Le Venezuela et le Programme alimentaire mondial signent un accord de coopération

Le programme touchera 185 000 enfants d'ici la fin de l'année
venezolanos-caracas-crisis

AFP/FEDERICO PARRA  -   Personnes faisant la queue à Caracas

Le Venezuela et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont signé jeudi un accord de coopération lors d'une rencontre entre le président du pays caribéen, Nicolás Maduro, et le directeur exécutif de l'organisation internationale, David Beasley, en visite à Caracas.

Quelques heures plus tôt, M. Beasley a également rencontré le chef de la délégation de l'Union européenne (UE) au Venezuela, Rafael Dochao, qui a expliqué que le bloc de l'UE continuera à fournir un soutien financier au PAM pour aider à atténuer les conséquences de la crise au Venezuela.

La délégation européenne au Venezuela a accueilli une réunion entre les donateurs du PAM, "en signe de l'engagement de la communauté internationale face à la crise humanitaire au Venezuela", a expliqué le bureau de l'UE sur le même réseau social.

nicolas-maduro-presidente-venezuela
PHOTO/JHONN ZERPA/Venezuelan Presidency/AFP - Le Président du Venezuela, Nicolás Maduro

L'institution a réitéré que, parmi les questions abordées lors de la réunion, la continuité du financement et du soutien de l'UE au PAM dans le pays des Caraïbes ressort.

Le PAM a commencé son travail au Venezuela le 1er juillet, avec l'envoi des premiers colis alimentaires destinés aux enfants et au personnel scolaire dans un centre logistique à Maracaibo, la deuxième plus grande ville du pays.

Le programme touchera 185 000 enfants d'ici la fin de l'année et, grâce à "une montée en puissance progressive", vise à nourrir quotidiennement 1,5 million d'élèves d'ici la fin des années scolaires 2022 et 2023, dans le cadre d'un budget annuel - qui fait partie du plan de réponse humanitaire du Venezuela - de 190 millions de dollars.

Le PAM a évalué la sécurité alimentaire du Venezuela avec un travail de terrain mené entre juillet et septembre 2019, suite à une invitation du gouvernement.

Elle a constaté que "7,9 % de la population vénézuélienne (2,3 millions) est en situation d'insécurité alimentaire grave et que 24,4 % (7 millions) est en situation d'insécurité alimentaire modérée", selon le rapport résultant de la visite dans le pays.