencer le développement du terrorisme international. Selon M. Ibañez, "la pandémie est un facteur de risque supplémentaire très important dans l'évolution du développement du terrorisme". Avec l'apparition de la pandémie, on a essayé de "montrer ce que les experts, sur la question du terrorisme en général et du djihadisme en particulier, pensaient qu'il pourrait se passer dans les premiers mois une fois que la question de la propagation du COVID-19 était connue et que la pandémie était reconnue le 12 mars".

evento

La recherche espérait montrer comment "la pandémie allait avoir un impact sur l'évolution du djihadisme terroriste (...) dès la fin de l'année dernière, l'ONU a produit un premier document dans lequel nombre de ces prévisions étaient synthétisées dans un contexte où l'on commence à réfléchir à l'impact de l'assignation à résidence".

La pandémie a mis en évidence "de nouvelles opportunités pour le terrorisme". Dans l'avancée des groupes terroristes en Afrique, la pandémie a mis en évidence des vulnérabilités existantes telles que les cyber-attaques, le virus comme outil pour mener des attaques, les terroristes pourraient utiliser le covid comme une arme en utilisant les personnes infectées pour en infecter d'autres", exécutant ainsi une sorte d'attaque biologique basée sur la propagation de la pandémie. 

evento

À court terme, on s'attendait à ce que les terroristes profitent de cette situation pour effectuer une "exploitation propagandiste de la crise sanitaire, s'engager dans des activités d'assistance sociale pour prévenir et aider les gens à prévenir la pandémie et gagner en crédibilité auprès de certains publics et audiences". A titre d'exemple, le chercheur explique comment, lors de catastrophes naturelles telles que le tremblement de terre au Pakistan, certains de ces groupes se sont impliqués dans l'aide humanitaire à des fins de propagande, ainsi que le Hamas en Palestine, qui fournirait à la population des biens que le gouvernement palestinien ne peut offrir.

En revanche, avec les mesures d'enfermement, on s'attendait à ce que "les jeunes passent de nombreuses heures sur des écrans", ce qui entraînerait "une multiplication des occasions pour les jeunes d'être exposés à la propagande terroriste". Avec pour conséquence une augmentation de la radicalisation et du recrutement en ligne à des fins terroristes". 

evento

De manière générale, les données montrent que, indépendamment de la pandémie, les attaques terroristes ont augmenté. Dans la région du Sahel, 663 attaques terroristes ont été commises entre janvier et novembre 2020, 81 attaques ont été commises au Moyen-Orient, tandis qu'au Pakistan et en Afghanistan, le nombre d'attaques est passé à 870.

De la Corte conclut que "les méthodes sont restées les mêmes, il n'y a pas eu de changement dans le modus operandi". Dans cette ligne, le professeur conclut que la pandémie "a eu une influence en accentuant la dynamique, mais elle n'a pas fonctionné comme un facteur de changement". 

 Le terrorisme yihadiste dans le monde

La journée s'est poursuivie par la tenue d'une table ronde réunissant le directeur de l'Observatoire international d'études du terrorisme, Carlos Igualada, le professeur de relations internationales de l'UNED, Carlos Echevarría, et le chef de l'Unité d'analyse de la sécurité nationale, le colonel Jesús Diez Alcalde, au cours de laquelle a été débattue la situation actuelle du terrorisme djihadiste dans différentes parties du monde.

evento

La table ronde a débuté par un discours de Carlos Igualada, qui a déclaré que "le terrorisme djihadiste est le terrorisme qui affecte le plus l'Europe, composé d'individus qui décident de franchir le pas pour commettre des attentats inspirés par l'influence idéologique de groupes terroristes". Selon Igualada, ces attaques ont lieu après avoir "consommé de la propagande djihadiste, l'une des plus grandes menaces pour l'Europe".

Igualada a conclu en affirmant qu'entre 2018 et la moitié de 2020, "près de 50 attentats ont été conçus dans les prisons ou ont été commis par des individus déjà condamnés pour terrorisme et qui, à leur retour dans la société, les ont à nouveau commis". Ces attaques "montrent que les plans de prévention et de réintégration ne fonctionnent pas en milieu carcéral, le problème des rapatriés en Europe est l'une des plus grandes menaces". 

evento

Pour sa part, Carlos Echevarría a affirmé que l'enfermement et l'inactivité représentent un arrêt, une adaptation et une poursuite de l'effort". Malgré la pandémie, au Maghreb et au Moyen-Orient, "les combats ont continué en Syrie et en Libye, le coronavirus n'a donc pas paralysé la guerre".

"Au Maghreb, la situation est tellement préoccupante que ceux qui en profiteront seront les djihadistes, entre autres, car c'est un état favorable à la propagation de l'idéologie. La Libye est un scénario fertile en termes de consolidation de la menace de l'État islamique. Les acteurs djihadistes disposent d'une énorme fenêtre d'opportunité. Un autre exemple serait l'inimitié entre l'Algérie et le Maroc, car "ils s'entendent plus mal que jamais, ce qui est une bonne nouvelle pour le djihadisme". Le professeur a poursuivi en expliquant que ces "scénarios de chaos et de tension "sont toujours exploités par l'ennemi djihadiste". 

evento

Pour conclure le débat, le colonel Jesús Díez Alcalde se demande si la réponse internationale est suffisante. Le colonel prévient que "le djihadisme est venu pour rester, ou c'est sa prétention minimale". Dans cette ligne, le djihadisme "a une interprétation rigoriste et excluante de l'Islam et possède une vision apocalyptique du monde dans laquelle il cherche à opposer les musulmans et les autres religions".

"La menace est extrêmement diffuse et compliquée parce que rentrer dans le raisonnement de la conversion d'un djihadiste est compliqué et on ne peut pas généraliser, notre première grosse erreur est d'essayer de généraliser. L'Afrique compte 1,7 milliard d'habitants, dont 750 millions de jeunes qui veulent vivre leur vie sans adhérer à un quelconque radicalisme". En outre, M. Díez affirme que "le djihadisme est une lutte contre tous, c'est un scénario extrêmement compliqué, les mesures en matière de sécurité ne suffiront pas", car le terrorisme "s'étend de manière incontrôlée au golfe de Guinée, il est entré au Congo et a ouvert un scénario de djihadisme en Afrique australe". 

En 2016, personne ne parlait de djihadisme en Afrique subsaharienne et maintenant, au Sahel, au Niger, au Congo, au Mozambique ou en Somalie, nous parlons d'expansion du terrorisme et non de récession. En ce sens, M. Díez s'est demandé si les mesures mises en œuvre par les institutions sont les meilleures, et si les réponses proposées sont les plus appropriées.

En guise de solutions, et pour conclure la table ronde, le colonel Díez a préconisé de "donner aux sociétés des attentes en matière de vie afin qu'elles n'embrassent pas le jihadisme" et de soutenir "le développement de leurs propres forces de sécurité et de fournir une approche globale avec laquelle nous pouvons commencer à entrevoir le fléau du jihadisme".

Les jihadistes européens déplacés en Syrie et en Irak
 

Dans la deuxième partie du cours, la journaliste spécialisée dans le jihadisme, Pilar Cebrián, a dirigé la deuxième partie de la session du jour, en se concentrant sur les djihadistes européens déplacés en Syrie et en Irak. Le journaliste a expliqué que "la Turquie a été la porte d'entrée de Daesh. Ceux d'entre nous, Européens, qui étaient là ont vu des Anglais à l'aéroport d'Istanbul porter des niqabs jusqu'à la frontière syrienne. Nous étions conscients de ce qui se passait et nous étions témoins de la construction du mal nommé califat (...) Daesh est devenu pour la première fois un groupe terroriste qui contrôlait les frontières et la population".

evento

Selon Interpol, 5 000 personnes déplacées ont quitté l'Europe pour la Syrie. Ce classement est mené par la France, avec 1 900 personnes déplacées selon le ministère de l'Intérieur. L'Allemagne aurait enregistré 940 personnes déplacées, selon le ministère de l'Intérieur. Ils sont suivis par le Royaume-Uni, avec 850 personnes déplacées selon les autorités britanniques, ainsi que par la Belgique avec 500 personnes déplacées et l'Espagne avec 248 selon la police nationale.

À ces chiffres s'ajoutent 73 000 personnes dans les camps d'al Hol, qui compte actuellement 11 200 étrangers, dont 1 200 Européens. En revanche, al Roj en compte 1 700, selon l'ONU. Cebrián affirme que dans ces camps "les djihadistes vont librement, il n'y a pas de contrôle, on peut voir une sorte de califat dans le camp (...) pour eux le djihadisme est une réponse et quand ils découvrent cette propagande ils croient l'idée que la seule façon de se sauver est de quitter son pays, c'est pourquoi les djihadistes européens se dirigent vers le califat comme une façon de se purger", conclut-il.