Le vaccin qui ne viendra pas : les pays à faible revenu sont à court de fournitures  

Si les pays qui ont acheté des doses excédentaires ne les donnent pas, de nombreux pays à faible potentiel devront attendre trois ans, c'est-à-dire le temps qu'il faudra aux entreprises pharmaceutiques pour produire suffisamment de vaccins  
Vacuna contra la COVID-19 

REUTERS/DADO RUVIC  -   Vaccin COVID-19 

Le terme "nationalisme vaccinal" a été établi pour expliquer ce qui se passe actuellement.  

Le fait que nous nous en sortirons mieux a déjà été nié au cours de ces mois, et maintenant que les vaccins sont arrivés, une fois de plus, le sophisme est évident. Lorsque les vaccins sont déjà une réalité, la volonté des États les plus riches a été décrite dans une étude du Duke Center for Global Health Innovation, qui montre que dix pays à revenu élevé ont déjà acheté ou ont conclu des accords d'achat anticipé pour vacciner plusieurs fois 100 % de leur population. On s'attend à ce que les pays à faible revenu reçoivent les vaccins des années plus tard que les pays riches. 

Le nationalisme vaccinal  

Certains experts ont décidé d'utiliser ce terme pour définir ce qui se passe avec l'acquisition et la réservation des sérums. Richard N. Haass, président du centre d'études du Conseil sur les relations internationales, explique à la BBC la signification de cette expression : "On peut la décrire comme un nationalisme préventif" ; et il ajoute : "Il est très négatif pour les gouvernements de se laisser emporter par cet égoïsme. Si vous avez un grand nombre de personnes infectées dans le monde, compte tenu de la mondialisation, le virus continuera à être actif. Il y a un jeu politique, économique et stratégique derrière les vaccins qui est une recette pour le désastre, s'il n'est pas possible de construire un accord international".  

Une étude menée par le professeur Joseph So, publiée dans le BMJ, attribue le nationalisme des vaccins à l'incertitude quant aux vaccins qui finiront par être efficaces. Les pays qui ont pu s'offrir des doses de rechange auprès de diverses entreprises pharmaceutiques assureront leur approvisionnement en vaccins à l'avenir. 

Cependant, pour César Hernández, représentant de l'Espagne au sein de l'équipe de négociation des achats anticipés de vaccins de l'Union européenne, ce terme ne correspond pas à la réalité des accords d'achat : "Tout ce qui a été fait dans le cadre de la stratégie européenne en matière de vaccins tient compte de cet aspect de la solidarité, ce n'est pas du tout un regard sur ce qu'on a appelé le "nationalisme vaccinal". Bien sûr, elle cherche à résoudre les problèmes de nos citoyens, mais dans les négociations, il est question de doses bien supérieures à ce que seraient finalement les besoins des citoyens européens en premier lot. Tous les contrats comportent des clauses qui permettent le don ou la revente à des pays tiers et à des organisations humanitaires. Tout cela est couvert, dans les négociations et dans les politiques des pays de l'UE. (...) Il ne serait pas juste de dire que l'Europe essaie seulement de résoudre ses problèmes, mais qu'il y a un exercice de solidarité internationale. 

Un rapport du Duke Center for Global Health Innovation estime que si les nations qui ont acheté plus que leur juste part de doses ne donnent pas le surplus à temps, de nombreux pays à faible potentiel devront attendre jusqu'à trois ans, c'est-à-dire le temps qu'il faudra aux entreprises pharmaceutiques pour produire suffisamment de vaccins pour immuniser la population mondiale.

Fuente: Centro de Salud en la Innovación Global de Duke 
Source-Airfinity Doses de vaccin attendues d'ici la fin 2021. 

À cette prévision d'une arrivée tardive dans les pays en développement s'ajoute l'analyse. Le BMJ a conclu que même si les 13 principaux fabricants de vaccins atteignaient leur capacité de production maximale, au moins un cinquième de la population mondiale n'aurait pas accès aux vaccins avant 2022.  

La People's Vaccine Alliance signale que 69 pays à faible revenu ne pourront vacciner qu'une personne sur dix d'ici 2021 si les gouvernements et l'industrie pharmaceutique ne prennent pas de mesures. Selon les activistes, les nations les plus riches ont acheté 53 % des vaccins les plus prometteurs, risquant ainsi de fournir le reste du faible pouvoir d'achat.  

Selon Duke, les pays à revenu élevé ont jusqu'à présent signé des accords d'achat anticipé pour plus de 4 milliards de doses, et 5 autres milliards de doses sont en cours de négociation.  

La stratégie suivie par les pays à revenu élevé consiste à garantir l'approvisionnement en vaccins auprès des fabricants en finançant la production de sérum. C'est le cas des États-Unis qui, en échange du soutien à la recherche, au développement et à la fabrication de cinq des vaccins COVID-19 les plus avancés, bénéficieront d'un accès prioritaire. Il s'agit clairement d'une démarche que les pays à faible revenu ne peuvent pas imiter. 

Dans l'étude publiée dans The BMJ, les experts ajoutent que sans une approche coordonnée au niveau mondial pour la distribution des vaccins COVID-19, les États pourraient finir par constituer des stocks de doses. Si les pays à revenu élevé augmentent leurs achats, moins de 40 % des deux doses de vaccin (c'est-à-dire un lot de vaccins) seraient laissés aux pays à faible et moyen revenu. Si les nations se partagent les doses qu'elles ont achetées, le pourcentage serait supérieur à 40 %. L'étude ajoute que, compte tenu des difficultés logistiques et financières liées à la livraison de ces vaccins, les stocks ne seront peut-être pas aussi facilement partagés.  

En fait, selon l'analyse de Duke, de nombreux pays pourraient vacciner plusieurs fois 100 % de leur population. Le cas le plus notable est celui du Canada, qui pourra vacciner six fois l'ensemble de sa population avec les doses confirmées plus les doses réservées. Elle est suivie par les États-Unis, avec des doses permettant de vacciner tous ses habitants plus de quatre fois. En revanche, les pays à faible et moyen revenu ne pourront pas vacciner 100 % de leur population avec la quantité de sérums achetés jusqu'à présent. Dans le cas de l'Espagne, le ministère de la santé a estimé que 80 millions de personnes pourront être vaccinées au cours de l'année prochaine, un chiffre qui dépasse de plus de 30 millions la population espagnole. Ce montant est obtenu à partir de 10 % du total des vaccins Pfizer/BioNTech que l'UE a acquis. Le ministère de la santé a parlé des doses restantes qui feraient partie d'une réserve stratégique, au cas où il faudrait finalement procéder à d'autres vaccinations au cours des prochaines années, ou pour les vendre ou les donner à d'autres pays.

Dosis de vacunas que se esperan para finales de 2021. Fuente: Airfinity 
Source- Airfinity Doses de vaccin attendues d'ici la fin 2021. 

Dans un article publié dans le magazine Science, plusieurs experts formulent des théories sur un cadre éthique commun sur lequel s'appuyer lors de la distribution de vaccins, appelé le modèle de priorité équitable. Dans cette publication, les auteurs font valoir que les biais nationaux dans la constitution de stocks de vaccins sont déraisonnables lorsque l'on retient plus de doses que nécessaire pour maintenir le taux de transmission (Rt) en dessous de 1.  

COVAX, la bouée de sauvetage pour les pays en développement  

Un grand nombre de pays à faible revenu comptent sur COVAX, une initiative menée par l'OMS et l'alliance internationale de recherche Gavi. Les donateurs, tant publics que privés, donneront des fonds à COVAX afin que l'organisation puisse négocier un prix plus abordable avec les fabricants de vaccins. Une fois les doses achetées, elles seront distribuées avec l'aide de l'UNICEF aux 92 pays qui ont demandé  

L'initiative suffira à vacciner un maximum de 20 % de sa population. Par précaution, 5 % du total des doses seront stockés pour constituer une réserve qui pourra être utilisée en cas de vaccinations futures ou pour immuniser les réfugiés, dont aucun pays n'est responsable. 

On estime que pour un vaccin à deux doses, qui correspond à la plupart des sérums, 2,28 milliards de doses seront nécessaires pour immuniser 20 % de la population de chaque pays. COVAX a maintenant confirmé l'achat de 1,37 milliard, soit 910 millions de moins que le besoin. Si les doses potentielles de vaccin étaient confirmées, le chiffre passerait à 2,27 milliards. C'est pourquoi Seth Berkley, le directeur de Gavi, a averti que "nous devons de toute urgence réunir au moins 5 milliards de dollars  

Nous allons travailler au développement de nouveaux vaccins et à la mise en œuvre des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)", a-t-il déclaré.  

Parmi les pays à revenu élevé et moyen, le nombre de doses dont l'achat a été confirmé est de 6 milliards, tandis que les économies en développement ont réussi à en acheter un peu plus d'un milliard au total. 

Fuente: Gavi 
Source-Gavi 
L'avantage d'avoir des entreprises pharmaceutiques nationales  

Certains des pays en développement ont réussi à obtenir une quantité importante de doses grâce à leur industrie pharmaceutique nationale. C'est le cas de l'Inde, qui prévoit d'obtenir l'année prochaine plus de doses de vaccins que tout autre pays grâce au Serum Institute, qui a des contrats pour produire de grandes quantités de prescriptions d'AstraZeneca et de Novamax.  

Ces pays, tels que l'Inde et l'Afrique du Sud, qui ont leur propre soutien pharmaceutique, sont en négociation avec l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour obtenir une exception pour l'application des brevets et d'autres mesures de sécurité des vaccins pendant la durée de la pandémie. L'objectif est de rendre les processus de fabrication plus rapides et moins coûteux, sans craindre que les fabricants nationaux soient poursuivis ou condamnés. Des organisations telles que Médecins sans frontières défendent cette demande. "C'est une réponse assez logique du point de vue de certains pays qui constatent que des pays ayant un plus grand pouvoir économique ou des contacts plus importants achètent à l'avance un produit auquel ils semblent ne pas pouvoir accéder. L'idée est d'augmenter la capacité de fabrication, plutôt que d'avoir plus de producteurs sélectionnés comme le Serum Institute en Inde. Plusieurs laboratoires pourraient les produire à la fois", explique Alonso Ruiz, chercheur en politiques d'innovation et accès aux médicaments. 

À cet égard, une lettre ouverte signée par plus de 140 experts et dirigeants mondiaux (dont les présidents de l'Afrique du Sud, du Pakistan, du Sénégal et du Ghana) a été rédigée en mai dernier et adressée à tous les gouvernements, déclarant l'intérêt de voir les vaccins "être sans brevet, produits en masse, distribués équitablement et mis gratuitement à la disposition de tous, dans tous les pays. En outre, ils appellent à une union d'États pour parvenir à un vaccin universel contre le COVID-19. 

Fuente: Centro de Salud en la Innovación Global de Duke
Source-Centre Duke pour l'innovation mondiale
Les défis de la distribution des vaccins 

Outre le principal obstacle, d'ordre économique, les pays en développement sont confrontés à d'autres défis lorsqu'il s'agit de distribuer ou de stocker des vaccins. L'étude de Duke identifie plusieurs de ces défis auxquels pourraient être confrontés des pays comme l'Inde, l'Éthiopie ou le Pérou. Il s'agit notamment de la capacité à maintenir la chaîne du froid (en particulier dans les zones rurales et reculées), de l'approvisionnement en aiguilles et de l'élimination correcte des déchets organiques, ou encore du manque de prestataires formés pour distribuer les vaccins. 

Enfin, ils mettent en évidence la méfiance et la désinformation de la population, notamment dans les climats politiques instables. Les experts craignent quelque chose de similaire à ce qui s'est passé en République démocratique du Congo lors de l'apparition de l'épidémie d'Ebola dans l'est du pays en 2018. Des escortes étaient parfois nécessaires  

L'OMS a participé au développement du travail de l'OMS dans les régions où les milices sont particulièrement actives ou dans lesquelles la population est opposée à la présence de l'OMS. Pour tenter d'empêcher que de telles situations ne se produisent, il est prévu de travailler avec les communautés locales et les chefs religieux et politiques pour qu'elles soient mieux acceptées.  

PHOTO/REUTERS - Laboratorio del fabricante de vacunas chino CanSino Biologics 
PHOTO/REUTERS - Laboratorio del fabricante de vacunas chino CanSino Biologics 
 L'avantage commun d'une distribution équitable des vaccins 

Il est certain que, si la population mondiale n'est pas immunisée, le risque de contagion internationale continuera d'exister. S'il y a une chose que nous avons apprise au cours de cette pandémie, c'est que ce qui se passe à l'autre bout du monde finit par nous affecter tous, comme l'a fait valoir la Fondation Bill & Melinda Gates dans le rapport annuel des gardiens de but.  

À cette fin, la fondation a collaboré avec le laboratoire de modélisation des systèmes biologiques et socio-techniques (MOBS LAB) de l'université Northeastern de Boston, qui a déjà travaillé avec des simulations de la grippe saisonnière. À cette occasion, l'étude a élaboré deux scénarios hypothétiques sur le pourcentage de vies qui seraient sauvées si le vaccin était distribué de manière égale ou non, en supposant que le vaccin soit disponible depuis le 16 mars.  

Dans le premier scénario, environ 50 pays à revenu élevé auraient reçu les 2 premiers milliards de doses, sur un total de 3 milliards, d'un vaccin efficace à 80 %. Dans le second scénario, tous les pays ont reçu 3 milliards de doses réparties de manière égale. Dans ce dernier scénario, MOBS LAB estime que 61 % des décès auraient été évités, contre 33 % dans le premier cas. Si au lieu d'un vaccin efficace à 80 %, il était efficace à 65 %, 57 % des décès auraient été évités dans le premier scénario et 30 % dans le second. Les chercheurs essaient de montrer ce que la panique empêche les nations de voir, à savoir que si les vaccins n'atteignent pas tous les pays de la même manière, les décès vont doubler et la pandémie ne sera pas contrôlée.