Le Venezuela expulse l´ambassadrice de l'UE en réponse aux sanctions

Nicolas Maduro rejette l'accord avec l'Union européenne tant que celle-ci n'aura pas annulé les sanctions contre la nation vénézuélienne
El ministro de Relaciones Exteriores de Venezuela, Jorge Arreaza, junto a  la embajadora de la Unión Europea en Venezuela, Isabel Brilhante Pedrosa

REUTERS/MANAURE QUINTERO  -   El ministro de Relaciones Exteriores de Venezuela, Jorge Arreaza, junto a la embajadora de la Unión Europea en Venezuela, Isabel Brilhante Pedrosa

Le ministre vénézuélien des affaires étrangères Jorge Arreaza, dans un exercice de diplomatie bolivarienne, a déclaré le 24 février à l'ambassadrice européenne, Isabel Brilhante Pedrosa, qu'elle avait trois jours pour quitter le Venezuela. De plus, le gouvernement de Nicolás Maduro a déclaré la diplomate portugaise persona non grata, qui était impliquée dans la controverse après que le Parlement, avec une majorité pro-gouvernementale, ait approuvé une motion mardi dernier pour l'expulser.   

Quelques heures après avoir ordonné l'expulsion de l'ambassadeur de l'Union européenne, le gouvernement vénézuélien a remis des notes de protestation aux chefs des missions diplomatiques d'Espagne, de France, des Pays-Bas et d'Allemagne et a tenu une réunion privée au siège du ministère des affaires étrangères avec les ambassadeurs de France, Romain Nadal, et d'Allemagne, Daniel Kriener, ainsi qu'avec les chefs de mission d'Espagne, Juan Fernández Trigo, et des Pays-Bas, Robert Schuddeboom. Chaque diplomate a reçu des mains d'Arreaza, en même temps que les notes de protestation respectives, une copie de la Constitution vénézuélienne et de la Charte des Nations Unies (ONU), documents qui, selon le gouvernement, n'ont pas été respectés par certains cadres européens.

REUTERS/MANAURE QUINTERO  El embajador francés Romain Nadal, el embajador alemán Daniel Kriener, el embajador holandés Robert Schuddeboom , y el encargado de negocios español Juan Fernández.AFP/YURI CORTEZ
AFP/YURI CORTEZ-Romain Nadal, ambassadeur de France, Daniel Kriener, ambassadeur d'Allemagne, Robert Schuddeboom, ambassadeur des Pays-Bas, et Juan Fernandez, chargé d'affaires espagnol.
 

Cette mesure était prévisible puisque, mardi, le Parlement, où le parti au pouvoir dispose d'une majorité écrasante, a demandé à l'exécutif de mettre en œuvre les mécanismes légaux pour appliquer l'expulsion du diplomate et que le président Nicolás Maduro a approuvé la demande, étant donné qu'il a lui-même ordonné, en juin 2020, le départ du diplomate. Cependant, il est revenu sur sa décision quelques jours plus tard, a-t-il déclaré à l'époque, pour tenter de faciliter un dialogue entre Caracas et Bruxelles. 

Malgré ses prises de position antérieures sur l'ambassadrice de l'UE, Maduro a nuancé la décision du gouvernement vénézuélien de l'expulser du pays. "Nous le faisons contre notre volonté, même, parce que nous voulons avoir les meilleures relations avec toute l'Europe, mais nous ne pouvons pas accepter que quelqu'un vienne offenser le Venezuela, attaquer, sanctionner le Venezuela. Nous ne l'accepterons de personne", a-t-il insisté. 

Cette dernière décision a également suscité des réactions de la part de certains secteurs modérés de l'opposition et de la société civile, qui estiment que la pression pourrait devenir un obstacle susceptible de ralentir la possibilité de parvenir à un accord politique sur les élections régionales de cette année, ce qui favorise un nouveau renouvellement du tribunal électoral.  

La embajadora de la Unión Europea en Venezuela, Isabel Brilhante Pedrosa   REUTERS/MANAURE QUINTERO
REUTERS/MANAURE QUINTERO -L'ambassadrice de l'Union européenne au Venezuela, Isabel Brilhante Pedrosa

Lundi, l'UE a sanctionné 19 fonctionnaires et hauts fonctionnaires vénézuéliens pour leur rôle dans des actes et des décisions qui, selon elle, portent atteinte à la démocratie et à l'État de droit au Venezuela. Cette décision porte à 55 le nombre de fonctionnaires et de hauts fonctionnaires sanctionnés par l'UE, avec interdiction de voyager et gel des avoirs sur le territoire de l'UE. 

Le commandant de police Remigio Ceballos, le gouverneur de l'État de Zulia, Omar José Prieto, et la présidente du Conseil national électoral, Indira Alfonzo, font partie de la nouvelle liste des dirigeants qui ne seront pas autorisés à entrer sur le territoire de l'UE et dont les avoirs et les biens dans l'Union européenne seront gelés. Plusieurs membres de l'Assemblée nationale ont également été pénalisés pour ne pas avoir été "démocratiquement élus", ainsi que certains membres de la Cour suprême. 

Le nouveau bras de fer diplomatique coïncide avec l'UE et le gouvernement bolivarien est une réponse aux élections législatives du 6 décembre, qui se sont tenues sans la participation des candidats de l'opposition et ont enregistré de graves irrégularités et un taux d'abstention élevé. Les élections n'ont été reconnues ni par l'Union européenne, ni par les États-Unis et la plupart des gouvernements de la région.  

Le régime de Chavista a catégoriquement refusé de changer la date du vote, en invoquant les délais de la Constitution, et a poursuivi le processus lundi dernier, le 22 février, l'Union européenne a imposé une série de sanctions à 19 hauts fonctionnaires, législateurs et membres des forces de sécurité vénézuéliennes en réponse aux élections législatives de décembre. Selon le bloc, les élections ont été truquées en faveur des parlementaires pro-Maduro.  

El presidente venezolano Nicolás Maduro   REUTERS/FAUSTO TORREALBA
REUTERS/FAUSTO TORREALBA -Le président vénézuélien Nicolás Maduro

Le leader de l'opposition Juan Guaidó a perdu le contrôle de facto de l'Assemblée nationale, dont il était président depuis janvier 2019, après les élections de décembre. Sa position à la tête du pouvoir législatif a également favorisé la large reconnaissance internationale en tant que président intérimaire contre Nicolás Maduro, qu'il a obtenue il y a deux ans au milieu de la lutte pour obtenir la démission du successeur d'Hugo Chávez et la formation d'un gouvernement de transition. Cependant, lorsqu'il a été exclu du Parlement, plusieurs organes ont cessé de lui attribuer ce rôle. Parmi eux, l'Union européenne elle-même, bien que Bruxelles le considère comme un interlocuteur de première ligne pour la résolution de la crise vénézuélienne. 

Il a également rejeté la mesure d'expulsion, tout en soulignant le soutien du diplomate au respect des droits de l'homme. "Nous sommes solidaires de l'ambassadeur européen, qui a toujours manifesté en faveur des droits de l'homme et de la démocratie au Venezuela au nom de l'Europe. L'arrogance du dictateur l'isole davantage du monde et prétend entraîner le pays avec lui dans sa chute", a réagi Guaidó. 

Washington et Bruxelles ont renforcé les sanctions contre Maduro au cours des deux dernières années, en soulignant que sa réélection en 2018 était une imposture. Cependant, les mesures n'ont pas encore atteint l'objectif déclaré de convoquer de nouvelles élections présidentielles. 

L'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche a ouvert la porte à une nouvelle étape et à un éventuel assouplissement du siège dit diplomatique, même si les premiers gestes de Washington laissent entrevoir que le nouveau président prendra son temps pour étudier la situation.