PUBLICIDAD

Iberdrola

Les Émirats arabes unis parient sur l'hydrogène pour lutter contre le changement climatique 

Les Émirats arabes unis ont dévoilé cette semaine un programme de lutte contre le changement climatique qui met l'accent sur le développement d'alternatives à l'hydrogène
Emiratos apuesta por el hidrógeno para combatir el cambio climático

 -  

Émirats arabes unis, troisième producteur de pétrole brut de l'OPEP, ont dévoilé cette semaine un programme ambitieux de lutte contre le changement climatique, axé sur le développement de solutions de rechange à l'hydrogène, mais aussi sur la volonté de devenir un exportateur majeur de ce produit chimique.  

"Avec notre infrastructure et nos grandes capacités de capture, de stockage et d'utilisation du carbone (CCUS), nous pensons que nous pouvons être l'un des producteurs d'hydrogène bleu les moins chers et les plus importants au monde", a déclaré mardi le ministre émirati de l'industrie et des technologies avancées, le Sultan al Jaber.  

S'exprimant lors du sommet de la semaine de la durabilité de cette semaine, Al Jaber, également directeur général de la Abu Dhabi National Oil Co. (ADNOC), a déclaré que sa société "explore également la faisabilité de marchés en Asie et en Europe", puisqu'elle produit déjà environ 300 000 tonnes d'hydrogène par an.  

Réduire les émissions sans réduire le carbone  

Selon le ministre, la géologie de l'émirat permet au pays d'extraire "l'un des hydrocarbures les moins carbonés au monde", bien qu'il ait déclaré qu'il n'y avait "aucun moyen crédible" d'atteindre les objectifs de réduction des émissions sans capturer et stocker le carbone. 

Le petit émirat du golfe Persique s'est fixé pour objectif de réduire ses émissions de 23,5 % d'ici 2030 et, ces dernières années, les autorités ont investi dans différentes technologies pour diversifier son économie et réduire l'empreinte carbone du processus de production d'énergie.  

Un exemple en est le mémorandum signé dimanche dernier entre ADNOC, le fonds souverain Mubadala et la holding ADQ d'Abu Dhabi pour que le capital émirati devienne le principal exportateur d'hydrogène bleu (à partir du gaz naturel) et d'hydrogène vert (produit à partir de sources d'énergie renouvelables). 

¡PHOTO/REUTERS - Le drapeau flotte au-dessus d'un navire à la marina de Dubaï, aux Émirats arabes unis. 
PHOTO/REUTERS - Le drapeau flotte au-dessus d'un navire à la marina de Dubaï, aux Émirats arabes unis. 
Le désert parie sur les énergies renouvelables  

À moins d'une heure de route de la capitale se trouve l'un des plus grands parcs solaires du monde : Noor Abu Dhabi, une installation de 3,2 millions de panneaux solaires qui a commencé à fonctionner en 2019. 

Le parc solaire devrait produire quotidiennement suffisamment d'énergie pour répondre aux besoins d'environ 90 000 familles dans l'émirat. 

Pour sa part, le ministère de l'énergie d'Abou Dhabi a lancé mercredi, dans le cadre de la 11e assemblée annuelle de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) qui se tient cette semaine aux Émirats, une initiative pour la production d'énergie à partir de déchets dans la capitale. 

De la même manière, l'émirat de Dubaï a développé sa stratégie durable pour 2050 avec l'objectif de produire 75 % de l'énergie de la ville à partir de sources renouvelables d'ici cette année-là. 

L'un des principaux projets est le parc solaire de Mohamed bin Rashid Al Maktoum, dont la capacité prévue est de 5 000 MW d'ici 2030, avec des technologies photovoltaïques et solaires concentrées. 

Mardi, le directeur général de la Dubai Water and Electricity Authority, Saeed Mohamed al Tayer, a déclaré que le taux d'"énergie propre" de la ville avait augmenté de 9 % en 2020, tandis que les émissions de carbone avaient diminué de 22 % en 2019, soit 6 % de plus que l'objectif fixé pour 2021. 

Toutefois, le ministre émirati de l'environnement, Abdullah Belhaif al Nuaimi, a déclaré dans son discours d'ouverture à l'assemblée Irena que le pays a encore "beaucoup de travail à faire pour atteindre le niveau souhaité de transition énergétique mondiale qui peut aider à relever efficacement le défi posé par le changement climatique".