Le Venezuela et la répression étatique en temps de pandémie

La nation bolivarienne a enregistré 757 disparitions forcées entre le 1er janvier 2018 et le 31 mai de cette année
Des membres de la CICPC (police scientifique) arrêtent un étudiant lors d'une manifestation d'opposition contre le gouvernement du président vénézuélien Nicolás Maduro à Caracas le 12 février 2014

AFP/LEO RAMIREZ  -   Des membres de la CICPC (police scientifique) arrêtent un étudiant lors d'une manifestation d'opposition contre le gouvernement du président vénézuélien Nicolás Maduro à Caracas le 12 février 2014

L'article 9 de la Déclaration universelle des droits de l'homme stipule que « nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé ».  Malgré cela, rien qu'au Venezuela, plus de 15 160 personnes ont été détenues arbitrairement à des fins politiques entre le 1er janvier 2014 et le 31 août 2019.  Un rapport préparé par le Foro Penal a indiqué que, durant cette période, de nombreux cas de torture et autres traitements cruels, inhumains et dégradants ont également été enregistrés. Rien qu'entre le 1er janvier et le 31 mai 2020, dans la nation présidée par Nicolás Maduro, il y a eu 757 disparitions forcées, dont au moins 14 sont encore inexpliquées. 

« Le régime bolivarien libère les groupes détenus comme il en détient d'autres dans des proportions similaires. Ceci, afin de maintenir un nombre constant de détenus et de ne pas attirer l'attention sur le nombre écrasant d'arrestations », a expliqué Foro Penal, qui a souligné que cette tactique est connue sous le nom de « porte tournante ». Cette organisation non gouvernementale, qui travaille à la défense des droits de l'homme au Venezuela depuis 2002, considère que les buts et objectifs de la répression politique dans la nation latino-américaine peuvent être divisés en cinq catégories (exclusion, intimidation, propagande, extraction et pour des raisons personnelles).  

Miembros del Cuerpo de Investigaciones Científicas y Penales de Venezuela (CICPC) patrullan cerca de un puesto de control en San Antonio, Táchira, Venezuela, el 22 de agosto de 2015
AFP/ GEORGE CASTELLANOS - Des membres du Corps des enquêtes scientifiques et criminelles du Venezuela (CICPC) patrouillent près d'un point de contrôle à San Antonio, Táchira, Venezuela, le 22 août 2015
La tactique de la « porte tournante »

Ainsi, la première catégorie comprendrait ceux qui sont persécutés politiquement parce qu'ils représentent individuellement une menace politique pour le gouvernement, parce qu'ils sont des leaders politiques ou sociaux ; la seconde serait dirigée vers ceux qui font partie d'un groupe social qui a besoin d'être intimidé ou neutralisé. D'autre part, certaines personnes sont également détenues arbitrairement et sont utilisées par le régime pour soutenir une propagande, une campagne ou un récit d'un certain pouvoir politique. En quatrième lieu, la catégorie d'extraction, se réfère aux personnes persécutées dans le but d'extraire des informations qui permettent de localiser d'autres personnes persécutées à des fins politiques et, enfin, « selon les objectifs de la prison ou de la persécution, elle inclut les prisonniers ou les personnes persécutées du pouvoir, ou PDP, qui sont les personnes injustement emprisonnées pour la satisfaction d'intérêts personnels sous la protection de l'exercice abusif et arbitraire de leur pouvoir politique », souligne l'enquête menée par le Foro Penal.

Un manifestante de la oposición, es golpeado por un vehículo de la Guardia Nacional Venezolana (GNB) en una calle cerca de la Base Aérea Generalisimo Francisco de Miranda "La Carlota" en Caracas, Venezuela el 30 de abril de 2019
REUTERS/UESLEI MARCELINO - Un manifestant de l'opposition est touché par un véhicule de la Garde nationale vénézuélienne (GNB) dans une rue près de la base aérienne du généralissime Francisco de Miranda "La Carlota" à Caracas, Venezuela, le 30 avril 2019

La Convention interaméricaine sur la disparition forcée des personnes - signée le 9 juin 1994 - stipule que « on entend par disparition forcée l'arrestation, la détention, l'enlèvement ou toute autre forme de privation de liberté par des agents de l'État ou par des personnes ou groupes de personnes agissant avec l'autorisation, l'appui ou l'acquiescement de l'État, suivi du refus de reconnaître la privation de liberté ou de la dissimulation du sort réservé à la personne disparue ou du lieu où elle se trouve, qui soustrait cette personne à la protection de la loi ». « Au Venezuela, il existe un large éventail de forces de sécurité qui mènent des actions de contrôle et de répression sous la structure du régime bolivarien », prévient le Forum pénal dans un rapport dénonçant l'augmentation des disparitions forcées dans ce pays au cours des derniers mois. 

La vie quotidienne interrompue ou comment la répression de l'État peut changer votre vie  

Le New York Times raconte l'histoire d'Ariana Granadillo, qui a été kidnappée sans mandat. Une foule d'agents du gouvernement vénézuélien s'est introduite chez elle et l'a emmenée. Pendant la semaine qui a suivi cet événement, elle a été torturée et interrogée jusqu'à ce qu'un jour, soudainement, elle soit autorisée à partir. « Je ne me suis jamais, jamais, jamais impliquée dans la politique », a déclaré Granadillo, qui comprendra plus tard que sa situation n'est pas unique.  

Miembros de la Guardia Nacional Bolivariana de Venezuela bloquean el acceso al Palacio Federal Legislativo, que alberga tanto a la Asamblea Nacional dirigida por la oposición como a la Asamblea Nacional Constituyente progubernamental, en Caracas el 15 de mayo de  2019
AFP/YURI CORTEZ - Des membres de la Garde nationale bolivarienne du Venezuela bloquent l'accès au Palais législatif fédéral, qui abrite à la fois l'Assemblée nationale dirigée par l'opposition et l'Assemblée nationale constituante pro-gouvernementale, à Caracas le 15 mai 2019

La vie d'Ariana Granadillo a complètement changé en février 2018, le jour où elle a été kidnappée. Son rêve était de terminer l'école de médecine. « Ils nous ont fait savoir [à moi et à ma cousine] qu'ils étaient désormais les maîtres de nos vies », a-t-elle déclaré au NYT.  Dans le bâtiment où ils ont été torturés, « la musique montait et descendait, ce qui permettait parfois d'entendre les cris d'autres personnes qui étaient manifestement torturées », se souviennent-elles.  

Trois jours plus tard seulement, cette épreuve se répétait. Les autorités ont mis Granadillo et sa famille dans un taxi sans plaque d'immatriculation et les ont emmenés dans une autre maison. Cette jeune femme se rappelle comment un agent l'a approchée, l'a regardée dans les yeux et « sans un mot a pris un sac de son poing et l'a placé sur mon visage, le recouvrant complètement. Un des hommes me tenait par les jambes et mes mains étaient derrière mon dos, immobiles, attachées ».  Granadillo aurait été arrêtée parce qu'elle était un membre de la famille du colonel retraité Oswaldo Garcia Palomo, accusé par le régime de rébellion militaire présumée.

Miembros del Servicio de Inteligencia de Venezuela (SEBIN)
PHOTO/REUTERS - Membres du service de renseignement du Venezuela (SEBIN)

La peur a forcé Granadillo et sa famille à fuir vers une petite ville de Colombie. Son rêve de devenir médecin a été relégué au second plan, en partie parce qu'elle n'a pas pu poursuivre ses études en ne conservant pas ses papiers universitaires. Malgré cela, son plus grand défi est de faire face au drame d'affronter cet événement seule, sans amis, car beaucoup ont peur de l'approcher en raison des représailles que le gouvernement pourrait prendre. « L'innocence que j'avais avant que cela n'arrive me manque. Dès lors, j'ai découvert un mal chez les êtres humains dont je ne connaissais même pas l'existence », a-t-elle assuré au journal américain. 

José Alberto Marulanda, chirurgien médical, a vécu une expérience similaire à celle de Granadillo. C'est le 20 mai 2018, le jour des élections présidentielles, qu'il a été arrêté et plus tard soumis à la torture, notamment à l'étouffement avec des sacs ou à des coups qui ont causé de graves dommages à ses oreilles et à d'autres parties de son corps. Il a été enfermé - selon le Foro Penal - par la DGCIM dans un endroit appelé « el cuarto de los locos » [« la salle des fous »], une petite pièce complètement obscure, où il a été interrogé et torturé pour avoir eu une relation sentimentale avec une femme officier de la Marine nationale accusée d'avoir organisé un soulèvement militaire.  

Miembros de la Policía Nacional Bolivariana (PNB)
AFP/LUIS ROBAYO -Membres de la police nationale bolivarienne

L'histoire de Granadillo et Marulanda est la même que celle que des dizaines et des dizaines de Vénézuéliens subissent chaque année. Le manque de transparence, exacerbé ces derniers mois par la pandémie de coronavirus, a créé le scénario idéal pour que ce type d'actes se produisent plus régulièrement, selon plusieurs ONG. Selon le rapport préparé par le Foro Penal, les disparitions forcées ont été et sont utilisées par le gouvernement comme un outil de répression au Venezuela.  

Quelles sont les principales tendances ?  
En esta foto del 5 de noviembre de 2016, los hombres detenidos por el presunto robo de una motocicleta son escoltados por un oficial de seguridad del comando antiextorsión y secuestro de la Guardia Nacional (CONAS), en el estado Sucre, Venezuela
AP/RODRIGO ABD - Sur cette photo du 5 novembre 2016, des hommes arrêtés pour avoir prétendument volé une moto sont escortés par un agent de sécurité du commandement de la Garde nationale (CONAS) chargé de la lutte contre l'extorsion et les enlèvements dans l'État de Sucre, au Venezuela

Cette recherche a permis d'observer deux grandes tendances : l'une liée aux chiffres et l'autre au mode de fonctionnement. En 2018, il y a eu 200 disparitions forcées, alors qu'en 2019, ce nombre est passé à 524, notamment le nombre de disparitions de membres de l'armée. Le changement de modus operandi - selon le Forum pénal - est lié au fait que si en 2018 une grande partie des disparitions ont commencé par une détention prédéterminée, en 2019 ce même phénomène s'est produit dans le cadre de manifestations civiles et de soulèvements militaires.  

Imagen gráfico Foro Penal
PHOTO - Graphique obtenu à partir du rapport du Forum pénal montrant le nombre d'arrestations et de disparitions forcées commises entre 2018 et 2019

Cette situation est liée à la spirale d'instabilité politique dans laquelle ce pays est plongé. Ainsi, si jusqu'en 2015 le pouvoir était assumé dans sa quasi-totalité par le parti de Chavez et Maduro, à partir des élections de cette année-là le monopole du pouvoir institutionnel par le président actuel est rompu et le pouvoir commence à être partagé entre la présidence et l'Assemblée.  La crise politique au Venezuela s'est aggravée après que Maduro a décidé d'entamer un second mandat de six ans en janvier 2019, mandat que ni l'opposition ni une grande partie de la communauté internationale n'ont reconnu parce qu'ils considéraient les élections du 20 mai 2018 comme une « fraude ».  

Face à cette situation, le président de l'Assemblée, Juan Guaidó, s'est proclamé président intérimaire du Venezuela dans le but de « mettre fin à l'usurpation, de créer un gouvernement de transition et d'organiser des élections libres ». Depuis lors, la confrontation entre les deux institutions a aggravé la crise économique, politique et sociale du pays et a conduit à une répression accrue, principalement dirigée contre les membres de l'opposition. « Des groupes armés de la dictature sont arrivés à la résidence de Rafael Rico, un membre de l'équipe (de) Juan Guaidó. Ils ont kidnappé deux travailleurs : Rómulo García et Víctor Silio », a déclaré le centre de communication de Guaidó en mars dernier.  

Un vehículo de la Dirección General de Contrainteligencia Militar sale del edificio donde vive Juan Márquez, tío del líder de la oposición venezolana Juan Guaido, en Caracas, Venezuela, el 20 de febrero de 2020
PHOTO/REUTERS - Un véhicule de la Direction générale du contre-espionnage militaire quitte le bâtiment où habite Juan Marquez, oncle du leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido, à Caracas, au Venezuela, le 20 février 2020

Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, a dénoncé jeudi la détention constante de dirigeants politiques, de journalistes, de syndicalistes, de professionnels de la santé et de personnes qui protestaient contre les services publics pendant la pandémie de coronavirus et a déclaré que les Vénézuéliens « continuent de subir de graves violations de leurs droits économiques et sociaux en raison des bas salaires, des prix élevés des denrées alimentaires, des pénuries persistantes de services publics tels que l'électricité, l'eau et le carburant, et de l'accès précaire aux services de santé ».  

Les forces de sécurité au Venezuela : sécurité ou répression ?   

Les disparitions forcées ne sont qu'une pièce de plus du puzzle de la répression au Venezuela, où les détentions arbitraires et la torture sont une constante, comme l'ont mis en garde des dizaines d'organisations non gouvernementales. Les forces mises en place par le président Chávez pour défendre la révolution bolivarienne -- la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM) et le Service national de renseignement bolivarien (SEBIN) -- sont largement responsables des disparitions.  

Miembros de la unidad de fuerzas especiales (FAES) están junto a los autobuses con ciudadanos venezolanos que regresan a su país después de pasar 14 días en cuarentena en la frontera entre Venezuela y Colombia
REUTERS/CARLOS EDUARDO RAMÍREZ - Des membres de l'unité des forces spéciales (FAES) se tiennent à côté des bus des citoyens vénézuéliens qui rentrent chez eux après avoir passé 14 jours en quarantaine à la frontière vénézuélienne-colombienne 

Cependant, en Amérique latine, il existe un grand nombre de forces de sécurité qui utilisent ce type de tactique pour atteindre leurs objectifs, comme la Police nationale bolivarienne (PNB), qui comprend les Forces d'action spéciales (FAES). Ce dernier a été assimilé à un « escadron de la mort » et est responsable d'au moins 7 523 morts violentes dues à la « résistance à l'autorité » en 2018, et d'au moins 2 124 pour la même raison entre janvier et mai 2019, selon un rapport de l'ONG Observatoire vénézuélien de la violence auquel le Forum pénal a eu accès.  

En général, toute éthique et déontologie vise à établir l'ensemble des devoirs qui doivent inspirer la conduite d'un professionnel.  Les événements récents nous ont montré qu'au Venezuela, au-delà de la protection de ses concitoyens et de la communauté contre la violence, les forces de sécurité sont utilisées par l'État pour exercer sa politique de répression.  

Miembros de la Fuerza de Acción Especial de la Policía Nacional Venezolana (FAES) detienen a personas durante una patrulla nocturna, en Barquisimeto, Venezuela, el 20 de septiembre de 2019
REUTERS/IVAN ALVARADO - Des membres de la Force d'action spéciale de la police nationale vénézuélienne (FAES) arrêtent des personnes lors d'une patrouille de nuit à Barquisimeto, au Venezuela, le 20 septembre 2019
La géographie des disparitions  

« En 2018, il y a eu 525 détentions arbitraires et 200 disparitions forcées au Venezuela. Cela signifie que 38 % des détentions ont également entraîné des disparitions forcées. En 2019, il y a eu 2 246 détentions et 524 disparitions forcées. C'est-à-dire que 23 % des détentions ont également entraîné des disparitions forcées », ont noté les enquêteurs du Foro Penal dans leur rapport. Cette privation de liberté à laquelle sont soumises certaines personnes s'est accrue dans le contexte des protestations qui se sont élevées dans tout le pays en raison de la crise économique. En 2018, le régime a eu recours à la disparition forcée contre les militaires, alors que ces derniers mois, il a surtout ciblé les leaders de l'opposition ou les personnes critiques envers le régime.  

Miembros de la Guardia Nacional Bolivariana se encuentran fuera de la penitenciaría de Los Llanos después de que un motín estallara dentro de la prisión dejando decenas de muertos en Guanare, Venezuela, el 2 de mayo de 2020
REUTERS/FREDDY RODRIGUEZ - Des membres de la garde nationale bolivarienne se trouvent devant le pénitencier de Los Llanos après qu'une émeute ait éclaté à l'intérieur de la prison, faisant des dizaines de morts à Guanare, au Venezuela, le 2 mai 2020

Caracas et le district de la capitale sont deux des régions où la plupart des gens ont disparu par la force. Malgré cela, des disparitions ont eu lieu dans d'autres États moins peuplés. « Dans les États où le nombre de détentions est très faible, il semble probable que celles-ci aient été stratégiques, car ces cas ne devraient théoriquement pas suffire à submerger le système », a expliqué Foro Penal.  

Après avoir préparé ce rapport, cet organe a demandé à l'exécutif vénézuélien d'« abandonner complètement cette pratique » et de libérer immédiatement tous les prisonniers politiques. Elle estime également qu'il est nécessaire de « renforcer l'indépendance judiciaire ainsi que l'indépendance et la gestion du ministère public ou d'éliminer la participation des forces armées militaires aux activités de sécurité des citoyens ».  Enfin, ils ont exhorté le gouvernement à dissoudre la FAES et à faire en sorte que les responsables des abus commis par cet organe de sécurité rendent compte de leurs actes.  

Miembros de la Policía Nacional Bolivariana de Venezuela
PHOTO/AFP -Membres de la Garde nationale bolivarienne
Le Venezuela, un pays brisé par trois crises  

Les exportations de pétrole du Venezuela ont chuté en juin à leur plus bas niveau depuis 1943. La triple crise (économique, sociale et politique) que traverse ce pays et pour laquelle la répression s'est accrue ne pourrait être comprise sans la chute des prix du pétrole qui a débuté en 2013 et a obligé tout un pays à faire face à des problèmes tels que la pénurie de produits de base, le déficit budgétaire ou l'inflation.  

Marcha desde la sede del Programa de las Naciones Unidas para el Desarrollo (PNUD) hasta la Dirección General de Contrainteligencia Militar (DGCIM), el presidente de Venezuela Nicolás Maduro
ZUMA/JIMMY VILLALTA - Marche du siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à la Direction générale du contre-espionnage militaire (DGCIM)

Les mesures adoptées par Chávez après son arrivée à la présidence en tant que chef du Parti socialiste unifié du Venezuela en 1998 ont permis de sortir des millions de Vénézuéliens de la pauvreté. L'analyste Edgardo Langer l'a décrit dans l'article Proceso e implosión de la Venezuela rentista [« Processus et implosion du Venezuela rentier »] comme une « croissance sans fin ». Cette période de prospérité causée par la stabilité des prix du pétrole a poussé l'État à devenir plus interventionniste.  

El presidente de Venezuela Nicolás Maduro, a la derecha, acompañado por su ministro de defensa Vladimir Padrino López, saluda a su llegada al Fuerte Tiuna, en Caracas, Venezuela
PHOTO/AP - Le président vénézuélien Nicolás Maduro, à droite, accompagné de son ministre de la défense Vladimir Padrino López, salue son arrivée à Fort Tiuna à Caracas, Venezuela

Au cours de cette décennie, le gouvernement a agi comme si le prix du baril de pétrole serait toujours le même et a augmenté sa dette en dépensant toutes ses recettes fiscales extraordinaires, ce qui a plongé le Venezuela dans une crise économique profonde - causée par la chute des prix du pétrole - qui a jeté les bases de la crise politique et sociale actuelle.  En 2015, le manque de nourriture et de services de santé a commencé à être une réalité qui, cinq ans plus tard, connaît l'un de ses pires moments.  ​​​​​​​

Cette crise économique se traduit par une détérioration de la qualité de vie de la population d'un pays qui, il y a dix ans, avait commencé à croire que ses conditions de vie pouvaient s'améliorer. Cette situation crée également le scénario parfait pour l'émergence de mouvements dissidents, durement critiqués par le régime, dans une nation caractérisée par l'absence de liberté d'expression.  ​​​​​​​