Le travail bâclé du football (non) professionnel

La RFEF doit respecter l'organisation sportive en dehors de tout professionnalisme
Luis Rubiales, président de la Fédération royale espagnole de football

AP/MANU FERNANDEZ  -   Luis Rubiales, président de la Fédération royale espagnole de football

La RFEF découvre que derrière le football non professionnel, il y a un système de survie qui doit être respecté. Le futsal parvient à terminer la saison, mais il est contraint de régler les comptes avec le jeu féminin

#LePendu

Luis Rubiales ne s'attendait pas à une année 2020 aussi turbulente. Le pire de ses problèmes en février était de savoir si Casillas allait lui retirer le trône en avril ou en octobre. La crise des coronavirus, l'état d'alerte et l'enfermement ont resserré le noeud coulant du football. Quelque chose de plus qu'un sport en Espagne où l'on n'a jamais pensé à le suspendre complètement.  

#Leplan 

En attendant que les phases de désescalade portent leurs fruits, que les unités de soins intensifs se vident et que les gens prennent conscience de la façon de vivre en attendant l'arrivée du vaccin, le football a un plan pour revenir. Il y a quelques semaines, nous avons raconté comment le retour du football professionnel (première et deuxième divisions) avait été conçu. Le CSD est intervenu pour éviter que le ridicule ne s'amplifie entre Tebas et Rubiales. La Ligue obtenait ses échéances pour la fin de la saison et la RFEF obtenait la capacité de gérer les droits de certains sports non professionnels grâce à une fondation et de l'argent. Toujours l'argent. En outre, il y aura la finale de la Copa del Rey avec une audience de la Real Sociedad and Athletic où le bip de l'hymne sera le moins pertinent. La Super Coupe d'Arabie attend.  

#FausseModestie

Mais le point chaud du football non professionnel était tenue par Rubiales sur son bureau à Las Rozas. 2ème B et 3ème division ; le football féminin et le football en salle qu'il dirige depuis fin 2019, date à laquelle ils ont décidé de le retirer à la Ligue nationale de football en salle par l'article 33. La pression a été énorme. La pression a été énorme, au niveau que les communautés autonomes ont mis sur le gouvernement de Sánchez pour avancer dans les différentes phases. Tout le monde voulait jouer parce que, même s'ils ne sont pas des professionnels, ils jouent beaucoup. Un fait que Rubiales ne veut pas comprendre parce qu'il sait que le football est un grand orateur et une vitrine mondiale. Si le retour est normalisé, la société peut comprendre qu'il n'y a plus de danger.  

#DeuxièmeB 

En deuxième division B, il y aura des promotions, mais pas de rétrogradations. Les éliminatoires seront disputées en juillet par les quatre meilleurs joueurs de chacun des quatre groupes dans un lieu neutre. Il s'agit de Las Rozas (Madrid) ou du Pinatar Arena (Murcie). Un lieu qui possède de nombreux terrains et une capacité hôtelière. Par conséquent, la deuxième B passera la saison prochaine de 80 à 98 clubs, qui seront répartis en cinq groupes. Il pourrait y en avoir 100 à compléter s'ils trouvent deux équipes qui remplissent les conditions. Rubiales a pu activer le plan de promotion lorsqu'il a été approuvé que la saison se terminera en Segunda avec les relégations correspondantes. Le passage de la 2eB division à la 2e division est un énorme soulagement financier pour les clubs.  

#Troisième 

En troisième division, le mécanisme de promotion sera également assorti d'un match de barrage, mais ici, un critère territorial sera suivi. Seule une équipe de chacun des 18 groupes pourra passer au niveau supérieur, et les matches se dérouleront entre des clubs de la même Communauté sur un terrain neutre. Au total, 18 promotions. Une autre pompe à oxygène pour les équipes de la troisième qui ont un peu plus de visibilité dans la 2ªB et c'est un retour économique.  

#Futsal

Dans ce sport, il y a tout sauf des intérêts sportifs. Un sous-comité de la RFEF gère le championnat depuis le mois d'octobre. Une ligue organisée par le LNFS depuis 30 ans et qui a vu son nom s'envoler d'un seul coup. La raison : la LNFS a vendu les droits du football en salle à Mediapro, l'ennemi intime de Rubiales. Un tuyau du président d'un club intéressé à briser le statu quo l'a encouragé à exécuter une échappatoire légale pour gérer ce sport de Las Rozas car il est qualifié de "non professionnel" mais il a son cachet. Il a réussi à briser la structure professionnelle qu'il avait mise en place au fil des ans, il a pris un produit voyant de Mediapro et a essayé de faire de l'argent pour la fédération avec le football en salle. L'intention de la RFEF était de déclarer la compétition nulle et non avenue, mais le mois de mai est un mois important pour le renouvellement des parrainages dans le futsal et il y a des équipes qui ne peuvent pas rester sans couverture. Le Barça, Inter Movistar ou El Pozo Murcia dépendent de la participation à des compétitions européennes pour boucler leurs budgets et développer leurs équipes. Et seuls deux d'entre eux peuvent entrer. Rubiales a cédé pour jouer un play off express afin que la télévision ennemie donne quelques minutes d'exposition aux sponsors qui souffrent. À l'avenir, il devra décider s'il faut traiter le football en salle comme un sport professionnel, ayant ses propres droits d'image et sponsors, ou le traiter comme un sport non professionnel et le condamner à l'ostracisme fédéral.  

#Footballféminin 

Il n'y a pas eu de pression ici. Plutôt un règlement de comptes. La grève d'il y a quelques mois, la ligue parallèle mise en place par la fédération et le fait que LaLiga de Tebas soit derrière le football féminin avec le parrainage d'Iberdrola ont servi à y mettre fin. Ce n'est pas un sport professionnel, donc c'est fini. Ils ne se sont pas non plus penchés sur les raisons du parrainage et de la télévision. Les joueuses ont été furieuses et ont accusé Rubiales de les "traiter comme des jeunes". Une chose est de se remplir la bouche de flatteries pour se mettre au diapason de l'inventrice du féminisme, Carmen Calvo, mais une autre est d'être cohérent.  

#Ladureréalité 

Pour la défense de Rubiales, il faut dire que toute décision qu'il prendrait ne serait pas bonne. Les pouvoirs qui lui ont été conférés par la CSD pour mettre fin au football non professionnel n'étaient pas aussi précieux. La RFEF s'est heurtée à la réalité de chaque compétition. Elle a découvert que la 2B et la troisième, le football féminin et le futsal survivent sur un modèle professionnel. Et vous devez respecter cela.