PUBLICIDAD

Iberdrola

Le Yémen dénonce le transfert d'armes de l'Iran aux rebelles houthis par le biais de bateaux de pêche

La guerre du Yémen se poursuit avec l'implication intense du régime de l'Ayatollah
Un bateau de pêche entrant dans le port de la ville méridionale d'Aden, située à l'embouchure de la mer Rouge

AFP/KARIM SAHIB  -   Un bateau de pêche entrant dans le port de la ville méridionale d'Aden, située à l'embouchure de la mer Rouge

Le gouvernement internationalement reconnu du Yémen a accusé la République islamique d'Iran d'utiliser des navires de pêche dans les eaux territoriales yéménites comme camouflage et comme couverture pour la contrebande d'armes, de missiles balistiques et de drones afin d'approvisionner la milice houthi, un groupe rebelle chiite qui tente de renverser l'exécutif du pays au Moyen-Orient avec le soutien du régime des ayatollahs.  

L'exécutif yéménite a lancé cet avertissement sérieux ; un de plus sur l'intervention et l'ingérence des Perses au Yémen afin de soutenir les insurgés houthis, qui cherchent à saper le gouvernement légitime d'Abd Rabbuh Mansur al-Hadi.  

Ce conflit maritime vient s'ajouter à l'allégation selon laquelle les pêcheurs iraniens effectuent des prises illégales dans l'archipel de Socotra, au sud du territoire yéménite, et harcèlent les équipages locaux. 

Selon diverses sources, des dizaines de bateaux iraniens ont été détectés alors qu'ils traversaient les eaux yéménites à quelque 14,5 kilomètres à l'ouest de Socotra, dans la dernière d'une série de violations des droits de pêche. « Les navires iraniens pêchent illégalement et violent continuellement les eaux yéménites », a déclaré Fahd Kafayn, le ministre de la pêche du Yémen, au site de réseau social Facebook.  

Una vista muestra la ciudad de Hadibu en la isla capital de Socotra
REUTERS/MOHAMED al-SAYAGHI - Une vue montre la ville de Hadibu sur l'île capitale de Socotra

Le Yémen a longtemps accusé les Iraniens de surpêcher dans les eaux yéménites, de harceler les pêcheurs locaux et de transférer des cargaisons d'armes aux Houthis par le biais de cette activité.  

Depuis 2014, avec la chute des garde-côtes yéménites au cours des premiers jours du soulèvement militaire houthi dans le pays, le gouvernement reconnu internationalement a appelé à une pression et un soutien mondial face aux problèmes maritimes rencontrés dans le pays.  

La guerre civile au Yémen se poursuit depuis 2014, date à laquelle les rebelles houthis ont pris la capitale Sanaa à la fin de cette année-là. Depuis lors, le gouvernement a dû se réarmer dans la ville portuaire d'Aden et dans d'autres provinces en attendant l'aide vitale de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, qui comprend des pays comme les Émirats arabes unis (EAU), une alliance qui a aidé le gouvernement à se remettre des insurgés. Dans un autre épisode de l'éternelle lutte entre le royaume saoudien, principal représentant de la branche sunnite de l'Islam, et l'Iran, porte-drapeau du côté chiite opposé. 

En esta imagen publicada en la cuenta oficial de Twitter de la agencia de prensa saudí SPA, el martes 30 de septiembre de 2015, se ven armas confiscadas a bordo de un barco pesquero iraní con destino a Yemen
PHOTO/SAUDI PRESS AGENCY vía AP - Cette image publiée sur le compte Twitter officiel de l'agence de presse saoudienne SPA le mardi 30 septembre 2015 montre des armes confisquées à bord d'un bateau de pêche iranien à destination du Yémen

En revanche, les combats se sont poursuivis lundi à Al-Bayda, Al-Dhale, Marib et Sana'a. A ce sujet, le ministère de la défense yéménite a souligné que cinq éléments houthis ont été tués et plusieurs autres blessés lorsque les troupes de l'armée ont repoussé une attaque dans le nord de la province méridionale d'Al-Dhale.  

Le conflit yéménite est devenu un jeu à trois ; à la confrontation entre le gouvernement yéménite et les rebelles houthis s'est ajouté le différend avec les séparatistes du Conseil de transition du Sud (soutenu en partie par les Émirats jusqu'à récemment), qui ont pris le contrôle du sud de la nation après s'être soulevés contre le gouvernement Al-Hadi parce qu'ils avaient compris que le sud était oublié à tous égards par l'administration centrale.  

Aidarous al-Zoubeidi, jefe del Consejo Transicional Sureño, hablando durante una entrevista con AFP en la ciudad sureña de Adén
AFP/SALEH AL-OBEIDI - Aidarous al-Zoubeidi, chef du Conseil de transition du Sud, s'exprimant lors d'un entretien avec l'AFP dans la ville d'Aden, dans le sud

Dans ce scénario, un accord « secret » a récemment été annoncé, impliquant la Turquie, l'Iran et le Qatar, ainsi que les Frères musulmans et les Houthis, pour « partager des zones d'influence au Yémen », selon The Arab Weekly. Selon le pacte, la milice houthi, avec le soutien de Téhéran, contrôlerait le nord du pays « en échange d'un soutien aux ambitions des Frères musulmans d'acquérir les régions du sud », où elle aurait le soutien des Turcs et des Qatariens.

Dans cette ligne, Ankara est engagée dans un conflit avec Abou Dhabi au sujet de l'archipel yéménite de Socotra, une enclave géostratégique au sud du Yémen qui est considérée comme une zone d'entrée propice à toute invasion du pays. La Turquie veut maintenir l'influence de la Fraternité sur ce territoire, ce qui lui permettrait d'accéder rapidement au reste du Yémen ; tandis que les EAU cherchent à protéger l'archipel des ambitions turques et, à cette fin, l'ont soumis à leur « pleine souveraineté », comme l'a récemment rapporté un fonctionnaire du gouvernement yéménite, qui a également accusé le pays du Golfe de « tenter de séparer la province du Yémen et d'établir des bases militaires dans la période à venir sous prétexte de le protéger de la Turquie et du Qatar ».

Selon le Middle East Monitor, le parti Al-Islah (proche des Frères musulmans) cherche à établir une alliance militaire avec la Turquie en envoyant des combattants de sa formation du côté turc dans la guerre civile en Libye, alors que des rapports de plus en plus nombreux font état d'une possible future intervention turque au Yémen, en particulier contre les milices soutenues par les EAU. 

Los seguidores hutíes agitan sus armas durante una reunión en Saná, Yemen, el 6 de julio de 2020
PHOTO/REUTERS - Des partisans houthis brandissent leurs armes lors d'une réunion à Sanaa, au Yémen, le 6 juillet 2020

La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite est maintenant contestée au Yémen avec des fonds provenant du Qatar, ce qui est en contradiction avec l'alliance arabe de l'Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Bahreïn et de l'Égypte, qui a imposé un blocus politique et économique à la monarchie du Golfe en 2017 après l'avoir accusée de soutenir le terrorisme transfrontalier. Cet embargo a été un coup financier majeur pour la nation dirigée par l'émir Tamim bin Hamad al-Thani, qui a cherché d'autres partenaires au niveau international pour renforcer sa position économique, trouvant le partenariat actuel avec la Turquie et l'Iran. 

Dans sa tentative de saper la coalition qui lutte contre l'insurrection houthi, Ankara utilise un transfuge de l'exécutif yéménite, l'ancien ministre des transports Saleh al-Jabwani, et les Frères musulmans, une organisation étroitement liée au Qatar et considérée comme terroriste par plusieurs pays occidentaux, dont les États-Unis.  

Parmi les plans de la Turquie figure l'intention de conquérir la province de Shabwa, au sud-est du pays, riche en pétrole, où les Frères musulmans ont perdu tout soutien. Le centre de recrutement Al-Jabwani établi à Ataq, la capitale de Shabwa, a jusqu'à présent attiré des centaines de combattants avec la promesse d'un salaire et des armes de contrebande payées par le Qatar, comme le rapportent les nouvelles israéliennes. En outre, on s'attend à ce que les transfuges de la coalition soient également séparés dans d'autres provinces.

El presidente de Yemen, Abd Rabbuh Mansur al-Hadi
AFP/NATALIA KOLESNIKOVA - Le président du Yémen, Abd Rabbuh Mansur al-Hadi

Le Yémen est la porte voisine de l'Arabie Saoudite et il est très intéressant pour le duo Qatar-Turquie de gagner des positions dans ce pays voisin du Royaume. Ce serait un grave revers pour les Saoudiens et leurs partenaires.  

Il s'agit de la poursuite d'une guerre au Yémen qui aggrave une situation déjà classée par les Nations unies (ONU) comme la plus grande catastrophe humanitaire au monde. La situation est aggravée par la crise sanitaire actuelle du COVID-19 qui constitue une menace pour le pays du Yémen, ainsi que pour le monde entier ; un fléau qui a déjà fait 345 morts et près de 1 300 cas diagnostiqués dans le pays de la péninsule arabique.