Les Émirats et Israël coopèrent dans le domaine de la cybersécurité

Les experts émiratis et israéliens coopèrent pour la protection des réseaux suite à la normalisation des relations entre les deux nations
Internet

PHOTO/PIXABAY  -   Internet

L'établissement de liens diplomatiques normalisés entre les Émirats arabes unis (EAU) et Israël a atteint le domaine des nouvelles technologies. Cette dernière collaboration a été considérée comme un « pas en avant » par le gouvernement émirati ; entre-temps, le pays arabe et Israël partagent des menaces communes face à des rivaux internationaux communs, comme la République islamique d'Iran.  

À cet égard, le cybermonde et les réseaux en ligne sont en danger constant et les Émirats et Israël veulent renforcer leurs liens dans la lutte commune dans ce domaine. C'est ce qu'a déclaré publiquement le chef de la cybersécurité israélienne, Igal Unna, lors d'une réunion virtuelle avec son homologue émirati, Mohammed al-Kuwaiti, suite à la régularisation des relations entre les deux pays.  

L'établissement de liens officiels entre Israël et les Émirats arabes unis au cours du mois dernier, stimulé en partie par des préoccupations communes avec le régime des ayatollahs, a déclenché une série d'accords bilatéraux, notamment sur les cyber-technologies, dont les exportations israéliennes sont évaluées à 6,5 milliards de dollars en 2019. « Nous sommes menacés par les mêmes défis ... en raison de la nature de la région, de nos nouvelles relations « exposées » et de ce que nous sommes : économiquement et technologiquement forts », a déclaré Igal Unna, directeur de la Direction nationale du cyberespace d'Israël, à son homologue des EAU, Mohammed al-Kuwaiti, lors d'une conférence en ligne, selon Reuters. « Nous voyons déjà les choses progresser rapidement et je suis très optimiste quant au fait que nous avons beaucoup en commun et beaucoup à partager », a-t-il ajouté.  

Al-Kuwaiti a décrit les EAU comme étant potentiellement menacés par le sabotage en ligne, y compris les attaques par rançon, alors qu'ils développent leur rôle numérique. Il a également défendu l'idée d'une coopération internationale, notamment dans le cadre d'exercices communs de cyberdéfense. 

« Israël est très bien connu dans le domaine de la technologie et cela va vraiment nous aider », a déclaré Al-Kuwaiti. Doron Hadar, commandant de l'unité de négociation de crise de l'armée israélienne, a déclaré lors de la conférence en ligne que le traitement des attaques par rançon « n'est pas une situation gagnant/perdant, mais une situation perdant/perdant moins ». « Donc (avec) la bonne négociation et le bon dialogue... vous allez gérer la situation et survivre », a-t-il déclaré.  

Al-Kuwaiti a décrit la normalisation des relations avec Israël comme un « pas en avant » pour le gouvernement des EAU dans sa quête d'un gouvernement intelligent et le développement des technologies de l'intelligence artificielle. La nation arabe elle-même a évalué son marché de la cybersécurité à 490 millions de dollars l'année dernière. 

Enfin, ni Al-Kuwaiti ni Unna n'ont explicitement mentionné de nation rivale, mais tout le monde se tourne vers l'Iran.