Les États-Unis annoncent le déblocage d'une partie de leurs réserves de pétrole

Dans un effort concerté pour faire baisser les prix du pétrole, la Maison Blanche et d'autres grands consommateurs de pétrole vont libérer une partie de leurs réserves stratégiques au cours du mois de décembre
Planta petróleo Texas

 -  

Le ministère américain de l'énergie a annoncé la libération de 50 millions de barils de la réserve stratégique de pétrole du pays. Par cette mesure, l'administration Biden vise à remédier aux pénuries d'approvisionnement dans le monde et à réduire ainsi les prix élevés pour les Américains. 

Les réserves américaines sont situées dans des installations de stockage souterraines au Texas et en Louisiane, et constituent les plus grandes réserves de pétrole d'urgence au monde. Ces stocks contiennent environ 600 millions de barils de pétrole brut.    

Le retrait d'une partie de ces réserves représente la plus grande libération de pétrole de l'histoire des États-Unis, et sera effectué en coordination avec d'autres pays consommateurs de pétrole. Ainsi, à partir de décembre, le gouvernement américain libérera 32 millions de barils, qu'il espère récupérer au cours des prochaines années, en plus des 18 millions de barils déjà autorisés par le Congrès américain.

Planta petrolera

"Le président est prêt à prendre des mesures supplémentaires si nécessaire, et il est déterminé à utiliser tous ses pouvoirs, en travaillant en coopération avec le reste du monde, pour maintenir un approvisionnement adéquat maintenant que nous commençons à sortir de l'épidémie", a déclaré l'administration américaine.  

En coopération avec les États-Unis, les principaux pays consommateurs qui ont adhéré à ces mesures sont la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et la Grande-Bretagne. Ainsi, une déclaration du gouvernement indien - troisième pays consommateur de pétrole au monde - a exprimé sa "préoccupation quant au fait que les pays producteurs de pétrole ajustent artificiellement l'offre en dessous des niveaux de la demande, ce qui entraîne une hausse des prix". 

Ainsi, l'Inde s'est engagée à libérer 5 millions de barils, tandis que le Japon a fixé un plafond de 5 millions de barils supplémentaires, le Royaume-Uni ne contribuera pas plus de 1,5 million de barils - dans le cadre de contributions du secteur privé - et la Corée du Sud est encore en train de finaliser sa contribution.

OPEP

Les États-Unis ont déjà déclaré qu'ils considéraient que l'approvisionnement était délibérément retenu, mais ils se sont heurtés à plusieurs reprises au refus des pays membres de l'OPEP+ (Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés) d'augmenter l'offre. Le groupe de producteurs a défendu sa position en avertissant que la demande est toujours compromise par l'évolution de la pandémie et que, pour le moment, l'offre mondiale de pétrole doit être maintenue sous contrôle.   

Que se passe-t-il ensuite ?

À la lumière de ces actions, l'organisation de producteurs pourrait percevoir cette situation comme une "démarche hostile" de la part des puissances importatrices. Les pays de l'OPEP+ ont fait valoir qu'il s'agit d'une contribution indésirable à la croissance de l'offre et que cette mesure met en péril l'équilibre du marché recherché depuis l'effondrement des prix en avril 2020.

OPEP

Les analystes préviennent désormais que ces mesures pourraient avoir des conséquences inverses à celles escomptées. Alors que les réserves stratégiques ont une importance très limitée sur le marché mondial du pétrole - leur impact sur le prix sera donc modeste, tant en termes de durée que de quantité - l'OPEP+ pourrait y voir une menace et proposer une stratégie qui "punit" les consommateurs. Dans ce scénario, les prix du pétrole pourraient s'envoler, donnant aux États producteurs plus de pouvoir qu'auparavant.   

"Il y a de plus en plus de preuves qui suggèrent que la baisse des prix du pétrole et des autres coûts des intrants de l'essence ne se traduit pas par une baisse des prix à la pompe", ont déjà fait valoir les responsables de l'administration américaine. Le prix du pétrole brut a ainsi déjà augmenté de plus de 2 %. Et si, dans l'attente de l'annonce de la Maison Blanche, le baril de West Texas Intermediate a baissé de 1,8% à 75 dollars, le prix a déjà atteint 77,7 dollars, un chiffre supérieur à celui d'il y a quelques jours.